L'équipe de rédaction de MEDADOM lundi 12 février 2024

Antibiorésistance : comprendre, prévenir et agir

L'antibiorésistance est un phénomène où les bactéries deviennent insensibles aux antibiotiques, posant un défi majeur en santé publique. La principale cause est  la surutilisation des antibiotiques en médecine et en élevage. Les conséquences sont graves, notamment des infections plus résistantes et plus coûteuses. Il est important d'utiliser plus judicieusement les antibiotiques, d'appliquer des mesures d'hygiène renforcées et de continuer la recherche de nouvelles molécules ou d'alternatives aux antibiotiques. 

 

Vous envisagez de prendre des antibiotiques ? Jamais sans avoir consulté auparavant ! Consultez ici un médecin sans rdv en téléconsultation

 

 

Qu'est-ce que l'antibiorésistance ? 

 

L'antibiorésistance est le phénomène par lequel les bactéries deviennent résistantes aux antibiotiques, réduisant ainsi l'efficacité de ces médicaments. Cela se produit lorsque les bactéries mutent ou acquièrent des gènes résistants, leur permettant de survivre malgré l'exposition aux antibiotiques. C'est un problème majeur de santé publique, car cela rend le traitement des infections bactériennes plus difficile et augmente le risque de propagation de maladies infectieuses. 

 

Pourquoi l'antibiorésistance est-elle si grave ? 

 

L'antibiorésistance est grave car elle rend les infections bactériennes plus difficiles à traiter. Cela peut entraîner des traitements plus longs, plus coûteux, et parfois inefficaces, augmentant le risque de décès. Elle affecte également la capacité de mener des prises en charge médicales de routine, comme les chirurgies et les chimiothérapies, car les infections associées peuvent devenir plus dangereuses. De plus, elle représente un défi pour la santé publique et la sécurité alimentaire, affectant les humains, mais aussi les animaux et l'environnement. 

 

Quels sont les chiffres de l'antibiorésistance en France ? 

 

En France, la consommation d'antibiotiques en milieu hospitalier reste stable et dans la moyenne des pays européens. Mais elle est très élevée en dehors de l'hôpital, représentant 80 à 90% de la consommation totale d'antibiotiques chez l'homme. Ces dernières années, il y a eu une augmentation inquiétante de l'utilisation des antibiotiques à large spectre et des antibiotiques de dernier recours, comme la daptomycine et le linézolide. En revanche, il y a eu une réduction des Staphylococcus aureus résistants à la méticilline (SARM) et une stabilisation des taux d'entérobactéries productrices de bêta-lactamase à spectre élargi (EBLSE).



Antibiotiques en masse, étalés sur une table, preuve d'une antibiorésistance.

Ces données sont issues d'une surveillance continue, un effort indispensable pour prévenir la résistance aux antibiotiques. Bien que des progrès aient été faits, la lutte contre l'antibiorésistance reste un défi important en France. 

 

Vous avez une infection en cours et vous vous demandez si vous avez besoin d'antibiotiques ? N'hésitez pas à consulter votre médecin traitant. Sachez également que c'est un sujet bien adapté à la téléconsultation.  

Téléconsulter sans rendez-vous

 

 

Quelles sont les causes et les conséquences de l'antibiorésistance ?

 

Quelles sont les causes de l'antibiorésistance ?

 

L'antibiorésistance est principalement causée par la surutilisation et la mauvaise utilisation des antibiotiques. Cela inclut :

  • la prescription inappropriée d'antibiotiques pour des infections virales,
  • l'utilisation non conforme par les patients,
  • l'usage excessif dans l'élevage d'animaux.

 

L'insuffisance de nouvelles découvertes d'antibiotiques aggrave le problème. De plus, le manque d'hygiène et de mesures de prévention dans les soins de santé contribue à la propagation de bactéries résistantes. 

 

Quelles sont les conséquences de l'antibiorésistance ?

 

L'antibiorésistance a des conséquences graves : 

  • des infections plus difficiles à traiter,
  • une durée de maladie prolongée,
  • un risque accru de décès,
  • une augmentation du risque lors de certaines prises en charge médicales, comme les opérations chirurgicales et les traitements contre le cancer (chimiothérapies),
  • une augmentation des coûts de santé, en raison de traitements plus longs et plus coûteux et de la nécessité d'utiliser des médicaments de deuxième ou troisième ligne, souvent plus chers.

 

La résistance aux antibiotiques pose des défis importants en termes de santé publique, avec un impact sur la gestion des infections dans les hôpitaux et les collectivités. 

 

Que faire pour lutter contre la résistance bactérienne ? 

 

Pour lutter efficacement contre l'antibiorésistance, il est essentiel de suivre plusieurs solutions clés.

 

Premièrement, il faut promouvoir l'utilisation judicieuse des antibiotiques tant dans le domaine médical que vétérinaire. Cela comprend la prescription d'antibiotiques uniquement en cas de nécessité et en respectant les recommandations de bonne pratique.

 

Deuxièmement, améliorer les mesures d'hygiène et de contrôle des infections dans les établissements de santé est capital pour prévenir la propagation des bactéries résistantes.

 

Troisièmement, il est important de renforcer la surveillance et le suivi des cas de résistance aux antibiotiques, ainsi que d'investir dans la recherche pour le développement de nouveaux antibiotiques et de traitements alternatifs.

 

La sensibilisation et l'éducation du public et des professionnels de santé sur les risques et la gestion de l'antibiorésistance sont également fondamentales. Enfin, la mise en œuvre de politiques de santé publique fortes et coordonnées à l'échelle nationale et internationale est nécessaire pour une lutte efficace contre ce phénomène. 

 

 

Sources :