L'équipe de rédaction MEDADOM vendredi 15 juillet 2022

Quels sont les 5 types d'alcoolisme ?

HubSpot Video


Même en faible quantité, la consommation régulière voire quotidienne d’alcool peut constituer une routine dangereuse qui cause une dépendance. Boire peut ainsi devenir un réflexe dont il est difficile de s'extraire. MEDADOM fait le point sur les différentes formes d'alcoolisme.

 

 

 

Qu'est ce que l'alcoolisme ?

La définition de l'alcoolisme est complexe. Être alcoolique ou addict à l'alcool est caractérisé par le fait consommer de manière inadaptée, et de ne plus pouvoir se passer de la substance en développant un besoin irrépressible qui efface les autres aspects de votre vie. En général, un sentiment de perte de contrôle est ressenti, ainsi qu'une dépendance.

 

 

Quand peut-on dire qu'on est alcoolique ?

Quiconque est dans une consommation d'alcool, de manière aussi modérée ou ponctuelle soit-elle, peut développer une conduite addictive et donc un problème d'alcoolisme. Le fait même d'être capable de consommer 5 à 6 bières en une seule occasion est en soi problématique, car on peut difficilement s'imaginer faire de même avec une boisson non alcoolisée, telle que du jus d'orange.

C'est pourquoi il est pertinent de faire le point sur sa consommation pour évaluer son niveau d'alcoolisme. Au delà des indices de fréquence et de quantité consommée, les paramètres qui sont à creuser pour faire le point sur votre consommation tiennent en deux mots :

  • Pourquoi : ce qui vous pousse à boire de l'alcool, votre histoire avec le produit
  • Comment : le contexte de consommation, votre profil de buveur

En effet, réfléchir sur les causes de sa consommation et sur son profil de consommation peut vous aider à déceler un potentiel état d'alcoolisme. Le contexte dans lequel vous buvez peut aussi révéler une conduite à risque ou une relation problématique avec l'alcool.

 

Si vous vous reconnaissez dans une ou plusieurs des situations suivantes caractéristiques de l'alcoolisme, prenez le temps de faire le point et d'en parler avec un professionnel de santé :

  • Il vous arrive régulièrement d'être dans un état d'ivresse
  • Vous consommez parfois plus que ce que vous ne le souhaitiez initialement
  • Il est fréquent que vous regrettiez d'avoir trop bu
  • Ca vous arrive de boire de l'alcool lorsque vous êtes seul
  • Vous avez parfois besoin de boire pour vous sentir mieux
  • Un proche vous a déjà fait part de ses inquiétudes sur votre un potentiel alcoolisme
  • Vous avez déjà consommé d'autres substances avec l'alcool (cannabis, etc.)
  • Il vous est déjà arrivé d'avoir des problèmes suite à la consommation d'alcool : violence, blessure, accident etc.
  • Vous constatez des conséquences négatives de la consommation d'alcool sur vos relations avec votre entourage, sur la qualité de votre travail, etc.

 

Face à l'alcoolisme, diminuer sa consommation ou arrêter totalement n'est jamais une chose aisée, encore moins sans accompagnement. Loin d'être juste une question de volonté, il est souvent nécessaire de se faire aider par un professionnel de santé.



Besoin d'une réponse rapide à un soin non programmé et pas de professionnel de santé disponible ?

Téléconsulter sans rendez-vous

 

 

 

Quels-sont les différents types d'alcoolisme ?


La science aurait identifié 5 types d'alcoolisme :

