L'équipe de rédaction de MEDADOM lundi 15 janvier 2024

Recherche des agglutinines irrégulières (RAI) : de quoi s'agit-il ?

La RAI, ou Recherche d'Agglutinines Irrégulières, détecte les anticorps irréguliers anti-érythrocytaires. Ils sont de deux types : "naturels" se forment hors transfusion ou grossesse, IgM, peu dangereux ou "immuns" résultent de transfusions ou grossesse, IgG, potentiellement dangereux. La RAI comprend le dépistage et l'identification. Elle prévient les incompatibilités transfusionnelles et permet de détecter tôt l'allo-immunisation fœtomaternelle.

 

Vous ne comprenez pas vos résultats de biologie médicale ? 
Consultez ici un médecin sans rdv en téléconsultation

 

 

Qu'est-ce qu'une RAI ? Qu'est-ce que des agglutinines irrégulières ?  

 

Une RAI, ou Recherche d'Agglutinines Irrégulières, est un test médical visant à détecter la présence d'anticorps irréguliers anti-érythrocytaires (anti globules rouges) dans le sérum sanguin d'un individu. Les agglutinines irrégulières sont des anticorps spécifiques dirigés contre les antigènes présents à la surface des globules rouges, à l'exception des antigènes A et B.

 

 

Quels sont les différents types d'agglutinines irrégulières ? 


Ces anticorps irréguliers peuvent être de deux types :

  • Anticorps irréguliers dits "naturels" : Ils se forment en dehors de tout contexte transfusionnel ou fœtomaternel. Ils sont généralement de type IgM et ne concernent que certains systèmes de groupes sanguins. Ils ne traversent pas la barrière placentaire et ne sont pas dangereux pour le fœtus en cas de grossesse chez la femme, mais peuvent parfois causer des accidents hémolytiques lors de transfusions.

  • Anticorps irréguliers dits "immuns" : Ils apparaissent après l'immunisation par des globules rouges lors de transfusions sanguines ou de grossesses. Ces anticorps sont de nature IgG, actifs à 37 °C, et peuvent être dangereux en transfusion ou pour le fœtus en cas de grossesse chez la femme s'il possède l'antigène correspondant.

 

Comment se déroule une recherche d'agglutinines irrégulières ?

 

La Recherche d'Agglutinines Irrégulières (RAI) se déroule en deux étapes principales : le dépistage et l'identification de la spécificité de l'anticorps. Voici comment se déroule une RAI :

  • Dépistage : Cette première étape consiste à détecter la présence d'anticorps irréguliers anti-érythrocytaires dans le sérum du patient. Le dépistage repose sur l'utilisation d'une gamme d'hématies-tests, généralement au moins trois, de groupe O. Ces hématies-tests portent différents antigènes, notamment RH1 (D), RH2 (C), RH3 (E), RH4 (c), RH5 (e), KEL1 (K), KEL2 (Cellano), KEL4 (Kpb), FY1 (Fya), FY2 (Fyb), JK1 (Jka), JK2 (Jkb), MNS1 (M), MNS2 (N), MNS3 (S), MNS4 (s), LE1 (Lea), LE2 (Leb), P1 et LU2 (Lub). Le but est de détecter les anticorps correspondant à ces antigènes.

  • Identification : Si le dépistage est positif, c'est-à-dire s'il révèle la présence d'anticorps irréguliers, la deuxième étape consiste à identifier la spécificité de ces anticorps. Pour ce faire, on confronte la distribution des réactions positives et négatives obtenues avec la distribution des antigènes sur les gammes d'hématies-tests utilisées, qui comprennent au moins 10 hématies de groupe O. Les antigènes de la gamme d'identification sont spécifiés.

 

 

Qu'est-ce qu'un témoin autologue ?  


Dans le processus d'identification des anticorps irréguliers au cours de la Recherche d'Agglutinines Irrégulières (RAI), un témoin autologue est utilisé pour aider à interpréter les résultats.

 

Lorsque le sérum du patient réagit avec toutes les hématies-tests des différents panels utilisés, cela signifie que des réactions d'agglutination se produisent. Mais on ne sait pas encore clairement si ces réactions sont dues à la présence d'anticorps dirigés contre des antigènes spécifiques ou s'il y a d'autres facteurs en jeu.


Un témoin autologue est un échantillon du propre sérum du patient. Cet échantillon est testé avec les hématies du patient lui-même. Si le témoin autologue est positif, cela signifie que le sérum du patient réagit avec ses propres hématies, ce qui indique la présence d'autoanticorps. Les autoanticorps sont des anticorps dirigés contre les antigènes de ses propres hématies.

 

En revanche, si le témoin autologue est négatif, cela indique que le sérum du patient ne réagit pas avec ses propres hématies. Dans ce cas, il est peu probable que les réactions précédentes avec les hématies-tests soient dues à des autoanticorps. Cela oriente plutôt vers la recherche d'un anticorps dirigé contre un antigène de grande fréquence, appelé "public", qui est présent chez de nombreuses personnes.

