bg-office-working-unsplash

Acné : types d’acné possibles, causes et traitement
Se défaire de l'acné : mission impossible ?

Assez fréquente, l’acné touche selon la Société française de Dermatologie environ 6 millions de personnes en France. Cette maladie de peau touche principalement les adolescents à 60 % et à 25 % les adultes (principalement les femmes). Si l’acné entraîne généralement peu de complications, elle provoque de nombreux désagréments d’ordre esthétique qui peuvent altérer la qualité de vie et déséquilibrer le lien social. MEDADOM vous en dit plus sur l’acné, quelles sont ses causes, les différentes formes possibles que peut prendre la maladie et que faire pour éviter au maximum les cicatrices d’acné.

Qu’est-ce que l’acné et quels sont les différents types d’acné ?


Contrairement aux idées reçues, l’acné n’est pas qu’une maladie de peau réservée aux adolescents ! Elle survient également à l’âge adulte, bien que les modifications hormonales qui apparaissent à l’adolescence jouent un rôle prépondérant dans son déclenchement. 

L’acné touche les glandes appelées “follicules pilosébacés” qui produisent le sébum situé à la racine des poils. Si j’ai de l’acné, le fonctionnement normal de ces glandes est déséquilibré. Ce phénomène entraîne ensuite une hyperproduction de sébum responsable de l’apparition des boutons d’acné et des autres manifestations possibles de la maladie.



Les différents types d’acné

Bouton d’acné : ne pas les percer


On distingue 2 types d’acné : l’acné rétentionnelle et l’acné inflammatoire, également appelée acné mixte. Si je fais de l’acné rétentionnelle, les manifestations de la maladie se cantonnent à l’apparition de comédons, sous forme de points noirs ou de boutons blancs. En  cas d’acné inflammatoire, les lésions peuvent être superficielles ou profondes. Ici, je pourrais observer sur ma peau des papules ainsi que des nodules ou des kystes. Lorsque ces derniers se rompent, des cicatrices sur ma peau peuvent être visibles ainsi que des marques rouges qui peuvent mettre plusieurs semaines, mois ou années à disparaître complètement selon leur intensité.




Manifestations et symptômes de l’acné


Les manifestations et symptômes de l’acné peuvent prendre plusieurs formes :

  • L'hyperséborrhée : très fréquente, l'hyperséborrhée se caractérise par une surproduction de sébum, donnant un aspect de “peau grasse”. Ce phénomène d’acné est généralement localisé au niveau de ce que l’on appelle la zone T : le front, le nez, les joues et le menton. Lorsque j’ai une hyperséborrhée, je peux aussi observer sur le nez ou le haut de mes pommettes que mes pores sont dilatés. 
  • Les comédons : qu’il s’agisse de points noirs ou de boutons blancs, les comédons peuvent s’éliminer naturellement ou au contraire s’enflammer. Ils sont généralement de petite taille (1 à 3 mm). Même s’il est tentant de les enlever par moi-même, je dois éviter de les percer afin d’éviter l’inflammation de la peau et l’apparition de cicatrices.
  • Les lésions de type papules, pustules, nodules et kystes : caractéristiques de l’acné inflammatoire, ces lésions peuvent prendre la forme de boutons d’acné rouges sans présence de pus, de petites bosses douloureuses sans rougeur ou encore de microkystes persistants. 



Comment reconnaître une acné sévère ?


L’acné peut être d’intensité variable selon plusieurs critères qui définissent de façon précise son degré de sévérité. La Haute Autorité de Santé définit 5 stades de la maladie, regroupés selon la surface de la peau concernée ainsi que la nature des lésions présentes. 

  • Au stade 0 de l’acné, il n’y a pas présence de lésions sur ma peau. En revanche, je peux observer une légère pigmentation ainsi que des rougeurs.
  • Au stade 1, quelques comédons de type points noirs ou boutons blancs sont présents mais de façon résiduelle.
  • Au stade 2, l’acné est considérée comme légère. La moitié de mon visage est atteint par la maladie avec la présence de comédons ainsi que de quelques boutons d’acné de type papulo-pustule.
  • Au stade 3, je peux constater que plus de la moitié de mon visage est concerné par l’acné. A ce stade considéré comme moyen, la quantité de comédons et de boutons d’acné est plus importante qu’au stade précédent. Je peux également observer la présence de nodules situés sous la peau.
  • Au stade 4, l’acné est désignée comme sévère. Dans ce cadre, tout mon visage est atteint par la maladie avec de nombreuses lésions, des comédons ainsi que quelques nodules.
  • Au dernier stade, l’acné se caractérise par une inflammation prononcée de la peau. De nombreux boutons d’acné sous forme de nodules sont présents, généralement de plus grande taille. 

Causes possibles de l’acné et facteurs de risque 


Si l’acné peut prendre de nombreuses formes, elle peut survenir à l’adolescence et à l’âge adulte sans que l’on puisse identifier de cause précise à première vue. Pour autant, rechercher la cause d’apparition de l’acné est essentielle, à la fois pour adapter le traitement mais aussi pour effectuer les modifications qui s’imposent au niveau de l’hygiène de vie.



