L'équipe de rédaction de MEDADOM mercredi 19 janvier 2022

Téléconsultation et covid-19 : premier bilan

Janvier 2022. Depuis deux ans maintenant, le système de santé et le personnel soignant ont été mis à rude épreuve : soins aux malades, protection de la population, gestion des urgences et lits à l'hôpital. L'activité médicale ne faiblit pas avec la nouvelle vague de l'épidémie. L'outil digital s'est révélé être un atout majeur dans la gestion de l'épidémie de coronavirus, et particulièrement le recours à la téléconsultation. Explications. 

Le saviez-vous ? Le gouvernement a prolongé le remboursement intégral de la téléconsultation par l'Assurance maladie jusqu'au 30 avril 2022. 


Découvrez MEDADOM et consultez en ligne

Téléconsultation : premier bilan avec l'épidémie et évolutions


L'intérêt de la consultation en ligne quand on le coronavirus

Pourquoi opter pour la téléconsultation quand on a le coronavirus  ? 

 

Si les symptômes sont modérés ou intenses, il convient de consulter un médecin. La téléconsultation est une alternative :

  • Le médecin confirmera si les symptômes sont liés au coronavirus suite à l'interrogatoire.
  • Consulter en ligne quand on a été testé positif au coronavirus, c'est avant tout protéger les autres. En effet, en limitant vos déplacements, vous évitez de contaminer d'autres personnes.
  • Par ailleurs, si vous êtes symptomatique, la téléconsultation vous fait grâce d'heures d'attente si vous vous étiez rendu aux urgences ou de la fatigue engendrée par les transports.
  • Elle permet également de limiter les coûts liés au déplacement.
  • Elle est 100% remboursée par la Sécurité sociale (jusqu'au 30 avril 2022).
  • Ne pas vous rendre aux urgences pour des symptômes légers à modérés, sans signes de gravité, permet aux équipes soignantes de prendre en charge plus rapidement des urgences avérées. 

 


Pourquoi il faut consulter quand on est symptomatique ? 


Certes, la covid-19 est une maladie virale, la prise d'antibiotique n'est donc pas indiquée. Toutefois, des traitements et conseils symptomatiques peuvent vous permettre d'améliorer votre état de santé et vous aider à surmonter l'affection.

Par ailleurs, en téléconsultation, le médecin peut également
déceler un signe de gravité et vous orienter vers un service adapté (cabinet de ville ou urgences). 

 


Téléconsultation et coronavirus : quel bilan ?

 

Lors des différents confinements, les patients et professionnels de santé ont recouru massivement à la téléconsultation de par les avantages mentionnés plus haut. Ainsi, la crise sanitaire a été non seulement un catalyseur pour la télémédecine et la téléconsultation, mais a également entériné ces pratiques dans le système de santé. 
Les chiffres parlent d'eux-mêmes :

  • 5,5 millions de téléconsultations remboursées par l’Assurance Maladie entre mars et avril 2020, 19 millions sur l'année 2022
  • + 800% de médecins utilisateurs depuis le début de la crise Covid (un passage de 5 000 à 40 000 médecins).


Selon un étude parue le 18 janvier 2022 par l’Institut économique Molinari, les téléconsultations représentent aujourd'hui 5% des consultations totales des médecins généralistes et des dentistes. Ainsi, la nouvelle vague de coronavirus n'a pas engendré un nouveau recours massif à la téléconsultation alors que dans le dernier baromètre de télémédecine de l'Agence du numérique en santé (ANS) par Odoxa de janvier 2021, 7 patients sur 10 s'estimaient prêts à recourir à la télémédecine si leur médecin leur proposait. Un aubaine pour les patients qui renoncent aux soins si leur médecin est indisponible et qui ne trouvent pas de médecin rapidement. 


Dans un délai moyen de 10 minutes, vous pouvez êtes mis en relation avec un médecin partenaire MEDADOM .



Pourtant, selon cette même étude, doubler la proportion de téléconsultation, en passant de 5 à 10% permettrait d'économiser 1 milliard d'euros (près de 50% proviendrait des frais fixes des consultations et des économies liées à la téléexpertise, 25% des coûts de transports en moins et 25% d'économies en lien avec le fonctionnement des services d'urgences).  



Sources :