  • L'alcoolisme de type jeune adulte, caractérisé par une forte prise d'alcool dans les contextes festifs, mais par une faible consommation d'autres substances que l'alcool, une prévalence relativement faible de pathologies mentales, une absence d'histoire familiale autour de l'alcool. Le profil type ici est un jeune en sortie d'étude, qui n'a pas conscience d'avoir un problème avec l'alcool.
  • Le type jeune antisocial : concerne les personnes ayant commencé à boire tôt, autour de la vingtaine, et ayant des problèmes avec l'alcool. Un alcoolisme familial est souvent présent, ainsi que des troubles concomitants (de la personnalité notamment) et une consommation parallèle d'autres substances que l'alcool (cigarette, cocaïne, etc.). Si vous en souffrez, vous avez très probablement conscience du problème et pouvez être en recherche d'aide.
  • L'alcoolisme fonctionnel : ce type est concerne les profils d'âge moyen, possédant souvent une vie stable (emploi, famille) et ne témoignant d'aucun méfait de l'alcool sur leur quotidien. Si vous êtes concerné, vous buvez sans doute très régulièrement de l'alcool, mais sans être dans l'excès quotidien. Une histoire familiale avec l'alcool est souvent présente, ainsi qu'un risque de dépression.
  • Le type familial intermédiaire : similaire à l'alcoolisme fonctionnel, ce type est néanmoins différent en raison de consommations fréquentes d'autres substances (cannabis, cocaïne). Seule 1 personne sur 4 de ce type recherche de l'aide pour son problème d'alcool.
  • Le type chronique sévère : cet alcoolisme est caractérisé par de gros problèmes d'alcool, pouvant mener  à des soucis avec la justice. On le retrouve très souvent chez les personnes d'âge moyen qui souffrent aussi de troubles de la personnalité, ainsi que des risques majeurs de troubles mentaux. La quasi totalité présente un alcoolisme multigénérationnel. La poly-consommation de substances dont les drogues est très fréquemment retrouvée dans ce type d'alcoolisme, et c'est également les personnes de ce type qui recherchent le plus de l'aide.

  Type jeune adulte Type jeune antisocial  Type fonctionnel Type familial intermédiaire Type chronique sévère
Âge moyen Jeune adulte Jeune adulte Adulte d'âge médian Adulte d'âge médian Adulte d'âge médian
Consommation d'autres substances Faible risque Risque moyen Risque moyen Faible risque Risque élevé
Historique familial Faible risque Risque moyen Risque moyen Risque moyen Risque élevé
Troubles mentaux Faible risque Risque moyen Faible risque Risque moyen Risque élevé
Conscience du problème Faible Moyenne Non Faible Elevée

 

Un autre type d'alcoolisme parfois retrouvé est l'alcoolisme fœtal, qui est le fait d'avoir exposé son enfant pendant la grossesse en prenant de l'alcool, ne serait-ce qu'un verre. Les conséquences de l'alcool sur la santé du fœtus et du nouveau né sont potentiellement très graves.

Le syndrome d'alcoolisation fœtal est caractérisé par un syndrome de sevrage alcoolique à la naissance, ainsi que par des risques de mauvais développement physique et mental de l'enfant. Les principaux signes qu'un nourrisson a été intoxiqué à l'alcool pendant la grossesse sont : 

  • bébé de petite taille
  • traits physiques caractéristiques
  • présence de troubles cognitifs / retard mental

Pour en savoir plus sur le syndrome d'alcoolisation fœtal cliquez ici.

 

 

Qu'est ce qui rend addict à l'alcool ?

aphte-1-2homme assis seul avec un verre souffrant d'alcoolisme

Le problème avec l'alcoolisme, c'est que cette pratique peut durer des années sans que vous vous rendiez compte de l'addiction qui s'est créée avec le temps. Cependant, votre corps a de grandes chances de s'être adapté à la substance, et développé une dépendance physique.

Même sans aller jusqu'à l'ivresse, consommer de l'alcool chaque jour est un risque de développer une dépendance. De plus, la principale cause de l'addiction est l'association automatique de l'alcool à des moments festifs, de détente ou comme un moyen de relâcher la pression.

Or, en agissant de la sorte, vous entraînez votre cerveau à utiliser l'alcool comme une stratégie, un moyen de faire face au stress ou aux problèmes. Ainsi, à chaque fois que vous ressentez de la tension, votre corps recherchera la solution qui est la plus accessible en mémoire : l'alcool.

Enfin, l'alcoolisme est fortement alimenté en France par la culture de l'alcool : c'est un comportement socialement accepté, voire valorisé. Cela entretient donc des habitudes et des comportements d'alcoolisation qui peuvent mener vers un alcoolisme chronique.

 

Sources :