bg-office-working-unsplash

Rougeole : définition, symptômes, traitement et prévention
Découvrez les symptômes de la rougeole, quelles sont les personnes à risque et comment la traiter et la prévenir.

Maladie en recrudescence aussi bien dans le monde entier qu’en France, la rougeole est provoquée par un virus et se caractérise par une éruption cutanée importante ainsi qu’un niveau de contagiosité très élevé. Découvrez quels sont les symptômes de la rougeole, quelles sont les personnes les plus à risque, comment la traiter et la prévenir grâce à la vaccination et à l’adoption des gestes barrières.

Définition et symptômes de la rougeole

 

La rougeole est une maladie bénigne mais très contagieuse, responsable en cas de complications de nombreux décès chaque année dans les pays en voie de développement. Principal rempart contre cette maladie causée par un virus qui affecte les enfants mais aussi les adultes et adolescents, la vaccination est obligatoire en France pour tous les bébés nés après le 1er janvier 2018 via le vaccin ROR (rougeole, oreillons et rubéole).

 

 

Une maladie à contagiosité élevée

 

Comme tous les virus, la rougeole se transmet d’une personne contaminée à une autre par la salive en cas de toux, d'éternuements, de contact physique avec les mains ou avec des objets ou surfaces contaminés. Lorsqu’un adulte non vacciné ou un enfant est contaminé par la rougeole, il peut transmettre le virus 5 jours avant l’apparition de l’éruption cutanée qui est l’un des principaux symptômes de la rougeole, et jusqu’à 5 jours après. Une fois infecté et guéri de la maladie, l’individu est immunisé pour le restant de sa vie. 

 

 

Les symptômes de la rougeole chez le bébé et chez l’adulte

La rougéole touche l’adulte et le bébé

 

Les symptômes de la rougeole chez le bébé ou chez l’adulte se décomposent en plusieurs étapes. Une fois introduit dans l’organisme, le virus se diffuse dans le corps par le sang sur une durée allant de 2 à 4 jours. Cette première phase provoque chez la personne contaminée une forte fièvre supérieure à 38,5 °, accompagnée de toux, d’un écoulement nasal et d’une conjonctivite. L’état général se dégrade, avec une sensation de fatigue inhabituelle. 

 

Différencier la rougeole d’un autre virus se fait par la présence d’une éruption cutanée caractéristique, qui apparaît 7 à 18 jours après la contamination. Cette éruption cutanée dure jusqu'à 6 jours, touche progressivement toutes les zones du corps et se présente sous forme de petites plaques rouges espacées entre elles, qui sont à différencier de celle de l'eczéma dont les éruptions sont plus regroupées.

 

La rougeole est dans la majorité des cas bénigne, mais elle peut entraîner des complications dans près de 30 % des cas généralement chez les bébés de moins d’un an qui n’ont pas encore reçu le vaccin, ainsi que en cas de rougeole chez les adultes et adolescents également non vaccinés. La rougeole peut dans ce cas évoluer en otite, en laryngite, en diarrhée et nécessiter une hospitalisation lorsqu’il y a une surinfection bactérienne ou des difficultés respiratoires. Les reins et le foie peuvent être touchés et des perturbations neurologiques peuvent également apparaître.

 

Pour savoir si j’ai la rougeole, mon médecin posera le diagnostic après la réalisation d’un test PCR, qui est la technologie utilisée pour identifier le virus de la grippe ainsi que de la COVID-19. Cette technique permet d’identifier la composition moléculaire du virus présent dans ma salive ou dans mon sang. Un diagnostic sérologique indirect peut aussi être employé. À noter que si j’ai la rougeole, mon médecin a l'obligation de le signaler aux autorités de santé.

 

La rougeole, une maladie en recrudescence en France

La rougeole fait partie des maladies les plus suivies en France ces dernières années, suite à une forte recrudescence des cas identifiés. En 2019, l’Organisation Mondiale de la Santé a fait état de 869 770 cas de rougeole recensés dans le Monde, soit le niveau le plus élevé depuis 1996. Les décès liés à la maladie ont également progressé de 50 % depuis cette date. 

En 2020, les cas de rougeole ont fortement baissé avec la crise sanitaire de la COVID-19 à partir du mois d’Avril 2020 avec la mise en place des gestes barrières et des limitations de déplacements. Ainsi, ce sont près de 240 cas de rougeole qui ont été déclarés en France en 2020, sans aucun décès à déplorer, contre 2 636 cas en 2019.

En revanche, l’OMS et l’UNICEF redoutent une explosion des cas de rougeole et d’autres maladies courantes dans les mois à venir, en raison d’une baisse constatée dans la vaccination globale des enfants en 2020 à cause de la crise sanitaire. 