Les causes de l’acné


Les causes de l’acné peuvent être multiples, avec également la présence de nombreux facteurs de risque :


La production excessive de sébum

L’hypersécrétion de sébum est généralement associée aux modifications hormonales. Celles-ci peuvent avoir lieu à l’adolescence, mais aussi à l’âge adulte chez les femmes en fonction du cycle menstruel ou lors d’une grossesse. Dans ce cas, la sécrétion de sébum est déséquilibrée : la peau devient grasse et des brillances apparaissent. Je peux aussi observer que ma peau devient plus grasse après l’application de certains cosmétiques contenant par exemple des huiles végétales trop riches pour mon type de peau.


L’acné induite

L’acné induite peut survenir après la prise d’un médicament spécifique. Par exemple, je suis plus à risque de développer une acné induite si je prends une pilule contraceptive, un médicament dérivé de la cortisone, des immunosuppresseurs ou encore certains antibiotiques et antidépresseurs. Certains médicaments prescrits contre l’épilepsie peuvent aussi être responsables de l’apparition d’acné.  


L’inflammation des follicules de la peau

Si l’un de mes follicules est bouché et qu’il contient du sébum, cela peut favoriser l’apparition d’une inflammation et de la multiplication d’une bactérie naturellement présente sur ma peau : la Propionibacterium acnes. Cette bactérie se nourrit du sébum, et peut donc s’étendre lorsque le sébum est présent en trop grande quantité. Ce phénomène favorise l’apparition de nodules et de papules, et contribue à l’inflammation du follicule.

 

Comment faire le diagnostic de l’acné ?

Si j’observe sur ma peau des lésions de plus en plus présentes et étendues, douloureuses, je n’hésite pas à consulter un médecin quel que soit mon âge pour qu’il puisse rechercher la cause de mon acné et en déterminer le degré de sévérité. Le professionnel de santé procédera à un examen clinique dont le but est de déterminer la surface de la peau concernée et le type de lésions présent. Il prend aussi en compte l’impact qu’a mon acné sur ma qualité de vie et me proposera le traitement adéquat selon mon âge et ma situation.

 


Facteurs de risque


Certains facteurs de risque peuvent favoriser le développement de l’acné. Ainsi, je suis plus à risque si j’ai un terrain génétique, que j’utilise des cosmétiques trop riches pour ma peau, que j’utilise certaines substances comme des stéroïdes ou encore que je transpire abondamment. 


 



Traitement de l’acné : comment enlever les boutons et éviter les cicatrices ?

Le traitement de l’acné peut être local


Comme mentionné précédemment, il est essentiel que je consulte un médecin si j’observe des lésions acnéiques sur ma peau. Je dois éviter de les enlever par moi-même pour éviter l’inflammation ou une surinfection bactérienne ainsi que l'apparition de cicatrices. Le traitement de l’acné est adapté selon son degré de sévérité et personnalisé selon ma situation.

 

 

Les médicaments contre l’acné


Le traitement de l’acné est dans un premier temps médicamenteux. En phase d’attaque, mon médecin pourra me prescrire des traitements locaux, à appliquer sur ma peau. Ces derniers contiennent généralement des rétinoïdes ou du peroxyde de benzoyle et doivent être appliqués de façon quotidienne une à deux fois par jour, à moduler selon la tolérance de ma peau à ces substances. Ce traitement d’attaque qui peut durer plusieurs mois peut être complété par des crèmes émollientes afin de limiter l’irritation de la peau.

Dans les formes d’acné moyenne ou sévère, je peux aussi me voir prescrire des antibiotiques adaptés pendant maximum 3 mois ainsi que des médicaments plus puissants associés à de la microchirurgie.

S’il y a présence de cicatrices d’acné, celles-ci pourront être atténuées par peeling, laser, dermabrasion ou encore chirurgie ou photothérapie sur conseil d’un dermatologue.



Mesures d’hygiène adaptées en cas d’acné


Lorsque j’ai de l’acné, je peux mettre en place quelques conseils à appliquer en association avec le traitement qui m’a été prescrit. Je peux ainsi :

  • Ne pas gratter ou presser mes boutons pour éviter les cicatrices d’acné
  • Laver mon visage et mon corps avec des cosmétiques adaptés sans savon et au pH neutre
  • Hydrater ma peau pour réguler la production de sébum avec des soins adaptés aux peaux grasses ou à imperfections
  • Limiter le recours au maquillage ou privilégier les formules minérales et non comédogènes
  • Utiliser des rasoirs jetables et bien hydrater ma peau ensuite
  • Protéger ma peau du soleil avec un soin solaire SPF30+ à renouveler régulièrement
  • Privilégier les fruits et légumes dans mon alimentation, ainsi que les aliments riches en acides gras essentiels.

Vous observez sur votre peau des lésions inflammatoires qui vous font penser à de l’acné ou de nombreux comédons ? Si votre médecin n'est pas disponible, vous pouvez sans rendez-vous, être mis en relation avec un médecin partenaire MEDADOM qui vous conseillera selon votre situation. Celui-ci pourra également vous prescrire une ordonnance au format numérique entièrement valable dans votre pharmacie habituelle.


Sources :