Amanda Huguet-Millot vendredi 12 janvier 2024

Comment prévenir l'insuffisance veineuse ?

L’insuffisance veineuse est une affection très fréquente. Elle toucherait 20 à 30% de la population, dont une majorité de femmes.
Souvent caractérisée par la sensation de jambes lourdes, l’insuffisance veineuse peut entraîner des symptômes douloureux, inesthétiques, et parfois graves à long terme.

Et si la génétique possède une part dominante dans cette affection, quelques conseils permettent de limiter les symptômes de l’insuffisance veineuse.

 

Vous avez besoin de consulter mais votre médecin n'est pas disponible ?
Consultez ici un médecin sans rdv en téléconsultation pour avoir un avis médical



Qu’est-ce que l’insuffisance veineuse ?

 

Définition de l’insuffisance veineuse

 

L’insuffisance veineuse est caractérisée par un mauvais retour veineux, c’est-à-dire que le sang qui circule dans les membres inférieurs (jambes) a du mal à remonter vers le cœur.

En effet, les veines des membres inférieurs ont pour rôle de renvoyer le flux sanguin des pieds vers le haut du corps, au niveau du cœur. Pour cela, le système veineux des membres inférieurs est composé de deux réseaux :

  • Les veines profondes, assurant la majorité du retour veineux.
  • Les veines superficielles.

Ces veines sont équipées de valves qui, lorsque nous sommes debout, luttent contre la pesanteur et empêchent le sang de redescendre vers le bas du corps.

Quand ce système ne remplit plus complètement sa fonction, le sang (et parfois la lymphe) stagne dans les membres inférieurs et on parle d’insuffisance veineuse ou d’insuffisance veino-lymphatique.

Les varices sont un symptôme de l’insuffisance veineuse.

Quelles sont les causes de l’insuffisance veineuse ?

 

L’insuffisance veineuse est souvent due à une perte d’élasticité et de fermeté des veines, ainsi qu’à un dysfonctionnement de leurs valvules censées empêcher le reflux.

Les dysfonctionnements peuvent survenir au niveau :

  • Des veines profondes : le plus souvent secondairement à une thrombose (ou phlébite).

  • Des veines superficielles : on parle alors d’insuffisance veineuse superficielle, et celle-ci peut se transformer en varice.




Quels sont les facteurs de risques de développer une insuffisance veineuse ?

 

Certaines situations ou évènements peuvent favoriser la survenue de l’insuffisance veineuse : 

  • Les antécédents familiaux : l’hérédité jouerait un rôle dans le risque de survenue d’une insuffisance veineuse dans 80% des cas. Si les deux parents sont atteints de maladie veineuse chronique, le risque d’en développer une à son tour est d’autant plus important.

  • L’âge : le risque croît en vieillissant.

  • Le sexe : l’insuffisance veineuse touche majoritairement les femmes, de façon plus précoce que les hommes.

  • Les variations hormonales : le risque est majoré en période prémenstruelle et pendant la grossesse.

  • La grossesse : les variations hormonales dilatent en effet les veines, et ce phénomène s’amplifie à chaque nouvelle grossesse. De plus, au-delà des variations hormonales, l’insuffisance veineuse est également liée au poids de l’utérus qui comprime certaines veines.

  • Le surpoids et l’obésité : la pression au niveau des jambes est augmentée, diminuant le retour veineux.

  • La sédentarité : l’activité physique permet en effet au cœur d’être plus performant et d’améliorer la circulation sanguine. La marche permet également de faciliter le retour veineux. En l’absence d’activité physique, le risque de développer une insuffisance veineuse est donc augmenté.

  • La pratique régulière et intensive de certains sports : les sports à risque traumatique (haltérophilie, rugby, tennis…) pourraient toutefois détériorer les valves présentes dans les veines.

  • Le tabagisme : en nuisant à la bonne santé cardiovasculaire.

