L'équipe médicale MEDADOM vendredi 6 août 2021

Décryptage alimentaire #1 : Nutri-Score, nouveau système de notation

Les années passent et les informations sur les étiquetages se multiplient. Label rouge, BIO, équitable, sans pesticide, pêche durable, score Siga, bilan carbone, Nutri-Score … Il devient de plus en plus difficile de se repérer ! 

Faisons le point sur le Nutri-Score

Découvrez tous nos articles sur la nutrition sur le blog MEDADOM.

Nutri-Score : décryptage

 

Nutri-Score, un nouveau système de notation des aliments

 

Le Nutri-Score est un système d’information simplifié pour éclairer les consommateurs sur leurs choix alimentaires. Il se caractérise par une échelle de notation allant graduellement de la lettre A (verte), synonyme de bonne qualité nutritionnelle, jusqu’à la lettre E (rouge) aliments à éviter. 

Initialement présent sur les produits alimentaires de grande consommation, il a depuis peu fait son apparition sur certains plats issus de la livraison, au restaurant et en restauration collective.

 

Pour l’instant non obligatoire, seules les entreprises volontaires affichent cet indicateur sur leurs produits. Certaines marques ont même profité de cette occasion, la transformant en opportunité, pour refondre l’intégralité de leurs gammes (de la recette aux packagings) et arborer le Nutri-Score comme un argument pour rassurer et favoriser l’achat. 

 

Créé en 2018, il se construit principalement sur les composantes à limiter (trop énergique, gras, sucré ou salé) et celles à privilégier (fibres, protéines, …). 

À priori un moyen efficace de simplifier les compositions et étiquetages nutritionnels pour faire les bons choix. Et c’est le cas, de façon générale. En effet, près de 18% des consommateurs orientent leurs achats en fonction du Nutri-Score !

Nutri-Score : ce qu'il faut savoir


Mais le Nutri-Score se base sur l’équivalent de 100 g de produit. Et c’est là que les choses se compliquent.

 

 

Nutri-Score : un score qui comportent des failles ?

 

Même si le principe global se veut plutôt fiable, certains cas de figure poussent au questionnement.

Le Nutri-Score part ainsi du principe qu’un aliment gras, salé ou et calorique est en général néfaste pour la santé. C’est par exemple le cas de l’huile d’olive, pourtant essentielle à l’organisme, ou du beurre qui obtiennent une note de D versus un bol de céréales ou un paquet de frites (non salées et sans sauce) qui obtiennent un A. Le paradoxe vient du fait que le Nutri-Score se base sur une consommation de 100 g de produit. Or, il est rare de consommer 100 g d’huile d’olive ou de beurre en une prise. De même, les frites en question étant “natures”, c'est-à-dire sans sel, sans gras, sans sauce avant cuisson, elles peuvent être considérées comme saines. Même si l’on sait pertinemment que des sauces, du sel voire des matières grasses seront ajoutées ensuite. 

 

De la même façon, du saumon fumé sera mal noté alors qu’il n’est consommé qu’en petite quantité et qu’il est plutôt bon pour la santé. Certains fromages comme le Roquefort obtiennent un E du fait du mode de fabrication, un produit pourtant sain s’il est consommé en proportion raisonnable.

 

Dernier point, le Nutri-Score ne tient pas compte du degré de transformation des aliments (contrairement au système Siga) et des additifs utilisés dans la recette. Ainsi, un plat préparé pourtant non recommandé, peut aisément obtenir un A même si sa liste d’ingrédients, contient des substances controversées.

Il ne tient pas compte non plus des micronutriments tels que les vitamines, oligoéléments pourtant essentiels.



Les médecins partenaires MEDADOM sont disponibles pour vous répondre en moins de 10 minutes !