Skip to main content

Législatives : quels sont les médecins à l’Assemblée nationale ?

 

MEDADOM propose un décryptage

 

Les résultats des élections législatives partielles ont été annoncés le soir du dimanche 7 juillet, fixant le sort des médecins candidats à la députation. 

À l'issue de ce second tour, sur plus de 40 praticiens en lice seuls 12 siègeront à l'Assemblée nationale. Six d'entre eux proviennent de la majorité, deux des Républicains (LR), deux du Rassemblement national (RN), un du Nouveau Front Populaire (NFP) et un du Parti Nationaliste Corse (PNC).

 

Assemblée nationale vue de dehors.

 

Les praticiens élus : Rist, Neuder, Mélin à nouveau propulsés sur les bancs de l’Assemblée

 

La Dr Stéphanie Rist, rhumatologue hospitalière (majorité sortante) et rapporteure du dernier budget de la Sécurité sociale, a été réélue dans la 1re circonscription du Loiret avec près de 68 % des voix, face à la candidate du RN Tiffanie Rabault. Elle est à l'initiative de plusieurs lois, dont celle visant à améliorer le système de santé par la confiance et la simplification, promulguée le 26 avril 2021  (sur l’encadrement de l’intérim médical dans les hôpitaux et sur l’accès direct à certains paramédicaux).

Du côté des Républicains (LR), qui refusent toute alliance avec le RN, le Dr Yannick Neuder, député sortant et cardiologue, a été réélu dans la 7e circonscription de l’Isère avec 54,33 % des voix, face au candidat du RN, Benoît Auguste. Ancien vice-président de la commission des Affaires sociales, le Dr Neuder porte une proposition de loi visant à faciliter le retour des médecins français expatriés.

Dans la 9e circonscription des Bouches-du-Rhône, la Dr Joëlle Mélin, figure historique du parti de Marine Le Pen, a été réélue avec 58 % des voix face au candidat socialiste du NFP, Bernard Ougourlou-Oglou.

Le chirurgien retraité Jean-François Rousset a été réélu avec 60,29 % des voix dans la 3e circonscription de l’Aveyron, face au candidat du RN et d'Éric Ciotti, Pierre-Antoine Fèvre.


Dans la 12e circonscription du Rhône, Cyrille Isaac-Sibille, ORL et député sortant sous l'étiquette du MoDem (majorité présidentielle), a remporté la victoire avec 38,79 % des voix, dans un duel de médecins l'opposant à la Dr Lucie Gaillot Durand, écologiste du NFP, dans le cadre d'une triangulaire incluant le RN.

La Dr Anne Genetet, candidate de la majorité présidentielle, a annoncé sa victoire tard dans la soirée avec 57 % des voix dans la circonscription des Français de l'étranger.

Le député sortant et médecin généraliste Dr Paul-André Colombani, réinvesti par le Parti de la nation Corse (PNC), a été réélu avec 59,21 % des voix dans la 2e circonscription de Corse-du-Sud, face à François Filoni du RN.

Également généraliste, Michel Lauzzana d'Ensemble (majorité sortante) a été réélu dans la 1re circonscription du Lot-et-Garonne avec 52,32 % des voix, battant le candidat du RN Sébastien Delbosq.

 

 

Les autres candidats : les anciens médecins-ministres réélus


Frédéric Valletoux, ministre délégué à la Santé (Horizons, Ensemble), a remporté le second tour des élections législatives avec 59,95 % des voix (31 470 voix), surpassant largement son adversaire du RN, Ivanka Dimitrova (40,05 %, 21 027 voix). Ancien maire de Fontainebleau, il a bénéficié du soutien du front républicain, avec les voix de gauche se reportant sur lui après le désistement de la candidate LFI-NFP.

Dans la 2e circonscription du Doubs, la Dr Dominique Voynet, médecin anesthésiste, ancienne ministre et candidate écologiste du NFP, a été élue députée avec 59,95 % des voix, surpassant le candidat du RN, Éric Fusis.

La Dr Geneviève Darrieussecq, allergologue du MoDem (majorité sortante) et plusieurs fois ministre, a été réélue avec 56,78 % des voix dans la 1re circonscription des Landes, face à la candidate du RN, Véronique Fossey.

 

 

 

Les vaincus : Véran, Mesnier, Ali Benali…

 

Le Dr Olivier Véran, neurologue hospitalier et ancien ministre de la Santé pendant la pandémie de Covid-19, a été battu dans une triangulaire complexe dans la 1re circonscription de l’Isère, perdant par 1318 voix contre Hugo Prévost, un étudiant en économie de 24 ans du NFP. 

 Le Dr Thomas Mesnier (Ensemble-Horizons) n'a pas réussi son retour dans l'arène politique dans la 1re circonscription de Charente. Avec 32,43 % des voix, il a été battu par le député sortant du Nouveau Front Populaire, René Pilato, qui a obtenu 35,75 % des suffrages dans cette triangulaire, où il affrontait également la candidate du RN.

Dans la 4e circonscription des Vosges, le médecin biologiste des LR, le Dr Jean-Jacques Gaultier, qui avait fait face à des menaces, a lui aussi été battu. Il a obtenu 46,82 % des voix, tandis que Sébastien Humbert (RN) a remporté l'élection avec 53,18 %.
Dans la 1re circonscription de l’Aveyron, le neurologue Jean-Philippe Chartier (RN) a subi une défaite nette contre Stéphane Mazars, député sortant de la majorité, qui a remporté 65,17 % des voix.
L’urgentiste Sabrina Ali Benali, (LFI-NFP) ancienne interne engagée, a été battue avec 42,84 % des voix dans la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis. Elle affrontait Alexis Corbière, député sortant du territoire, dissident de son parti et qui a obtenu 57,16 % des suffrages.


Le médecin humanitaire Raphaël Pitti, candidat du NFP dans les Hauts-de-Seine, a également échoué avec 44 % des voix face à la candidate de la majorité présidentielle.

 

 

Situation à date…

 

Gabriel Attal, encore Premier ministre, a remis sa démission et celle du gouvernement lundi matin, laissant en suspens le sort de Frédéric Valletoux et des autres ministres en raison de la nouvelle situation politique.

Anticipant déjà qu'il pourrait rester chef du gouvernement le temps de constituer une nouvelle équipe, il a déclaré : "Notre pays connaît une situation politique sans précédent et se prépare à accueillir le monde dans quelques semaines. Aussi, j'assumerai bien évidemment mes fonctions", faisant référence aux Jeux olympiques.

Après le scrutin de dimanche, plusieurs possibilités s'offrent au chef de l'État, notamment la formation d'un gouvernement de coalition, minoritaire ou technique, alors qu'aucune majorité nette ne se dégage.

 

 

Sources :

- Le Quotidien du Médecin - Législatives : qui sont les médecins gagnants et perdants à l’issue du premier tour

- France Info - Elections législatives 2024 : qui va pouvoir gouverner la France en l'absence de majorité absolue à l'Assemblée, dans un contexte "totalement inédit" ?