bg-office-working-unsplash

Que faire si j’ai attrapé un coup de soleil ?
Les bons reflexes à adopter

Tout le monde connaît le coup de soleil et s’en méfie chaque été. Se manifestant par une brûlure plus ou moins grave de la peau, il apparaît suite à une exposition au soleil. 

Parfois bénin, le coup de soleil peut également entraîner une brûlure profonde pour laquelle il est nécessaire de consulter un médecin.

Le coup de soleil


Qu’est-ce qu’un
coup de soleil ?


Un coup de soleil est une brûlure plus ou moins profonde de la peau, causée par les rayons ultraviolets (UV) du soleil ou artificiels (cabine de bronzage).

On dénombre trois types de rayons ultraviolets :

  • Les UVA (95% des rayons ultraviolets) : bien qu’ils brûlent le moins, il s’agit des plus difficiles à contrer. En pénétrant en profondeur dans la peau, ils endommagent les cellules profondes de la peau (causant des dommages à l’élasticité de celle-ci) et favorisent l’apparition de certains cancers de la peau. Les UVA peuvent engendrer une coloration rapide mais de courte durée de la peau.
  • Les UVB (5% des rayons UV mais principalement responsables des coups de soleil) : brûlent 1000 fois plus que les UVA mais peuvent être stoppés par les nuages et le verre. Ils agressent la couche superficielle de la peau (l’épiderme) mais 10% d’entre eux peuvent également atteindre les couches plus profondes de la peau. Ils peuvent entraîner un bronzage 48 à 72h après l’exposition au soleil.
  • Les UVC sont les plus nocifs mais ne traversent normalement pas la couche d’ozone.

En résumé, les rayons ultraviolets agressent la peau, la dessèchent et favorisent l’apparition de cancers de la peau sur le long-terme.

 


Comment attrape-t-on un coup de soleil
?


L’exposition aux rayons ultraviolets du soleil responsables du coup de soleil peut être de plusieurs types :

  • Par exposition directe au soleil
  • Par la réverbération sur une surface réfléchissante : l’eau, la neige, le sable ou des parois rocheuses

La peau peut d’abord s’adapter à l’exposition de ces rayons en bronzant. Il s’agit alors d’un mécanisme de défense face à l’agression solaire que l’organisme peut gérer. Mais au-delà d’un certain seuil, le corps est dépassé et présente un coup de soleil.

Le coup de soleil se traduit par la destruction de milliers de cellules de l’épiderme.

 

Qui est à risque de coups de soleil ?

Tous les individus ne sont pas égaux face aux coups de soleil et aux autres méfaits du soleil.

Le phototype, défini par la couleur de la peau, des yeux et des cheveux, permet de classifier les types de peaux en fonction de leur réaction au soleil.

Il existe 6 phototypes :

Phototype

Couleur de la peau

Couleur des cheveux

Couleurs des yeux

Bronze

Coup de soleil en cas d’exposition

1

Très blanche, voire laiteuse

Blonds ou roux

Bleus, verts voire brun clair

Jamais

Toujours

2

Très claire

Blonds ou châtains

Clairs

Difficilement

Souvent

3

Claire à mate

Blonds ou châtains

Bruns

Progressivement

Parfois

4

Mate

Châtains ou bruns

Foncés

Toujours

Peu

5

Foncée

Noirs

Noirs

Toujours

Rarement

6

Noire

Noirs

Noirs

Toujours

Jamais


Le type 0 correspond aux albinos, dépourvus de mélanine, les pigments de la peau capables d’arrêter une partie des rayons du soleil.

Si je suis roux, la majorité de ma mélanine est sous forme de phéomélanine, un pigment rouge qui ne me protège pas du soleil. 

Si je présente un phototype entre 0 et 3, je suis à risque d’attraper un coup de soleil.

En revanche, si j’ai la peau foncée, je possède une majorité d’eumélanine qui me protège mieux contre les UV.

En France, les phototypes les plus communs sont les types 2 et 3, témoignant d’une sensibilité relative au soleil.

Enfin, certains traitements dits « photosensibilisants » peuvent engendrer une plus grande sensibilité au soleil et favoriser les coups de soleil.

Symptômes du coup de soleil


Coup de soleil
et brûlures

Un coup de soleil est une brûlure plus ou moins profonde de la peau. Selon le degré de la brûlure, les symptômes peuvent varier.

