bg-office-working-unsplash

Apnée du sommeil : types, symptômes et traitement
Définition, causes, test, traitements et machines

Selon l’INSERM, l’apnée du sommeil concernerait près de 15 à 20 % de la population française. Les plus de 65 ans représentent la plus grande proportion de personnes touchées : environ 30,5 % en souffriraient. MEDADOM vous informe sur ce qu’est l’apnée du sommeil, quels sont les différents types d’apnée du sommeil possible et comment la traiter pour en limiter les complications.

Qu’est-ce que l’apnée du sommeil et peut-on la prévenir ?

 

L’apnée du sommeil, ou syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS ou SAOS), est un trouble du sommeil caractérisé par la présence de pauses dans la respiration ou de diminution du débit respiratoire. Ces pauses ne durent généralement que quelques secondes, mais ont pour effet de provoquer une diminution du taux d’oxygène dans le sang et de faire travailler plus intensément le cœur. 



Quels sont les symptômes de l’apnée du sommeil ?

apnée du sommeil : un trouble du sommeil

 

Lorsque je fais de l’apnée du sommeil, je ressens principalement de la somnolence et de la fatigue pendant la journée. Je peux avoir des maux de tête au réveil, ainsi que des sueurs nocturnes pendant la nuit. Je peux aussi me réveiller en sursaut, et ressentir l’obligation de me lever pour uriner plusieurs fois pendant la nuit. Le sommeil étant perturbé, l’apnée du sommeil perturbe également mon humeur. Je peux me sentir plus facilement irritable, et avoir des épisodes dépressifs. Au quotidien, des troubles de ma concentration et de ma mémoire peuvent aussi se manifester, tout comme une baisse de libido.



 

Comment savoir si je fais de l’apnée du sommeil et quels sont les facteurs de risque?

 

L’apnée du sommeil est diagnostiquée lorsque j’ai plus de 10 pauses respiratoires par heure de sommeil. L’apnée a été déterminée comme étant une interruption de la respiration de plus de 10 secondes. 

 

Diagnostic de l’apnée du sommeil

Le diagnostic de l’apnée du sommeil se fait dans un centre spécialisé, où ma respiration est mesurée à l’aide d’appareils spécifiques visant à identifier l’évolution de la saturation du sang en oxygène. 

Entre 5 et 15 apnées, l’apnée du sommeil est dite légère. Entre 16 et 30, elle est modérée. Lorsque les pauses sont supérieures à 30, l’apnée du sommeil est considérée comme sévère.

 

Quels sont les facteurs de risque ? 

Je suis plus à risque de faire de l’apnée du sommeil si :

  • Je suis en situation de surpoids ou d’obésité ;
  • J’ai plus de 65 ans ;
  • Je suis un homme, ou une femme ménopausée ;
  • J’ai une obstruction nasale, causée par un trouble ORL, chirurgical ou allergique ;
  • J’ai une anomalie au niveau de la langue, de la mâchoire ou du palais ;
  • Je fume, je prends des sédatifs ou de l’alcool.

Les types d’apnées du sommeil et leurs causes

 

Quand on souffre d’apnée du sommeil, celle-ci peut être de 3 types : obstructive, centrale ou mixte :

 

L’apnée du sommeil obstructive

 

L’apnée du sommeil dite obstructive est la plus courante. Comme son nom l’indique, elle trouve son origine dans la fermeture répétée de la gorge ou des voies respiratoires supérieures lorsque je dors. L’apparition de ce type d’apnée du sommeil est plus fréquente si je suis en surpoids, que je bois de l’alcool ou que je consomme des sédatifs. D’autres causes peuvent aussi expliquer la survenue d’apnée du sommeil obstructive : une anatomie spécifique (gorge étroite, cou épais et tête de forme ronde), une hypothyroïdie, des allergies ou encore un accident vasculaire cérébral (AVC). L’apnée obstructive du sommeil peut toucher les adultes, comme les enfants.



L’apnée du sommeil centrale

 

Moins répandue que l’apnée du sommeil obstructive, l’apnée du sommeil centrale se caractérise par un déséquilibre au niveau du contrôle de la respiration située dans le tronc cérébral du cerveau. Lorsque j’ai une apnée du sommeil centrale, mon tronc cérébral est moins sensible aux variations normales du taux de dioxyde de carbone, je respire donc différemment : celle-ci est moins profonde, et plus lente.

L’apnée du sommeil centrale peut aussi être provoquée par la prise de médicaments de type opiacés, les altitudes élevées ou encore si je souffre d’insuffisance cardiaque. 



