L'équipe médicale MEDADOM lundi 8 mars 2021

Épicez votre quotidien pour préserver votre santé. Billet #2

Depuis la nuit des temps, chaque pays s’est constitué une véritable pharmacopée qui lui est propre. Agrément gustatif et décoratif ou remède miracle, tour d’horizon des pratiques et usages à travers le monde.

Découvrez nos articles de blog.

épices-alimentation-santé

 

Okinawa et le curcuma, une histoire qui dure !

Connaissez-vous Okinawa ? Un archipel au sud du Japon qui dénombre un nombre record de centenaires. La raison de cette extraordinaire longévité réside principalement dans le régime alimentaire de sa population. Surnommé “Hara Hachi Bu”, il se base sur 12 principes dont celui de ne s’alimenter qu’à 80% de son appétit. Les cuissons privilégiées sont douces et les aliments principalement d’origine végétale et marine (algues, poissons). Riche en antioxydants et en nutriments protecteurs (oméga 3, antioxydant, magnésium, acide gras...), cette alimentation profite aussi d’un apport élevé en fibres, en flavonoïdes grâce aux légumes, au thé vert et aux épices comme le curcuma.

Dans le premier billet, nous vous parlions des bénéfices du curcuma, une épice appartenant à la famille des zingibéracées (comme le gingembre et le galanga). Véritables pionniers dans la culture du curcuma, les Okinawaïens sont parvenus à développer 3 espèces aux vertus différentes :

  • le curcuma pourpre : action sur la sphère stomacale 
  • le curcuma de printemps : action sur la sphère cardiaque
  • le curcuma d’automne : utilisé pour réduire les effets de l’alcool

Ce régime s’accompagne aussi d’une philosophie de vie positive et d’une parfaite maîtrise du stress et des émotions. Pourquoi ne pas s’inspirer de ces habitudes culturelles pour adopter de nouveaux réflexes ? 

 

L’Inde, “le pays des épices”

70 % des épices proviennent d’Inde, c’est le premier producteur au monde. Elles sont omniprésentes du dessert jusqu’à la boisson. 4 épices composent la quasi-totalité des plats indiens : le piment, le poivre, la coriandre et le curcuma. Le poivre, épice la plus consommée du pays, lui confère d’ailleurs le surnom de Mecque du poivre.

Le saviez-vous ? Le curry (ou cari) n’est pas une unique épice mais bien un mélange principalement à base de curcuma (20 à 30 %), gingembre, anis, coriandre, fenouil, cardamome, fenugrec, clou de girofle, graine de moutarde et ail. Le mot curry est synonyme de plat en sauce en Inde. Il y a donc autant de currys différents que de plats ou de cuisiniers !

L’utilisation des épices dépend des régions. Dans le nord, les Indiens préfèrent celles en poudre tandis qu’au sud, on utilise davantage les grains entiers, voire les racines ou les feuilles. Voici une présentation de celles que nous connaissons le moins : 

  • L’ajwan dont le goût se rapproche de lui du thym ou du cumin. Généralement rôtie à sec ou revenue au beurre ghee.
  • La nigelle ou cumin noir : la légende musulmane dit qu’il était « un remède pour toutes les maladies, sauf la mort ». On lui attribue des actions bénéfiques contre l’asthme, le diabète, la douleur, le cancer et même un booster pour la fertilité masculine !
  • L’asafoetida possède des propriétés médicinales qui lui confèrent un intérêt particulier dans les plats plutôt lourds. On pourrait l’assimiler au goût de l'oignon ou de l'ail.
  • Le macis, l’enveloppe externe de la noix de muscade.
  • Le fenugrec dont les feuilles étaient autrefois utilisées comme aphrodisiaques.

Même si l’Asie demeure un véritable berceau des épices, chaque continent possède une richesse qui lui est propre. 

 

Les autres continents ne sont pas en reste !

Prenons les Aztèques, premier peuple du Mexique. Une grande partie de leurs découvertes est encore utilisée de nos jours. En outre, le paprika était initialement fabriqué à base de poivrons -ou piments doux- originaires d’Amérique du Sud.

La stévia, plante édulcorante à haut pouvoir sucrant provenant d'Amérique du Sud, y est consommée depuis plusieurs siècles alors qu’elle ne fait réellement parler d’elle que depuis quelques années pour traiter l’obésité ou le diabète. On la retrouve de plus en plus fréquemment dans des produits alimentaires et boissons allégés pour remplacer le sucre traditionnel.

Nous pouvons aussi être fiers de notre patrimoine culinaire. C’est sous l’impulsion du gouverneur Pierre Poivre (c’est presque un comble !) et du botaniste Joseph Hubert qu’affluent les épices sur l’île de la Réunion. Citronelle, piment, kaloupilé, gingembre, quatre-épices … appartiennent depuis au paysage culinaire réunionnais pour notre plus grand plaisir !

Des petits plus qui, ajoutés à nos préparations permettent à la fois de relever, décorer, assaisonner tout en participant au maintien d’une bonne santé !

 

Une question ? Un conseil ? Les médecins partenaires MEDADOM sont disponibles en moins de 10 minutes (délai moyen) pour échanger avec vous.