Dans tous les cas, il est possible que je souffre d’un coup de soleil si après une exposition directe ou indirecte à des rayons UV (du soleil ou artificiels), je constate les symptômes suivants :

  • Ma peau est rouge
  • Ma peau est légèrement gonflée
  • Ma peau me tire, me fait mal, voire me démange
  • Après quelques jours, ma peau commence à peler et dérougit

Le coup de soleil peut être accompagné d’autres symptômes, notamment dans les cas les plus graves :

  • Des cloques apparaissent
  • J’ai de la fièvre
  • J’ai des nausées
  • Je présente une insolation (coup de chaleur) : forte fièvre, convulsions…

Les brûlures du coup de soleil peuvent être plus ou moins graves :

  • Brûlure au 1er degré : la peau devient rouge, sans cloque, entre 6 et 24h après l’exposition. Si j’appuie sur la peau, la rougeur disparaît. Je peux ressentir des démangeaisons pendant quelques jours. La coloration disparaît et laisse peler la peau.
  • Brûlure au 2nd degré (superficiel) : le coup de soleil s’accompagne de cloques (appelées phlyctènes) remplies d’un liquide transparent et entourées d’une peau rougie, elles apparaissent très rapidement après l’exposition. La peau est rouge et douloureuse et devient également blanche en appuyant dessus.
  • Brûlure au 2nd degré (profond) : ce type de brûlures est plus grave et détruit des vaisseaux sanguins de la peau, se manifestant par des cloques au pourtour pâle. Ces coups de soleil sont moins douloureux car les terminaisons nerveuses les terminaisons nerveuses sont également brûlées.



En combien de temps part un coup de soleil
 ?


La durée d’un coup de soleil varie en fonction du degré de brûlure et du traitement.

Si j’ai un coup de soleil sans cloque, il guérit généralement en une semaine environ.

Pour une brûlure au second degré superficiel, les cloques et les cicatrices guérissent le plus souvent spontanément en deux semaines. Ce type de brûlures ne laisse normalement pas de séquelles mais peut laisser des tâches foncées, qui mettent plus de temps à disparaître.

Enfin, pour une brûlure au second degré profond, il faut en général un mois pour obtenir une guérison, laissant parfois des cicatrices.


 

Exposition au soleil : au-delà du coup de soleil

Au-delà du coup de soleil, l’exposition aux rayons ultraviolets du soleil peut entraîner d’autres conséquences plus ou moins importantes sur la santé :

  • La lucite estivale bénigne : elle apparaît dès le début de l’exposition aux rayons du soleil, par la survenue de plaques rouges et de petits boutons qui démangent. On l’appelle communément « allergie au soleil » et est provoquée par les UVA. Je peux constater les symptômes de la lucite principalement sur mon décolleté, mes avant-bras, mes jambes et le haut de mon dos, mais pas sur mon visage. La lucite peut s’atténuer ou au contraire empirer d’année en année. Elle n’est toutefois pas à confondre avec le coup de soleil. La lucite disparaît spontanément en une dizaine de jours si je reste à l’ombre.
  • La réaction photo-allergique ou phototoxique : elle est due à la prise de médicaments photosensibilisants et certains produits cosmétiques (parfums, crèmes, huiles essentielles…). Elle provoque des manifestations importantes qui ressemblent à des coups de soleil, malgré une très faible exposition au soleil. La disparition des symptômes est beaucoup plus lente qu’après un coup de soleil.
  • Le vieillissement de la peau : à cause des rayons ultraviolets, ma peau peut vieillir prématurément, avec une perte d’élasticité, l’apparition de rides et l’apparition de taches brunes.
  • Les cancers de la peau : dont le plus connu est le mélanome, sont favorisés par l’exposition au soleil. On parle donc de cancers photo-induits. Il est essentiel de mettre en place des précautions si je m’expose au soleil pour en réduire les risques. Je consulte également un médecin ou un dermatologue si je constate une tache suspecte ou un grain de beauté atypique.

Enfin, plus rapidement après l’exposition au soleil, je peux constater d’autres méfaits du soleil accompagnant ou non le coup de soleil :

  • L’insolation : apparaît après une exposition de la tête au soleil et se manifeste par de violentes céphalées (maux de tête), des nausées, une somnolence…
  • La déshydratation : en particulier chez les personnes fragiles (personnes âgées et enfants)
  • Des problèmes oculaires : coup de soleil sur la cornée (ophtalmie), inflammation du globe oculaire (kératite)…
  • Un bouton de fièvre : le soleil peut réactiver le virus de l’herpès

 



J’ai attrapé un coup de soleil : que faire 
?

