L'équipe médicale MEDADOM mercredi 9 mars 2022

La paralysie du sommeil : un phénomène inquiétant ?

Figé dans votre lit, vos muscles ne répondent plus, vous vous sentez réveillé mais il n'en est rien. C'est la sensation que vous avez peut-être déjà ressenti si vous avez été confronté à la paralysie du sommeil. Qu'est-ce que c'est et faut-il s'inquiéter ?

Data : 20% de personnes pourraient être affectées par une paralysie du sommeil une ou plusieurs fois dans leur vie. 


Nos articles santé et recherche à retrouver ici.

paralysie du sommeil : rien de grave !

 

La paralysie du sommeil survient pendant le sommeil paradoxal

 

Sommeil lent et sommeil paradoxal : quelle différence ?


Vous le savez surement, le sommeil se divise en différentes phases, en général 3 à 6 cycles, déterminés en fonction de l'activité cérébrale. Chaque cycle est lui-même composé d'un moment de sommeil lent (l'organisme se met au ralenti), lui-même divisé en sous-cycles, et en une phase dite de sommeil paradoxal (l'activité cérébrale est plus importante mais les muscles restent au repos). C'est pendant cette dernière phase que l'on retrouve davantage de rêves mais aussi la paralysie du sommeil. 

Le saviez-vous ? Pendant la phase de sommeil paradoxal, l'organisme se met volontairement en "pause" pour ne pas reproduire les mouvements des rêves. Une manière pour votre corps de vous protéger. Imaginez, vous rêvez d'un poulet rôti et vous mettez à cuisiner, alors que vous êtes endormi ! 



Les symptômes de la paralysie du sommeil 


À l'instar de l'insomnie ou de l'apnée du sommeil, la paralysie du sommeil est considérée comme un trouble du sommeil, mais pas comme une maladie. Elle est toutefois retrouvée chez les personnes narcoleptiques (des personnes qui ne contrôle par leur sommeil et peuvent s'endormir à n'importe quel moment). 

À l'entrée en phase d'endormissement (état hypnagogique) ou au sortir d'une phase de sommeil paradoxal au réveil (état hypnopompique), il peur arriver que le cerveau se mette en éveil alors que les muscles restent "endormis" (sauf bien sûr les muscles vitaux cardio-respiratoires), ce qui explique qu'on ait l'impression d'être paralysé et de ne pas pouvoir bouger. La personne concernée par la paralysie du sommeil se retrouve alors à la croisement d'un monde entre réalité et rêve. Heureusement, cette sensation ne dure pas plus de quelques minutes. Elle serait davantage retrouvée si vous dormez en position dorsale. 

Certaines personnes décrivent des hallucinations qui font peur pendant cette paralysie du sommeil, ce qui peut être d'autant plus déboussolant puisqu'on a aucun moyen d'agir si on a l'impression d'être en danger. 

Paralysie du sommeil et variant Omicron
Certaines personnes infectées par le variant Omicron du coronavirus auraient rapportés des symptômes laissant suggérer une paralysie du sommeil. Le virus pourrait perturber le sommeil. Un autre facteur explicatif pourrait être le stress lié à la maladie et à la situation sanitaire.

 

 

Les causes de la paralysie du sommeil


Normalement, un neurotransmetteur, la glycine, bloque les fonctions motrices. Pendant la paralysie du sommeil, il continue à agir encore un peu. Le corps et le cerveau ne sont pas alors pas en phase : il y a une discordance entre le premier qui reste en hypotonie musculaire et le second qui se trouve en phase d'éveil, en pleine conscience de soi-même.

Sur une base encore hypothétique, la paralysie du sommeil est plus susceptible de survenir chez des personnes ayant des parents déjà affectés, elle serait donc héréditaire. Il a été constaté que certains individus souffrant d'anxiété, de manque de sommeil, ou de troubles psychologiques (évènement traumatique, dépression,…) présentaient davantage de paralysie du sommeil. 

 

 

Paralysie du sommeil : est-ce grave ? Que faire ?


Ce léger dérèglement n'a aucun impact sur la santé : ce n'est donc pas grave ! Aucun traitement n'est ainsi nécessaire. S'il est récurrent, il faudra tout de même rechercher une affection associée. Les experts ne recommandent pas de réveiller la personne souffrant de paralysie de sommeil. Au contraire, ils suggèrent qu'elle se laisse porter et de se rendormir.

Toutefois, on conseille d'éliminer les facteurs de risques pour éviter une récidive : on met en place des actions pour réduire le stress; comme le yoga par exemple et pour favoriser l'endormissement et le sommeil réparateur. 

 

Une affection ponctuelle ou un problème de sommeil ? Les médecins partenaire MEDADOM sont disponibles pour vous répondre en téléconsultation !

 


Sources :
- Sommeil : Faire la lumière sur notre activité nocturne, Inserm, le 7 août 2017
- Omicron : la paralysie du sommeil, un nouveau symptôme du variant à prendre au sérieux ? Midi Libre, 17 janvier 2022
- Avez-vous déjà été victime de la paralysie du sommeil ? France info et Brut, le 2 mai 2019
- La paralysie du sommeil, Centre d'Information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles (CIRCEE)