Skip to main content

6 signes de l’alcoolisme

En France, 1 Français sur 10 déclare boire quotidiennement de l’alcool. Or l’alcoolisme chronique est un trouble qui apparaît insidieusement si on consomme trop régulièrement des boissons alcoolisées. MEDADOM vous expose les symptômes de l’alcoolisme.

 

Vous avez besoin de consulter mais votre médecin n'est pas disponible ? Les médecins partenaires MEDADOM sont disponibles 7j/7.

 

 

Qu'est-ce que l'alcoolisme ou alcoolodépendance ?

 

C’est quoi, l’alcoolisme chronique ?

 

L’alcoolisme chronique, également appelé “alcoolodépendance”, est le fait de présenter une addiction à l’alcool. A cause de cette addiction, des conséquences négatives sur différentes facettes de votre vie peuvent voir le jour, à commencer par votre santé.

Le saviez-vous ? L’alcool est le deuxième facteur de risque de cancers évitables après le tabac. On estime qu’il joue un rôle dans le développement de cancer dans pas moins de 17 parties du corps (appareil digestif, respiratoire, sein, etc.). Toutes pathologies confondues, on estime que l’alcoolisme causerait jusqu’à 50 000 décès par an en France.

 

De plus, il est estimé qu’en France, 1,5 millions de personnes sont en situation d’alcoolisme. Cette situation concerne davantage les hommes que les femmes mais cet écart tend à se réduire avec le temps. En plus des conséquences sur la santé, être alcoolique peut entraîner de graves conséquences sociales ou sur le plan relationnel.



Quels sont les symptômes de l'alcoolisme ?

 

comment reconnaître l'alcoolisme ?



L’OMS déf
init l’alcoolisme comme une addiction dans laquelle la consommation d’alcool devient une priorité pour la personne, devant les autres aspects de sa vie. Si vous souffrez d’une addiction à l’alcool, le désir de consommer prime sur le reste et vous ne pouvez généralement plus vous contrôler dans ces situations d’envies irrépressibles.

Les personnes alcooliques développent une obsession pour le produit et organisent leur vie autour des consommations. Cela peut se traduire par une réduction voire un abandon total des autres activités qui vous font plaisir et une augmentation progressive du temps passé à vous procurer de l’alcool et à boire.

 

Les prises d’alcool vont petit à petit être plus importantes, consommées en plus grandes quantités en raison du phénomène de tolérance accrue à l’alcool caractéristique de la dépendance. Ce phénomène va faire que si vous êtes alcoolique, vous allez être obligé de boire de plus grandes quantités au bout d’un certain temps pour obtenir les effets recherchés.

 

La perte de contrôle est également un phénomène qui définit l’alcoolisme. Au fur et à mesure de l’installation de l’alcoolodépendance, vous risquez de perdre totalement le contrôle sur la consommation et de finir par boire en toutes circonstances.

 

Les personnes alcooliques ne peuvent plus gérer leur comportement et s’alcoolisent même dans les situations où l’état d’ébriété peut les mettre en danger (ex : sur le lieu de travail). On parle de persistance dans les conduites de prise d’alcool alors même que des problèmes et conséquences négatives se manifestent de plus en plus souvent, voire s’installent dans la durée.

 

Une dépendance physique va aussi s’installer, et se manifeste par des symptômes d’alcoolisme caractéristiques lors de l’arrêt de la consommation. Ce sont les symptômes de manque

  • anxiété,
  • tremblements,
  • sueurs,
  • vertiges,
  • nausées,
  • agitation,
  • etc.

Ces états sont difficilement supportables et vont s’amenuiser par la prise d’alcool, ce qui renforce l’alcoolisme chronique dans la durée et peut vous plonger dans un état de grande souffrance.

 

 

Comment savoir si on est alcoolique ?

 

Est-il possible d’évaluer son niveau d’alcoolisme ?

 

Pour évaluer votre risque d’alcoolodépendance ou de consommation d’alcool problématique, vous pouvez vous tester grâce au questionnaire FACE : Formule pour Approcher la Consommation d’alcool par Entretien. Selon les résultats, consultez un médecin pour en savoir plus et obtenir des conseils personnalisés.

Le meilleur moyen d’en avoir le cœur net est de se tourner vers un professionnel de santé formé sur la question de l’alcoolisme. Des médecins addictologues sont présents dans de nombreuses structures en France pour vous permettre de faire le point sur votre consommation. Le cas échéant, une prise en charge adaptée pourra vous être proposée.



Peut-on diagnostiquer l’alcoolisme après une prise de sang ?

 

Certains indicateurs sanguins, tels que le taux de gamma-GT, peuvent être utilisés pour repérer de potentiels problèmes de foie, et éventuellement un alcoolisme chronique.

Les gamma-GT sont des enzymes du foie dont le taux peut être mesuré par prise de sang, dans le cadre d'un bilan médical. Les seuils normaux chez l’adulte sont entre 15 et 55 UI/L (unités internationales par litre) chez l'homme et entre 10 et 40 UI/L chez la femme. Au-delà de ce seuil, cela peut signifier un mauvais fonctionnement du foie, voire une pathologie biliaire ou hépatique.



Quel est le taux de gamma-GT d’un alcoolique ?

 

Aujourd’hui, il est établi qu’une consommation chronique d’alcool entraîne une augmentation des gamma-GT même si ce n’est pas la seule cause possible. Si votre médecin ou vous-même constatez des changements du niveau de gamma-GT suite à des analyses sanguines, n’ayez pas crainte d’aborder la question pour savoir si vous devriez adapter votre consommation d’alcool ou vous faire accompagner.

S’il est avéré que c’est l’alcoolisme qui est responsable de l’augmentation, le seul moyen de faire chuter le taux de gamma-GT dans votre sang est de stopper votre consommation d’alcool. En général, 48 heures peuvent suffire pour faire chuter le niveau de gamma-GT.

 

Vous souhaitez consulter un médecin sans rendez-vous pour aborder la question de l’alcoolisme et votre médecin n'est pas disponible ?

 

 

 

Sources :