Skip to main content

Après un traumatisme, comment savoir si je souffre d'un PTSD ?

L’exposition à un événement traumatisant peut déclencher un stress post-traumatique important, qui peut lui-même évoluer vers un trouble particulièrement grave : le PTSD.

Il est important d’en connaître les signes et de savoir comment guérir de ce trouble en adoptant les bons gestes après avoir vécu un traumatisme.

 

Vous avez subi un traumatisme et vous pensez souffrir d'un PTSD ?

Consultez ici un médecin sans rdv en téléconsultation 

 

Qu'est-ce qu'un PTSD ?

 

Quelle est la définition du PTSD ?

 

Le Trouble de stress post-traumatique, de l’anglais Post-traumatic stress disorder (PTSD) est un trouble psychiatrique qui se développe suite à l'exposition à un événement traumatisant :

  • Accident
  • Agression physique / sexuelle
  • Témoin d’un accident / meurtre
  • Attentat
  • Catastrophe naturelle
  • Etc.

 

Un événement traumatique est défini dans la 5ème édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) comme une “exposition directe ou indirecte à la mort ou menace de mort, à des blessures graves ou des violences sexuelles. En plus de ce caractère exceptionnellement menaçant ou catastrophique, cet événement provoque un sentiment de peur, d'horreur ou d'impuissance chez les individus exposés”.

Un dossier de l'Inserm est entièrement dédié au stress post-traumatique pour comprendre ce trouble et évoquer les recherches associées.

 

 

Qui sont les personnes particulièrement exposées ?

 

Si votre profession ou votre environnement de vie vous amène à être fréquemment exposé à un événement traumatisant, vous risquez de vivre un choc post-traumatique, et de développer par la suite un PTSD.

Des professions sont ainsi très exposées :

  • Militaires
  • Policiers
  • Pompiers / secouristes
  • Médecins urgentistes

 

Balise : Militaire souffrant du trouble de stress post-traumatique, PTSD

 

Malgré tout, toute personne peut un jour être exposée à un trauma, et souffrir de symptômes du PTSD. De la même manière, il est possible de développer un PTSD même lorsque l’exposition est secondaire, à savoir si vous n’êtes pas vous-même victime d’un choc traumatique mais que vous êtes affecté par un traumatisme dont vous êtes témoin ou dont vous avez connaissance.

Certaines personnes ont développé un PTSD à la suite des attentats du 13 novembre 2015 au Bataclan après avoir visionné les images des scènes ou avoir entendu les témoignages des survivants.

 

 

Quand survient-il ?

 

Le PTSD peut survenir quelques heures à quelques semaines après avoir vécu un stress traumatique. Il est important de le prendre en charge rapidement afin que ne s’installent pas des stratégies d’évitement.

Si vous souffrez des symptômes depuis plus d’un mois et qu’en raison de cela, vous vous trouvez dans un état de détresse psychologique ou que cela altère votre vie quotidienne, un professionnel de santé peut poser un diagnostic de PTSD.

 

 

Quels sont les signes du PTSD ?

 

Si vous êtes victime d’un événement traumatique, certains signes caractéristiques du PTSD doivent vous alerter. Tout d’abord, le stress post-traumatique peut déclencher un panel de symptômes très envahissants qui perturbent votre quotidien :

  • Vous pouvez souffrir de reviviscences de l’événement, à savoir des flash backs qui vous replongent dans la scène traumatique comme si vous la viviez à nouveau. Les reviviscences sont très réalistes et vives, et sont déclenchées le plus souvent par des éléments de votre environnement qui vous ramènent automatiquement à la scène vécue : certaines odeurs, sons, couleurs, etc. Ces reviviscences peuvent aussi se manifester la nuit sous la forme de cauchemars, et durant le jour sous forme de souvenirs.

  • D’autres symptômes caractéristiques du PTSD sont l’ensemble des stratégies d’évitement de tout ce qui peut vous rappeler l’événement traumatisant. L’évitement peut être externe, par exemple en refusant de vous rendre sur les lieux où s’est déroulé le trauma (ou les lieux ressemblant). L’évitement peut également être interne, via des tentatives pour diminuer votre stress ou vous aider à ne pas repenser au choc vécu : consommation de substances, prise de somnifères etc.

  • Vous pouvez aussi voir votre comportement changer, avec par exemple des difficultés à raisonner normalement ou à vous concentrer en raison du stress post-traumatique. Il est possible aussi d’être atteint affectivement : on observe souvent une baisse des réactions affectives, et des pensées négatives.

  • Enfin, vous pouvez vous trouver dans un état de sur-vigilance très envahissant : un stress constant, l’incapacité à vous relaxer, des problèmes pour trouver le sommeil et pour vous concentrer. Par exemple, sursauter au moindre bruit ou vous sentir sans cesse en danger sont des signes de l’hypervigilance due au PTSD.

 

 

PTSD : Comment s'en sortir ?

 

Quelles en sont les conséquences ?

 

Non accompagnée, une personne souffrant de PTSD peut avoir tendance à initier des comportements d’évitement afin :

  • D’éviter les situations qui lui rappellent l’événement traumatique (exemple : ne plus conduire si elle a été victime d’un accident de voiture).

  • D’adopter de mauvaises stratégies pour réguler son stress interne (exemple : tomber dans l’alcoolisme, prendre des drogues ou des médicaments).

 

De plus, une personne souffrant de PTSD étant sujette à se trouver en constante hypervigilance, son organisme sera donc soumis à un stress chronique dû au choc  traumatique. C’est pourquoi il est possible de voir son comportement changer : agressivité, repli sur soi, sentiment d’être incompris, violence etc.

 

Comment prendre en charge un PTSD ?

 

La meilleure solution pour s’en sortir est de consulter un psychiatre ou un psychologue spécialisé dans la gestion des stress post-traumatiques. En fonction des cas, différentes techniques de soins en psychologie pourront vous être proposées, pas nécessairement médicamenteuses.

Une des clés pour aller mieux dans le PTSD est de travailler sur les stratégies d’évitement afin de les diminuer. Par exemple, il sera question d’initier un travail thérapeutique afin de permettre que vous puissiez retourner sur les lieux où s’est déroulé l’événement traumatisant, avec l’objectif final de diminuer voire supprimer l’angoisse et les reviviscences du traumatisme.

 

Pas de rendez-vous ? Pensez à la téléconsultation !

 

 

 

Sources :