L'équipe médicale MEDADOM jeudi 15 avril 2021

La médecine douce : un remède aussi efficace qu’un médicament ?

Les Français sont de plus en plus sensibles aux produits et expériences naturelles permettant un retour aux sources. Pourtant longtemps délaissées, les médecines douces font leur grand retour et attirent de plus en plus d’adeptes. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a même lancé un plan spécial permettant de revaloriser ces médecines parfois stigmatisées. Peuvent-elles nous aider à lutter contre la morosité des confinements successifs ou même aider à guérir certaines pathologies ?

médecine douce et coronavirus


Qu’entend t-on par médecine douce ?

Vous en avez surement déjà entendu parler, mais connaissez-vous toutes les disciplines appartenant à la catégorie des médecines douces ? Également appelées médecines complémentaires, alternatives ou naturelles, elles sont désignées par le terme PSNC (Pratiques de Soins Non Conventionnelles) par le Ministère des Solidarités et de la Santé.

La plus connue de toutes est certainement l’ostéopathie. La chiropraxie, l’hypnose, la naturopathie, les médecines traditionnelles chinoise et japonaise, le shiatsu, la réflexologie, la sophrologie, la méditation, l’Ayurveda, l’acupuncture, le Tai Chi, le yoga sont également des pratiques thérapeutiques dites douces. Il en existerait plus de 400 selon l’OMS ! Chacune prenant appui sur des philosophies spécifiques de la maladie, des remèdes et du bien-être au global. 

Elles font d’ailleurs généralement appel à des thérapies et techniques ancestrales et viennent en complément de médecines plus traditionnelles. Certaines permettent même de soulager des pathologies comme l’endométriose.

 

Pour un confinement plus “doux”

Avec la crise sanitaire de la COVID-19 que nous vivons actuellement, les comportements et habitudes se voient bouleversés. Stress, fatigue oculaire, troubles du sommeil, addictions (tabagisme, alcoolisme notamment) fragilité immunitaire, mauvaise posture d’assise, grignotage intempestif et alimentation déséquilibrée, angoisse … Autant de comportements qui nécessitent d’être pris au sérieux afin de ne pas dégénérer à plus long terme sur des maladies chroniques

Certaines plantes utilisées en naturopathie (passiflore, tilleul, camomille, aubépine) permettent notamment d’améliorer la qualité du sommeil et diminuer le niveau de stress. En période de faiblesse immunitaire, il peut également être intéressant de renforcer son organisme grâce aux pré et probiotiques. Certains actifs agissent sur l’immunité. C’est le cas de la spiruline, une microalgue aux vertus antioxydantes, mais aussi de la propolis et de certaines épices

L'alimentation n’est pas le seul levier. En effet, d’autres pratiques comme le massage énergétique, l’acupuncture, la réflexologie permettent d’agir en profondeur tout en libérant les tensions via la stimulation de zones bien spécifiques. Ces méthodes peuvent même participer à la récupération de l’odorat grâce au décongestionnement de la sphère ORL via l’ostéopathie.

 

Les entreprises misent sur le bien-être mental et physique de leurs salariés

Le contexte est tel, que la QVT (Qualité de Vie au Travail) a pris une place centrale dans les préoccupations des employés et des salariés. Le gouvernement prend d’ailleurs le sujet de la santé mentale très au sérieux et a développé des dispositifs de soutien comme un numéro vert dédié : 0 800 130 000.

On peut également citer Wellness Training qui propose aux entreprises un service sur-mesure d’accompagnement forme et bien-être. Une formule hybride “phygitale” qui intègre l’intervention de professionnels de la médecine douce au programme de coaching initial auprès des salariés, pour la plupart en télétravail. 

Une question ? Un conseil ? Nos médecins partenaires sont disponibles en moins de 10 minutes pour échanger avec vous