  • Certaines postures : en cas de station debout prolongée et répétée et/ou de piétinement, notamment dans le cadre professionnel (coiffeur, serveur, cuisinier, infirmier…), le risque de stagnation du sang dans les membres inférieurs augmente.

  • La chaleur : en dilatant les veines, la chaleur a tendance à augmenter les symptômes de l’insuffisance veineuse.

  • Les voyages en avion : peuvent également générer des troubles de la circulation sanguine, notamment lorsqu’ils sont longs. Il est ainsi recommandé de se lever régulièrement pour marcher, d’éviter la déshydratation en buvant de l’eau régulièrement et d’éviter de croiser les jambes, voire de porter des bas de contention.

 

 

Comment se manifeste l’insuffisance veineuse ?

 

Quels sont les symptômes de l’insuffisance veineuse ?

 

L’insuffisance veineuse peut être responsable de divers symptômes :

  • Une sensation de jambes lourdes : notamment en fin de journée, les membres inférieurs semblent lourds et tendus.

  • Des impatiences : des fourmillements ou engourdissements et un besoin irrépressible de bouger les jambes.

  • Des crampes nocturnes.

  • Des gonflements des mollets, des chevilles ou des pieds (œdèmes).

  • Des varicosités ou des varices : des petits amas de vaisseaux violacés ou rougeâtres, ou bien des veines plus grosses, en relief, apparaissant sur les jambes. Elles sont sans gravité mais souvent inesthétiques.

  • Des démangeaisons (prurit), surtout au niveau du bas des mollets.


Ces symptômes de l’insuffisance veineuse ont tendance à s’amplifier en fin de journée, s’il fait chaud ou si l’on reste debout longtemps, notamment en piétinant.

Chez les femmes, ces symptômes s’accentuent quelques jours avant l’arrivée des règles.

 

 

L’insuffisance veineuse est-elle grave ?

 

L’insuffisance veineuse n’est pas grave en elle-même, mais en l’absence de traitement, la stagnation du sang dans les membres inférieurs peut s’auto-aggraver.

En effet, si la stase du sang perdure, elle peut entraîner une dilatation des veines, ce qui augmente le dysfonctionnement des valvules veineuses et empire l’insuffisance veineuse.

À long-terme, des complications plus graves peuvent survenir :

  • Une dégradation de la peau des membres inférieurs dont des ulcères variqueux : une plaie chronique et douloureuse, ne parvenant pas à cicatriser, et faisant courir le risque d’une surinfection.

  • Une thrombose veineuse (ou phlébite) : la formation d’un caillot sanguin, pouvant se détacher et causer l’obstruction d’une artère.

  • Une embolie pulmonaire : conséquence de la thrombose veineuse, l’embolie pulmonaire se caractérise par l’obstruction d’une artère pulmonaire. L’embolie pulmonaire est responsable de presque 20 000 décès chaque année en France.

 

 

Quand consulter un médecin pour une insuffisance veineuse ?

 

En cas d’insuffisance veineuse, il est ainsi conseillé de consulter un médecin :

  • Si le gonflement au niveau des membres inférieurs est apparu brutalement.
  • Si celui-ci est douloureux, chaud et rouge.
  • S’il prédomine d’un seul côté.
  • S’il s’accompagne de fièvre.
  • Si la peau présente des signes d’infection.
  • En cas de traitement médicamenteux ayant comme effet secondaire potentiel un œdème.
  • Si l’état des jambes ne s’améliore pas malgré les conseils ci-après.
  • Si des varices de plus de 3mm de diamètre apparaissent.


Des situations d’urgence peuvent toutefois justifier d’appeler immédiatement le 15 en cas d’insuffisance veineuse, notamment si le gonflement des membres inférieurs est très récent et est accompagné :

  • D’une difficulté respiratoire permanente ou d’un essoufflement anormal durant l’effort ;
  • D’une douleur brutale dans la poitrine ;
  • De vertiges ;
  • D’acouphènes (bourdonnements d’oreilles) ;
  • D’un ventre ballonné et dur.

