L'équipe de rédaction MEDADOM mardi 14 juin 2022

VIH : Quand prendre la PreP ?

HubSpot Video



Depuis l’apparition de la maladie en 1983, les autorités publiques de par le monde ont mis en place différents dispositifs qui ont pour but de faciliter la lutte contre le SIDA. Le traitement préventif du SIDA en fait partie. En 2021, ce traitement était suivi par près de 30 000 personnes en France, un chiffre en constante augmentation. Quelle est la meilleure façon de se protéger contre le SIDA ? 

 

Qu’est-ce que la PreP ?
 

Le terme PreP vient de l’anglais pre-exposure prophylaxis, autrement dit prophylaxie pré-exposition. Il s’agit d’un traitement médicamenteux préventif, à prendre avant un rapport sexuel qui serait éventuellement contaminant au sida et qui doit être continué après cette contamination (partenaire séropositif). Il associe deux antirétroviraux agissant contre le VIH, à savoir le ténofovir disoproxil et l’emtricitabine. Aujourd’hui, il existe également des génériques de PreP, produits par divers laboratoires pharmaceutiques. 


Quel est le mode d’action de la PreP ? 

PreP VIH

La PreP est une stratégie thérapeutique innovante qui permet d’éviter d’être infecté par le virus du SIDA. Il s’agit du même principe que le traitement préventif contre le paludisme, par exemple. La PreP est conseillée aux individus à risque de contracter le VIH. En effet, l’absence de protection pendant les rapports sexuels avec des partenaires différents augmente les risques d’attraper la maladie. 

La PreP est différente du traitement post-exposition qui doit être pris dans les 48 heures après un risque d’exposition au virus. Le traitement préventif du SIDA ne doit pas non plus être confondu avec le Tasp (Treatment as Prevention), qui est réservé aux personnes vivant déjà avec le VIH.



La PreP protège-t-elle des autres IST ? 

 

La PreP contre le SIDA ne protège pas contre les autres infections sexuellement transmissibles (IST). Il est donc important de continuer de se protéger des autres infections de ce type en ayant recours régulièrement au dépistage et en se protégeant lors des rapports sexuels. Si lors du dépistage ou à l’examen clinique une maladie sexuellement transmissible est détectée, il est important de bien suivre le traitement prescrit afin d’éviter la survenue d’éventuelles complications. 

 

Existe-t-il d’autres alternatives à la PreP ? 

Si pour l’instant, la PreP contre le SIDA est accessible sous forme de comprimés, des études sont en cours afin de proposer d’autres modes d’administration du médicaments tels que des injections intramusculaires ou encore des implants sous-cutanés. Cela facilitera davantage la vie des patients qui n’auront plus à se faire de soucis en cas d’oubli de leur comprimé quotidien. 


Quand et comment prendre la PreP ? 

Afin de maximiser la protection contre le virus du SIDA, 2 comprimés de PreP doivent être pris 24h à 2h avant le rapport sexuel à risque, suivi d’un comprimé 24h après la première prise puis 48h après celle-ci.

Le traitement préventif du SIDA est délivré sur ordonnance par un médecin généraliste. L’ordonnance peut également être délivrée à l’hôpital, dans des centres de santé sexuelle ou dans des centres de dépistage. 

Avant de commencer la prise de la PreP SIDA, une prise de sang est obligatoire pour s’assurer qu’il n’y a pas de trace du VIH dans l’organisme et que les reins sont en bonne santé. Une insuffisance rénale empêcherait en effet de suivre le traitement préventif du SIDA. 

La Prep est disponible en pharmacie. En cas de délivrance d’un générique, il est important de bien vérifier la présence des deux molécules essentielles qui composent le médicament, à savoir le ténofovir disoproxil et l’emtricitabine. 

Une consultation de suivi doit être réalisée un mois plus tard. Le traitement est ensuite renouvelé de façon trimestrielle. 

La PreP est-elle remboursée ?

Le traitement préventif du SIDA est intégralement remboursé par la Sécurité sociale. Aucune avance de frais ne peut être réclamée en pharmacie. Seul un reste à charge du patient existe pour les consultations médicales et les examens sanguins. Les mutuelles couvrent normalement ce reste à charge, y compris la Complémentaire santé solidaire (C2S). Par ailleurs, les mineurs de plus de 15 ans ont également accès à la PreP SIDA.

 

Il convient de noter que la PreP étant avant tout un traitement médical, celle-ci doit faire l’objet d’une consultation auprès d’un médecin et d’examens divers afin de confirmer l’absence de contre-indications au traitement. 

Quelles précautions dois-je prendre avec mon partenaire séropositif ?
Il est important de comprendre que la PreP seule ne permet pas une protection sans faille contre le SIDA. Pour éviter tout risque de contamination, il convient d’utiliser un préservatif.

 

Le préservatif protège-il vraiment du sida ?


Le préservatif protège efficacement contre le SIDA à condition d’être systématiquement utilisé lors des rapports sexuels et dans la mesure où il ne se déchire pas pendant l’acte. Il s’agit du moyen le plus sûr et le plus efficace pour éviter toute transmission du virus du SIDA. 

Aussi, même en suivant personnellement le traitement préventif du SIDA, il est indispensable de se protéger lors des rapports sexuels avec des partenaires différents et d’effectuer des dépistages à chaque exposition potentielle au virus.

 

Vous souhaitez en savoir plus sur la PreP comme moyen de protection contre le SIDA mais votre médecin n'est pas disponible ?

Téléconsulter sans rendez-vous


Sources :