L'équipe médicale MEDADOM vendredi 27 août 2021

Un ou des microbiotes ?

Prébiotique, probiotique et même postbiotique. Des termes qui semblent complexes alors qu’ils sont en fait reliés à une même notion : le microbiome. Le microbiote intestinal n’a plus de secret pour vous, mais connaissez-vous la multitude de microbiotes qui cohabitent au sein de notre organisme ? Découvrons-les ensemble.

Tous nos articles santé et recherche


Les bactéries sont aussi nos amies

 


Et si on commençait par le commencement, c’est quoi le microbiote ?

 

“Le microbiote correspond à l'ensemble des micro-organismes peuplant un microbiome. Le microbiote humain comprend les bactéries, virus, champignons (levures), archées et autres micro-organismes, présents sur ou dans le corps humain” (source : FuturaSanté)

En grec, le terme « bios » signifie « vie ». On parle également de flore. L’équilibre entre les différents micro-organismes qui constituent cette flore forme la clé du puzzle. Ainsi, bonnes et mauvaises bactéries cohabitent pour former un écosystème sain et fonctionnel. Certains facteurs peuvent être à l’origine d’un débalancement comme l’alimentation, les conditions de vie, la prise de médicaments et d’antibiotiques... provoquant la sur-prolifération de mauvaises bactéries aussi appelée dysbiose

Le microbiote intestinal serait ainsi impliqué dans bon nombre de mécanismes comme la digestion, l’immunité, le stress ainsi que certaines pathologies chroniques (inflammation de l’intestin, obésité, diabète …). Certains se positionnent même sur le créneau de la minceur

Même si l’on entend majoritairement parler du microbiote intestinal, les autres microbiotes n’en demeurent pas moins essentiels.

 

 

Pré, pro, postbiotique, de quoi parle-t-on ?

 

Pour venir en renfort ou en cas de déséquilibre, il est possible de faire appel à des “aides” afin de stimuler ou rééquilibrer les microbiotes

C’est ici qu’interviennent :

  • les probiotiques : littéralement « pour la vie ».

Ces microorganismes vivants amis (bactéries et/ ou levures) enrichissent le microbiote de l’hôte, le protégeant d’une prolifération de bactéries pathogènes. On les trouve dans des aliments fermentés (yaourt, kéfir, miso, fromages …).

  • les prébiotiques : du préfixe pré-, “qui précède” et du terme « bios » qui signifie « vie » en grec.

Ils agissent comme des stimulants qui viennent booster la croissance des probiotiques. On les trouve dans des aliments riches en fibres, résistantes à la digestion, acheminées jusqu’à l’intestin. Au contact des probiotiques, elles confèrent ainsi un effet prébiotique.

  • les postbiotiques : “après la vie”. Terme récemment apparu qui s'apparente à la « préparation de microorganismes inanimés et / ou de leurs composants conférant un bénéfice pour la santé de l'hôte » d’après l’International Scientific Association for Probiotics and Prebiotics (ISAPP).
    Il peut s’agir de cellules microbiennes entières ou de fractions de ces cellules, pourvu que ces composants soient inactivés. Ils doivent donc passer par une désactivation du précurseur vivant (ce qui n’est pas forcément le cas des pré et probiotiques) pour être valorisés. Plus d’informations sur les postbiotiques ici.

 

Les probiotiques peuvent agir de façon localisée en fonction de leur mode d’administration et des souches sélectionnées. Les principales étant Lactobacillus rhamnosus, Bifidobacterium longum, Lactobacillus helveticus, Lactococcus lactis, Streptococcus thermophilus, Lactobacillus gasseri, Lactobacillus plantarum, Saccharomyces boulardii. 

Maintenant que vous êtes incollable du microbiote, découvrons les caractéristiques des microbiotes génital, urinaire, pulmonaire, cutané et buccal. Rendez-vous sur le prochain article pour en savoir plus !



Les médecins partenaires MEDADOM sont disponibles en ligne.