Je prends un bain tiède pour soulager un coup de soleil étendu

 

Comment soulager un coup de soleil ?

 

Conseils et traitements du coup de soleil

Quelle que soit la gravité du coup de soleil, il est important de le traiter.

Si ma brûlure est de premier ou second degré superficiel, je peux la soigner moi-même. En revanche, si elle est profonde, je consulte un médecin.

Je suis ces quelques conseils dans tous les cas de coups de soleil :

  • Je cesse l’exposition au soleil immédiatement
  • Je rafraîchis la zone brûlée avec de l’eau à 15-25°C, pendant environ 15 minutes jusqu’à ce qu’elle ne me fasse plus mal. Si une grande partie de mon corps est brûlée, je prends un bain tiède (pas froid)
  • Je bois suffisamment pour lutter contre la déshydratation
  • Je prends régulièrement ma température
  • Si j’ai mal à la tête, je peux prendre un antalgique (par exemple du paracétamol)

Pour les brûlures au 1er degré, des pommades sédatives existent. Je n’arrache pas ma peau lorsqu’elle pèle et je ne m’expose plus au soleil pendant les semaines qui suivent.

Pour les coups de soleil responsables de brûlures du 2ème degré superficiel, je nettoie les zones touchées au savon, avec un antiseptique afin d’éviter l’infection des cloques. Je ne perce surtout pas les cloques. Je peux demander à mon pharmacien des pansements adaptés et j’évite toute exposition au soleil pendant plusieurs semaines.


Quand consulter pour un
coup de soleil ?

Il n’est pas toujours nécessaire de consulter pour un coup de soleil. Toutefois, si je suis dans les situations suivantes, je prends rapidement rendez-vous avec un médecin :

  • Une grande surface de mon corps est brûlée au 1er degré
  • Ma brûlure semble être du deuxième degré profond
  • Je suis déshydraté ou présente les signes d’une insolation
  • Mon coup de soleil est présent sur une zone sensible (visage, décolleté, mains, organes génitaux)
  • Ma peau semble infectée : présence de pus, peau gonflée, douloureuse et rouge
  • J’ai des douleurs aux yeux et ne supporte plus le soleil

Je consulte un médecin partenaire MEDADOM en téléconsultation sans rendez-vous si je ne trouve pas de médecin disponible.

Où téléconsulter à proximité ?

Comment prévenir les coups de soleil ?

La crème solaire prévient le coup de soleil

Pour ma santé et pour prévenir l’apparition des coups de soleil, je mets en place quelques gestes simples :

  • J’utilise une protection solaire adaptée à mon phototype, mon âge et le niveau d’ensoleillement. Je favorise les protections contre les UVA et les UVB. Les premiers jours d’exposition nécessitent une protection plus forte, le temps que la peau s’habitue au soleil. Les produits autobronzants n’empêchent pas d’attraper des coups de soleil !

coup de soleil : protection selon sa peau

Source : VIDAL, selon les recommandations de l’ANSM


  • J’applique la protection solaire toutes les 2h et après chaque baignade. La protection solaire ne permet pas une exposition plus longue au soleil
  • Je m’expose progressivement, a fortiori si je suis de phototype 0 à 3, en commençant par un quart d’heure les premiers jours
  • J’évite les heures où le soleil est le plus fort, entre 12h et 16h
  • J’évite les produits photosensibilisants
  • Je protège mes enfants en bas-âge de l’exposition directe au soleil
  • J’évite les cabines pour bronzer, qui peuvent également être responsables de coups de soleil
  • Je porte des lunettes de soleil en extérieur
  • Je suis vigilant aux conditions qui font oublier le soleil : vent frais, peu de nuages, surfaces réfléchissantes (eau, neige, sable…) et altitude

Avec ou sans coup de soleil, je reste vigilant face aux méfaits du soleil et limite mon exposition.


Propos écrits par Amanda Huguet-Millot, Diététicienne-Nutritionniste et Ingénieure en Alimentation & Santé


Sources : 

  • Ameli – Coups de soleil 
  • Collège des enseignants de dermatologie de France. Dermatologie. Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques. Editions Elsevier-Masson 7ème édition – 2017
  • Société Française de Dermatologie – Dermato-INFO – Le soleil et la peau
  • VIDAL – Coup de soleil