Le témoin autologue est donc utilisé pour distinguer entre la présence d'autoanticorps (si le témoin est positif) et la recherche d'autres anticorps dirigés contre des antigènes spécifiques (si le témoin est négatif).

 

Vous avez une prescription de recherche d'agglutinines irrégulières ? Vous avez un résultat que vous ne comprenez pas ? Consultez votre médecin traitant pour qu'il vous explique vos analyses de biologie médicale. Si vous ne parvenez pas à obtenir un rendez-vous, ne restez pas dans l'incompréhension, prenez un rendez-vous en téléconsultation. 

Téléconsulter sans rendez-vous

 

Pourquoi faire une recherche d'agglutinines irrégulières ? Pourquoi les détecter ? 

 

La recherche d'agglutinines irrégulières (RAI) est effectuée dans le domaine de l'immunohématologie pour 2 raisons principales : la prévention et le diagnostic des incompatibilités érythrocytaires en transfusion sanguine et le dépistage et la surveillance de l'allo-immunisation fœtomaternelle en obstétrique.

 

Recherche agglutinines irrégulières 1B


Prévention et diagnostic des incompatibilités érythrocytaires en transfusion sanguine

 

Lorsqu'une personne reçoit une transfusion sanguine, il est crucial de s'assurer que le sang transfusé est compatible avec son propre groupe sanguin pour éviter une réaction immunitaire potentiellement dangereuse. La RAI permet de détecter la présence d'anticorps dans le sérum du receveur qui pourraient réagir avec les globules rouges du donneur, entraînant ainsi une incompatibilité transfusionnelle.

 

 

Dépistage et surveillance de l'allo-immunisation fœtomaternelle en obstétrique


Lors de la grossesse, il peut se produire une situation où le système immunitaire de la mère produit des anticorps contre les globules rouges du fœtus. Cela se produit lorsque le fœtus a des antigènes sanguins différents de ceux de la mère, généralement hérités du père.

 

Cette situation peut être problématique car les anticorps maternels peuvent traverser la barrière placentaire et attaquer les globules rouges du fœtus, provoquant ainsi une anémie hémolytique chez le fœtus.

 

La recherche des agglutinines irrégulières en obstétrique a deux objectifs principaux liés à cette situation :

  • Dépistage : Au cours de la grossesse, il est essentiel de dépister la présence d'anticorps maternels dirigés contre les antigènes spécifiques du fœtus. Cela se fait en examinant le sérum de la mère à la recherche de ces anticorps. Si des anticorps sont détectés, cela indique une possible allo-immunisation fœtomaternelle.

  • Surveillance : Une fois que des anticorps maternels ont été identifiés, il est important de surveiller leur concentration tout au long de la grossesse. Cela se fait en effectuant des analyses régulières pour mesurer le titre et la concentration de ces anticorps. La surveillance permet de suivre l'évolution de l'allo-immunisation et d'évaluer le risque pour le fœtus. Si les anticorps maternels atteignent des niveaux dangereux, des mesures thérapeutiques peuvent être prises pour protéger le fœtus, notamment la transfusion fœtale in utero ou le déclenchement de l'accouchement prématuré.



Recherche d'agglutinines irrégulières (RAI) : quels sont les résultats possibles ?

 

La recherche d'agglutinines irrégulières (RAI) peut donner différents résultats en fonction des anticorps détectés et de leur spécificité. Voici les résultats possibles :

  • Résultat négatif : Cela signifie que l'analyse n'a pas révélé la présence d'agglutinines irrégulières dans le sérum de la personne testée. En d'autres termes, aucun anticorps spécifique n'a été trouvé.

  • Résultat positif : Un résultat positif indique que des agglutinines irrégulières ont été détectées dans le sérum. Cela signifie qu'il y a des anticorps présents, mais il est nécessaire de procéder à une étape d'identification pour déterminer la spécificité de ces anticorps.

 

Après un résultat positif à la RAI, une étape d'identification est effectuée pour déterminer quels sont les anticorps spécifiques présents. Cette étape permet de caractériser les anticorps en fonction des antigènes sanguins qu'ils ciblent :

  • Résultat d'identification négatif : Il peut arriver que, même après l'étape d'identification, il ne soit pas possible de déterminer la spécificité des anticorps. Dans de tels cas, des tests plus avancés ou des techniques enzymatiques peuvent être nécessaires pour une identification précise.

  • Résultats spécifiques : Si l'identification est réussie, les résultats peuvent indiquer la présence d'anticorps dirigés contre des antigènes sanguins spécifiques, tels que les antigènes Rhésus (D, C, E), les antigènes Kell, Duffy, Kidd, etc. Les résultats spécifiques varieront en fonction des anticorps identifiés.

 

En plus de l'identification, des mesures quantitatives peuvent être effectuées pour évaluer la concentration d'anticorps. Cela permet de suivre l'évolution de l'allo-immunisation au fil du temps. De plus, le phénotypage peut être réalisé pour déterminer le groupe sanguin complet du patient, ce qui aide à confirmer l'absence de l'antigène correspondant à l'anticorps identifié.

 

 

Sources :