L'équipe médicale MEDADOM vendredi 18 mars 2022

5 infos sur la tumeur au cerveau

Ce sont plus de 200 tumeurs primitives du cerveau qui étaient répertoriées en 2012. Elles représentent des cancers rares, avec moins de 1,5% de l'ensemble des cancers la même année. Toutefois, elles sont retrouvées dans 24% des cancers pédiatriques. Ce sont donc les enfants qui sont le plus à risque de développer ce type de cancer. 

Quels sont les différents types de cancer au cerveau ? Comment se manifeste t-il ? Quelle est l'évolution d'un cancer au cerveau ? On vous en parle dans cet article.  

Data :  5900 nouvelles personnes ont été diagnostiquées en 2018 d'un cancer du système nerveux central (Fondation Recherche Médicale), c'est-à-dire une tumeur au cerveau, du cervelet, de la moelle épinière ou du tronc cérébral. 


Nos articles santé et recherche à retrouver ici.

tumeur du cerveau : un cancer rare

 

Il existe différents cancers au cerveau, dont un est le plus fréquent 


La tumeur au cerveau, peut être différente en fonction de sa localisation ou encore des cellules affectées. Il existe ainsi effet différents cancers du cerveau mais qui ont la même évolution cellullaire, à savoir une multiplication de cellules bégnines ou malignes au niveau cérébral :

  • La tumeur au cerveau la plus fréquente (1 cas sur 3) est le gliome, une multiplication de cellules gliales cancéreuses. Les cellules gliales sont des cellules supports des neurones. 
  • Puis viennent les méningiomes (ce sont les méninges qui sont affectées);
  • les médulloblastomes (au niveau du cervelet), retrouvés principalement chez les enfants.
  • Enfin, on retrouve les lymphomes (cellules sanguines du cerveau affectées) et les médulloblastomes (tumeur bégnine des cellules de Schwann). 
     
Le saviez-vous ? On différencie les tumeurs primitives du cerveau qui naissent dans l'organe et les métastases qui sont des cellules malignes importées d'un autre organe atteint. Attention, l'inverse n'est pas vrai : les cellules malignes du cerveau restent localisées et ne se propagent pas à d'autres organes.  

 


Les symptômes de la tumeur au cerveau ne sont pas caractéristiques
 

Invisible à l'œil nu, le diagnostic de la tumeur au cerveau peut être long de par le fait qu'elle ne se manifeste parfois par aucun symptôme ou par des symptômes qui peuvent amener à un diagnostic différentiel, qui pourra pencher vers une affection bénigne dans un premier temps. Le diagnostic sera donc parfois effectuer par élimination. 
  • Pour les tumeurs de petites tailles : le patient est en général asymptomatique
  • Pour les tumeurs de plus grande taille : des symptômes non spécifiques peuvent apparaître : maux de têtes, nausées/vomissements, convulsions, autres symptômes comme des troubles auditifs, des troubles de l'équilibre ou de la mémoire, parfois une paralysie partielle

Le diagnostic repose, au delà de l'examen clinique sur l'imagerie (IRM et scanner) suivie d'une biopsie de confirmation. En cas de doute, parlez-en à un médecin. 

 

2 facteurs de risques ont été reconnus comme favorisant la tumeur au cerveau

 

Malgré une connaissance encore partielle sur les causes de l'apparition d'une tumeur au cerveau, on a aujourd'hui la certitude de deux facteurs de risques :

  • les irradiations (le plus souvent médicales dans le cadre d'analyse d'imagerie) qui vont être reçues au niveau de la tête peuvent augmenter faiblement le risque de survenue d'un tumeur au cerveau quelques années après les radiations
  • l'immunodépression présente dans certaines maladies chroniques favoriseraient le développement d'un cancer du cerveau 
D'autres facteurs de risques pourraient être impliqués comme certains produits chimiques ou encore les traitements hormonaux mais aucune étude ne le confirme à ce jour. Seules certaines maladies héréditaires seraient aussi considérées comme facteurs de risques de la tumeur au cerveau.



Evolution et traitement de la tumeur au cerveau 


Tumeur au cerveau : des chances de survie relativement faibles 


Selon le Vidal, le taux de survie à 5 ans est estimé entre 20 et 30%. Ce faible taux de survie s'explique par une atteinte localisée qui touche les des fonctions essentielles au bon fonctionnement de l'organisme. Le patient atteint d'un tumeur au cerveau décédera des suites de l'extension des cellules cancéreuses au niveau du cerveau et non de métastases qui se seraient répandues dans le reste du corps puisque c'est une tumeur qui reste localisée. 

 

Un traitement principal est la chirurgie

Afin d'éliminer totalement les cellules malignes, c'est la chirurgie qui est privilégiée. En cas d'impossibilité de par la localisation de la tumeur au cerveau, des raisons anatomiques ou des facteurs de risques trop importants (comorbidités), on peut envisager la radiothérapie ou la chimiothérapie.
   


Une affection ponctuelle ? Les médecins partenaires MEDADOM sont disponibles pour vous répondre en téléconsultation !

 


Sources :
- Tout savoir sur les cancer du cerveau, Fondation pour la Recherche M2dicale, 20 novembre 2020
- Tumeurs du cerveau, Vidal, 15 février 2021
-
Les cancers du cerveau, Fondation pour la recherche sur le cancer