 



Quels sont les traitements de l’insuffisance veineuse ?

 

Prévenir l’insuffisance veineuse

 

Afin de prévenir l’insuffisance veineuse, il est conseillé de mettre en place quelques conseils favorisant une bonne circulation sanguine.

Tout d’abord, il est recommandé de pratiquer une activité physique adaptée de façon régulière. Il est par exemple possible de :

  • Marcher, au moins 20 minutes par jour, pour propulser le sang dans les veines profondes en direction du cœur.
  • Privilégier les escaliers, plutôt que les ascenseurs.
  • Pratiquer une activité sportive telle que la natation, le vélo ou encore la danse.
  • Limiter la pratique des sports qui provoquent des chocs sur la voute plantaire (tennis, basket-ball…) ou peuvent bloquer la circulation sanguine (ski, judo, équitation…).


De plus, adopter une bonne posture permet également de lutter contre l’insuffisance veineuse :

  • Assis ou couché, mieux vaut garder les jambes étendues que pliées au niveau du genou.

  • Allongé, surélever les pieds du lit de 10 à 15cm facilite le retour du flux sanguin vers le cœur.

  • En cas de position prolongée, assis ou debout, prendre des pauses régulières pour marcher permet d’activer la circulation sanguine.


Une douche froide sur les jambes peut également soulager les symptômes de l’insuffisance veineuse. À l’inverse, l’exposition répétée et prolongée des jambes à la chaleur (douche ou bain chaud, sauna ou hammam, épilation à la cire chaude, exposition au soleil, chauffage au sol…) risque d’aggraver l’insuffisance veineuse.

Il est également recommandé d’éviter les vêtements trop serrés (ceintures, gaines, bottes hautes et mi-bas compressant le mollet…) qui entravent la circulation du sang. Par ailleurs, le port de chaussures à talon haut est également déconseillé.

Le soin accordé à ses pieds est également important : un appui complet de la voute plantaire au sol durant la marche est nécessaire pour un bon reflux du sang vers le cœur. Consulter un podologue peut donc être nécessaire pour s’assurer que la marche est adaptée.

Puisque le tabac a des conséquences néfastes sur la santé cardiovasculaire, arrêter de fumer est également recommandé.

Enfin, une alimentation variée et équilibrée peut également être bénéfique pour lutter contre l’insuffisance veineuse.



Traitements de l’insuffisance veineuse

 

Aujourd’hui, de nombreux traitements et solutions médicales existent pour soulager les symptômes de l’insuffisance veineuse.

Tout d’abord, les traitements qui améliorent la circulation sanguine :

  • La phytothérapie : marronnier d’Inde, gingko biloba, hamamélis, petit houx, mélilot, vigne rouge… en gélules ou en tisanes par exemple.

  • L’aromathérapie : huiles essentielles de cyprès, d’Hélichryse italienne, de lemongrass, de lentisque pistachier…,

  • Les médicaments veinotoniques ou veinotropes.


Les traitements sont à prendre sur une courte période, pour soulager les symptômes, en complément des mesures vues précédemment. Dans tous les cas, il est fortement recommandé de demander conseil à son médecin ou à un pharmacien car des contre-indications existent. De plus, le port de bas de contention peut être prescrit par un médecin.

Enfin, il existe différentes techniques thérapeutiques pour faire disparaître les symptômes disgracieux liés à l’insuffisance veineuse (varices et varicosités) : sclérothérapie, ablation thermique, phlébectomie

Pour traiter les symptômes de l’insuffisance veineuse, une consultation en médecine ou chirurgie vasculaire est indiquée.

 

Vous cherchez un médecin généraliste sans rdv ?
Pensez à la téléconsultation ! 

Téléconsulter sans rendez-vous

 

 

 

Propos écrits par Amanda Huguet-Millot, Diététicienne-Nutritionniste et Ingénieure en Alimentation & Santé

 

 

Sources :

Amanda Huguet-Millot

Diététicienne-Nutritionniste et Ingénieure en Alimentation & Santé