bg-office-working-unsplash

Insuffisance rénale aiguë ou chronique : causes et symptômes
Comment identifier une insuffisance rénale ?

L’insuffisance rénale se manifeste lorsque les reins n’assurent plus leurs fonctions, notamment de filtration du sang.

Pouvant être aiguë ou chronique, l’insuffisance rénale provoque de nombreux symptômes et complications, qu’il est nécessaire de prendre en charge.

En France, 5 à 10% de la population présenteraient une maladie rénale pouvant évoluer en insuffisance rénale et 82 000 personnes vivraient actuellement avec une insuffisance rénale chronique, liée dans la moitié des cas au diabète et à l’hypertension artérielle.

Qu’est-ce que l’insuffisance rénale ?


Rôle des reins


Pour comprendre l’insuffisance rénale, qu’elle soit aiguë ou chronique, il faut d’abord expliquer le rôle des reins.

Nous avons deux reins, placés derrière l’abdomen, de chaque côté de la colonne vertébrale. Chaque jour, ceux-ci filtrent environ 1700 litres de sang, acheminés par les artères rénales. L’intégralité du sang de notre corps est donc filtrée toutes les 30 minutes, afin de :

  • Éliminer les déchets par les urines
  • Assurer le maintien de la pression artérielle
  • Maintenir une composition du sang constante (notamment en eau et minéraux)
  • Activer la vitamine D
  • Fabriquer l’érythropoïétine (EPO), qui favorise la production de globules rouges


Les types d’
insuffisances rénales


L’insuffisance rénale constitue une diminution plus ou moins importante de la capacité des reins à assurer leurs fonctions. Au vu des rôles essentiels des reins, les conséquences peuvent être importantes : accumulation des déchets, des liquides dans l’organisme, défaut dans la synthèse d’hormones, modification de l’excrétion d’urines…

Deux types d’insuffisances rénales existent :

L’insuffisance rénale aiguë (IRA)

L'insuffisance rénale aiguë est une diminution brutale et réversible du débit de filtration des reins. 

Après le traitement, les reins retrouvent le plus souvent leur fonctionnement normal.

L’insuffisance rénale aiguë est une pathologie fréquente, retrouvée chez près de 25% des patients hospitalisés et 4 millions de français chaque année.


L’insuffisance rénale chronique (IRC)

L’insuffisance rénale chronique est une diminution progressive des capacités des reins, notamment de filtration du sang. On parle d’insuffisance rénale chronique lorsque les reins sont atteints de manière irréversible.

Prise en charge tôt, il est possible de ralentir son évolution pour retarder les traitements les plus lourds.

Il existe 5 stades de l’insuffisance rénale chronique, définis par l’Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé, qui a été remplacée et regroupée avec d’autres institutions par la Haute Autorité de Santé. Les 5 stades sont caractérisés par une analyse du débit de filtration glomérulaire (DFG), évaluant la quantité de liquide filtré par le rein en un temps donné :

  • Stade 1 : la fonction rénale est normale (DFG ≥ 90ml/min/1,73m²)
  • Stade 2 : maladie rénale chronique avec débit légèrement diminué (DFG entre 60 et 89ml/min/1,73m²)
  • Stade 3 : insuffisance rénale modérée (DFG entre 30 et 59ml/min/1,73m²)
  • Stade 4 : insuffisance rénale sévère (DFG entre 15 et 29ml/min/1,73m²)
  • Stade 5 : insuffisance rénale terminale (DFG ≤ 15ml/min/1,73m²)

Le stade 5 correspond à la perte la plus avancée de la fonction rénale. L’insuffisance rénale terminale nécessite un traitement pour pallier la perte de fonction des reins (dialyse et/ou greffe).

En 2020, plus de 90 000 Français étaient en insuffisance rénale chronique terminale. Chaque année, ce nombre augmente d’environ 6%. En 2019, plus de 11 000 nouveaux patients ont atteint le stade 5 selon le rapport France REIN.

Causes et symptômes de l’insuffisance rénale

Le diabète est la principale cause de l'insuffisance rénale chronique


Quelles sont les
causes de l’insuffisance rénale ?