L’apnée du sommeil mixte

 

Comme son nom l’indique, l’apnée du sommeil mixte est un mélange de manifestations d’apnée du sommeil centrale et obstructive qui apparaissent en même temps. Les symptômes d’apnée obstructive se retrouvent au début des épisodes d’apnée du sommeil mixte.

Test de l’apnée du sommeil à domicile : en quoi cela consiste-t-il ?

Outre l’analyse de la respiration dans un centre de sommeil spécialisé, il existe également un test d’apnée du sommeil à réaliser à domicile. Cet examen appelé polygraphie ventilatoire consiste à identifier et mesurer la fréquence et la durée des apnées du sommeil. Si je dois faire un test, je devrais porter divers dispositifs de mesure (sangle sternale, saturomètre à poser sur le doigt et capteur de flux à fixer sur le nez) qui vont analyser en détail ma nuit de sommeil. Le lendemain, je devrais rapporter les dispositifs. Les résultats des enregistrements seront ensuite analysés par un cardiologue et me seront transmis ensuite par courrier.

 



Utiliser un appareil pour l’apnée du sommeil : comment ça marche ?

machine apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est un trouble qui peut mener à de lourdes conséquences lorsqu’elle n’est pas diagnostiquée ni traitée. Elle favorise en effet l’hypertension artérielle et augmente le risque d’angine de poitrine, d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral (AVC) et de diabète. Il existe deux types de traitement de l’apnée du sommeil, basés sur l’utilisation de machines spécifiquement conçues pour cet usage :

 

Les orthèses d’avancée mandibulaire


Première machine d’apnée du sommeil : les orthèses d’avancée mandibulaire. Présentés sous forme de gouttières, ces dispositifs ont pour objectif de pousser ma mâchoire inférieure vers l’avant, empêchant ainsi la langue de se replier et de bloquer ma respiration. Les gouttières permettent ainsi d’augmenter l’espace situé entre la langue et le pharynx. Comme toutes gouttières à poser sur les dents, celles-ci doivent être réalisées sur mesure et portées toutes les nuits pour apporter des résultats. 

Les machines d’apnée du sommeil de ce type sont généralement conseillées pour traiter les apnées du sommeil d’intensité modérée (entre 15 et 30). Certains effets secondaires peuvent parfois être observés, notamment des douleurs au niveau de mes articulations et un déplacement de mes dents.



Les appareils par pression positive continue

 

Deuxième machine de traitement de l’apnée du sommeil : les appareils par pression positive continue (PPC ou CPAP en anglais). Ces derniers ont pour fonction d’injecter de l’air dans mes voies respiratoires avec une légère surpression pour éviter le blocage de l’inspiration et prévenir la formation des apnées. La machine est liée à un masque à appliquer sur mon nez au moyen d’un harnais. Plusieurs types de dispositifs existent selon mes besoins. Il peut parfois nécessiter plusieurs tests et machines différentes pour que je puisse trouver l’appareil pour l’apnée du sommeil idéal et m'y habituer.

Si elles sont généralement très efficaces, les machines par pression positive continue engendrent elles aussi quelques effets indésirables comme des irritations liées au port du masque, une sécheresse au niveau de mon nez ou de ma bouche, une rhinite ou encore des troubles digestifs. En général, ce type de machines d’apnée du sommeil est recommandé pour les apnées sévères supérieures à 30.

Quel que soit le type de traitement de l’apnée du sommeil recommandé par mon médecin, son suivi est essentiel pour limiter les risques de complications et m’aider à bien dormir. Il m’est donc conseillé de les porter toutes les nuits sans exception, au risque de revoir la somnolence réapparaître le lendemain. L’utilisation des machines peut être contraignante au début, mais il s’agit à ce jour du seul traitement disponible de l’apnée du sommeil. De plus en plus de dispositifs innovants et adaptés à ma morphologie voient le jour, permettant d’améliorer au fur et à mesure le confort et l’utilisation de ce type d’appareils.

Les risques de faire de l’apnée du sommeil peuvent être diminués en agissant sur certains facteurs : en perdant du poids, en arrêtant de fumer et en limitant la consommation d’alcool et de somnifères. Les allergies respiratoires sont aussi un des facteurs de risque : si je souffre de rhinite ou d’allergie, je veille à prendre le traitement adéquat pour limiter la congestion de mes voies respiratoires au maximum.

Une affection ponctuelle ? Découvrez dès maintenant notre plateforme MEDADOM ! 
Téléconsulter sans rendez-vous

 

Sources :