 

 

Quelles sont les personnes les plus exposées à la rougeole ?

 

La rougeole touchant les personnes non vaccinées, je suis plus à risque si je n’ai pas fait le vaccin et que je vis dans un pays en voie de développement. Si je suis une femme enceinte et que je ne suis pas vaccinée contre la rougeole, j’ai également plus de risques de contracter la maladie. 

Traitement de la rougeole et prévention 

 

La rougeole étant provoquée par un virus, le traitement va consister à traiter et soulager les symptômes. Si je suis malade, mon médecin pourra ainsi me prescrire une solution de réhydratation orale pour pallier aux pertes en eau engendrées par les vomissements et éventuelles diarrhées, ainsi que des antibiotiques en cas de pneumonie ou de conjonctivite.

Chez l’enfant, une fois le diagnostic de la rougeole établi, le médecin pourra lui prescrire 2 doses de vitamine A à prendre avec 24h d’intervalle pour éviter le risque de carence que peut entraîner la maladie, limiter l’apparition des troubles oculaires et diminuer le risque de mortalité.

En cas d’écoulement nasal et de conjonctivite, je peux utiliser les traitements habituels pour me soulager et retrouver du confort : lavages de nez avec une solution saline adaptée, gouttes oculaires ou sérum physiologique.

 


Comment gérer la fièvre chez le bébé et l’enfant en cas de rougeole ?

 

Pouvant entraîner une forte fièvre supérieure à 38 °, le traitement de la rougeole consiste à administrer des médicaments adaptés de type ibuprofène ou paracétamol pour faire baisser la fièvre et aider le bébé ou l’enfant à retrouver du confort. Pour le soulager, je veille à lui apporter une hydratation suffisante tout au long de la journée, à ne pas trop le couvrir et à bien aérer sa chambre tout en contrôlant la température de la pièce (idéalement 19 °).

Si mon enfant a moins de 3 mois, le paracétamol sera recommandé avec une dose de 60 mg par kilo et par jour à répartir en plusieurs prises. 

 


La vaccin de la rougeole (ROR), indispensable pour éviter la maladie

Le vaccin contre la rougéole (ROR) protège

 

La prévention de la rougeole passe par une couverture vaccinale étendue. Le vaccin de la rougeole est inclus dans le vaccin Rougeole-Oreillons-Rubéole (ROR) désormais obligatoire pour tous les bébés nés à partir du 1er janvier 2018. Pour être totalement immunisé contre la maladie, le bébé a besoin de recevoir deux injections : une dès l’âge de 12 mois, et l’autre entre 16 et 18 mois ou 12 et 15 mois s’il est gardé en structure collective.

Selon l’OMS, la vaccination contre la rougeole a permis d’éviter plus de 20 millions de décès entre les années 2000 et 2016.

Du côté des adultes, la vaccination est recommandée en cas de naissance avant 1980. Une seule injection du vaccin suffit dans ce cas. Si ma date d’anniversaire se situe après 1980, je dois avoir reçu mes deux doses de vaccin dans un délai d’un mois, que j’ai ou non déjà contracté une des trois maladies incluses dans le vaccin.

Si je voyage régulièrement dans un pays considéré à risque de rougeole, je peux faire vacciner mon bébé dès l’âge de 6 mois.

 


Les gestes barrières, essentiels pour prévenir la propagation de la rougeole

 

Pour prévenir la contamination de la rougeole mais aussi de nombreux types de virus comme la grippe ou la COVID-19, je veille à respecter les gestes barrières désormais bien ancrés dans mon quotidien. Je me lave les mains très régulièrement à l’eau et au savon, et encore plus fréquemment si mon enfant est contaminé par la rougeole pour éviter la propagation de la maladie autour de moi. Je respecte moi-même et j’inculque les règles d’hygiène de base à mon enfant, comme se moucher régulièrement et jeter le mouchoir après utilisation ainsi qu’à couvrir son nez et sa bouche lorsqu’il tousse ou éternue.

Si j’ai la rougeole, Je nettoie et désinfecte régulièrement les surfaces de la maison ainsi que les objets du quotidien, je porte un masque lorsque je sors et je limite les contacts le plus possible. Dans la maison, je veille à assurer une bonne ventilation et à aérer les pièces au minimum 20 minutes matin et soir, sans surchauffer.

En cas de contamination de rougeole et de contact avec l’entourage, je préviens mes proches pour qu’ils puissent vérifier s’ils sont bien vaccinés et à jour.

 

Vous ressentez des symptômes de la rougeole et souhaitez être mis en relation avec un médecin rapidement en moins de 10 minutes ? Inscrivez-vous sur la plateforme MEDADOM !

 

Sources :