 

Causes de l’insuffisance rénale aiguë

L’insuffisance rénale aiguë peut avoir plusieurs causes :

  • Une obstruction : l’obstacle bloque les voies urinaires 
  • Un désordre fonctionnel : le débit dans les reins diminue, ainsi que la pression de filtration à cause d’une hypovolémie dans le corps
  • Un souci organique : par des lésions dans une ou plusieurs partie(s) des reins

Je peux donc souffrir d’une insuffisance rénale aiguë si :

  • Je suis fortement déshydraté
  • Je souffre d’une insuffisance cardiaque, ma tension artérielle est très basse (hypotension sévère)
  • J’ai subi une forte hémorragie
  • Un obstacle est présent au niveau de mes voies urinaires (calcul rénal, tumeur…)
  • Je prends certains médicaments (anti-cancéreux, produits de contraste utilisés en radiologie…)
  • Je subis une infection sévère

D’autres pathologies peuvent également être responsables d’insuffisances rénales aiguës, tels que le myélome (cancer), les vascularites, les glomérulonéphrites aiguës, la rhabdomyolyse

Si le rein est atteint ou privé de sang pendant une certaine durée, les unités fonctionnelles du rein (appelées « néphrons ») sont lésées, compromettant leurs fonctions.

 

Causes de l’insuffisance rénale chronique

Dans la moitié des cas, l’hypertension artérielle et le diabète sont responsables de l’insuffisance rénale chronique.

Progressivement, ces deux affections entraînent des lésions des petites artères des reins, altérant les fonctions de ces derniers. Il est donc essentiel de surveiller la fonction rénale en cas d’hypertension artérielle ou de diabète.

D’autres pathologies peuvent entraîner des maladies rénales chroniques :

  • Une malformation des voies urinaires ou des obstacles à répétition (calculs rénaux par exemple)
  • Des infections récurrentes des reins (pyélonéphrites)
  • Une atteinte chronique des glomérules rénaux (glomérulonéphrite), pouvant être d’origine auto-immune (lupus, polyarthrite rhumatoïde…)
  • La polykystose rénale

Enfin, d’autres facteurs peuvent favoriser l’apparition d’insuffisance rénale chronique :

  • L’âge, notamment si j’ai plus de 60 ans
  • Les pathologies cardiovasculaires
  • Les facteurs de risques cardiovasculaires : surpoids et obésité, sédentarité, tabac…
  • Certains médicaments toxiques pour les reins (dits « néphrotoxiques »)
  • Des épisodes d’insuffisance rénale aiguë…



Quels sont les symptômes de l’insuffisance rénale ?

 

Symptômes de l’insuffisance rénale chronique

L’insuffisance rénale chronique reste le plus souvent silencieuse pendant de nombreuses années. Elle peut d’ailleurs être découverte fortuitement lors d’une analyse de sang réalisée pour un autre motif.

Puisque la moitié des insuffisances rénales chroniques est due à l’hypertension et/ou au diabète, une surveillance régulière des capacités rénales permet un diagnostic et une prise en charge précoce. Il s’agit alors d’un examen urinaire et sanguin.

Lorsqu’après plusieurs années d’évolution, l’insuffisance rénale chronique se manifeste, je peux ressentir des symptômes peu spécifiques :

  • Je suis très fatigué
  • J’ai le teint pâle
  • J’ai des nausées, voire des vomissements
  • Je perds l’appétit, je perds du poids
  • J’ai des crampes fréquemment, surtout nocturnes
  • Ma peau me démange (prurit)
  • Mes membres gonflent
  • J’ai des troubles du sommeil

Même si j’urine normalement, cela ne signifie pas que mes reins fonctionnent à leur niveau optimal.

Il est d’ailleurs à noter que les symptômes de l’insuffisance rénale chronique ne se manifestent généralement que si les deux reins sont touchés. En effet, le rein fonctionnel peut compenser le dysfonctionnement du rein atteint.

 

Symptômes de l’insuffisance rénale aiguë

Les premiers symptômes qui accompagnent généralement une insuffisance rénale aiguë sont :

  • La rétention d’eau : je prends du poids, mes pieds, mes chevilles, mes mains et mon visage gonfle
  • La diminution de ma quantité d’urines : j’urine moins (<500ml par jour), voire plus du tout

Je peux ensuite ressentir les mêmes symptômes que pour l’insuffisance rénale chronique : fatigue, prurit, perte d’appétit, nausées…

 

 

Complications et traitements de l’insuffisance rénale

 

Évolutions de l’insuffisance rénale

 

Complications de l’insuffisance rénale aiguë

L’insuffisance rénale aiguë n’est pas une pathologie à prendre à la légère. Lorsqu’elle nécessite une prise en charge en dialyse (la filtration du sang en dehors des reins) ou en réanimation, la mortalité atteint en moyenne 50% (toutes causes confondues).

La dangerosité tient à la fois de la cause de l’insuffisance rénale aiguë (insuffisance respiratoire, choc hémorragique ou septique…), aux pathologies et facteurs de risques associés chez le patient (âge, maladies cardiovasculaires…) et aux complications de la prise en charge (maladies nosocomiales).

L’insuffisance rénale aiguë est également source de complications : accumulation d’acides dans le corps (acidose métabolique), augmentation du taux de potassium sanguin (hyperkaliémie), surcharge en sel et en eau dans l’organisme, dénutrition…

 

Complications de l’insuffisance rénale chronique

Si elle est prise en charge précocement, l’évolution de l’insuffisance rénale chronique peut être freinée. 

Lorsqu’elle s’aggrave, des complications peuvent apparaître :

  • Une accumulation des déchets dans l’organisme, secondaire au défaut de filtration des reins
  • L’apparition d’œdèmes
  • Une hypertension artérielle, elle-même responsable d’une aggravation de l’insuffisance rénale
  • Une ostéoporose ou un retard de croissance chez l’enfant
  • Une anémie
  • Une plus grande sensibilité aux infections virales et bactériennes
  • Une dénutrition
  • Des troubles menstruels et sexuels

Il est donc nécessaire de retarder au maximum l’aggravation de la maladie rénale et l’apparition de ces symptômes.

Au stade le plus avancé de son évolution, on la nomme « insuffisance rénale chronique terminale ». Les reins ne fonctionnent plus suffisamment et nécessitent une suppléance rénale, par la dialyse ou la greffe d’un rein.

L’insuffisance rénale terminale entraîne un taux de mortalité de 9,8% par an.

 

Traitements de l’insuffisance rénale

La dialyse est un traitement de l'insuffisance rénale chronique


Traiter
l’insuffisance rénale aiguë

La première intention est de traiter toutes les causes qui peuvent l’être. Par exemple, en cas d’insuffisance rénale aiguë causée par un obstacle, il est nécessaire de dériver les urines, c’est-à-dire les acheminer par une autre voie en dehors du corps.

Si des complications infectieuses se sont manifestées, une antibiothérapie sera prescrite.

En cas de consommation de médicaments néphrotoxiques, le traitement devra être arrêté.

Enfin, il est parfois nécessaire de filtrer le sang par un moyen externe : la dialyse.

Traiter l’insuffisance rénale chronique

Pour ralentir l’évolution de la maladie rénale, quelques précautions doivent être prises :

  • Traiter la cause de la maladie, en particulier le diabète et l’hypertension artérielle
  • Adopter une alimentation équilibrée, en faisant attention aux apports en sel
  • Boire en fonction de sa soif et de son volume d’urines excrétées
  • Limiter la consommation d’alcool
  • Pratiquer une activité physique régulière
  • Arrêter le tabac et les médicaments néphrotoxiques

Lorsque l’insuffisance rénale chronique (et donc irréversible) s’est installée, ces mesures restent utiles pour ralentir la progression de la maladie. L’objectif est alors de retarder l’utilisation de la dialyse, voire de programmer une greffe préemptive, sans passer par la dialyse.

Quand les reins ne peuvent plus du tout assurer les fonctions vitales, notamment d’épuration du sang, la dialyse permet d’assurer la filtration.

Enfin, la greffe de rein est le meilleur traitement de l’insuffisance rénale chronique terminale puisqu’elle restitue le plus souvent les fonctions rénales. Le rein peut être prélevé sur un patient décédé ou sur un donneur vivant. En 2020, 15% des 2595 greffes rénales provenaient de donneurs vivants.

En 2020, 2595 greffes rénales ont été effectuées dont 390 grâce à un don du vivant (soit 15%).


Une affection ponctuelle et pas de médecin disponible ? Je consulte un médecin partenaire en téléconsultation sans rendez-vous avec MEDADOM.


Propos écrits par Amanda Huguet-Millot, Diététicienne-Nutritionniste et Ingénieure en Alimentation & Santé


Sources :