Skip to main content

Catégorie

Pollen et asthme : Comprendre la corrélation et gérer les risques

Vous êtes asthmatique et vous êtes sensible aux pollens ? Il existe un lien entre ces deux pathologies. Bien le comprendre vous permettra de mieux réagir durant les crises d'asthmes, voire de les prévenir.

 

Vous avez besoin de consulter mais votre médecin n'est pas disponible ? Les médecins partenaires MEDADOM sont disponibles 7j/7.

 

 

 

Femme allergique aux pollens ayant des symptômes.

 

Quel est le lien entre pollens et asthme ?  

 

Est-ce que l'allergie au pollen provoque de l'asthme ? 

 

L'asthme allergique est souvent provoqué par des allergènes environnementaux, en particulier le pollen. Lorsque des individus sensibles inhalent ces particules, cela peut déclencher une inflammation des voies respiratoires.

 

Cette inflammation rend la respiration difficile et peut mener à des symptômes typiques de l'asthme, tels que la toux, la respiration sifflante et un essoufflement. Cette réaction est médiée par des réponses immunitaires spécifiques où les anticorps IgE jouent un rôle important en reconnaissant le pollen et en déclenchant la libération de substances inflammatoires comme l'histamine​.

 

 

Comment l'allergie peut se transformer en asthme ? 

 

Les symptômes de l’asthme sont respiratoires.

 

L'allergie se transforme en asthme lorsque la réaction inflammatoire déclenchée par les allergènes affecte les voies aériennes. Les substances libérées, telles que l'histamine, provoquent une constriction des muscles autour des voies aériennes, une production excessive de mucus et un œdème des muqueuses respiratoires.

 

Ces changements physiologiques peuvent conduire à des crises d'asthme, caractérisées par des difficultés respiratoires, des sifflements et une sensation de constriction thoracique. Cette progression de l'allergie vers l'asthme est particulièrement fréquente chez les individus avec une prédisposition génétique ou des antécédents familiaux d'allergies​.

 

 

Quelles allergies peuvent donner de l'asthme ?

 

L'asthme peut être provoqué par divers allergènes, mais les plus courants sont les pollens de graminées, d'arbres et de mauvaises herbes. Ces allergènes sont particulièrement problématiques pendant les saisons de floraison, où ils sont présents en grandes quantités dans l'air.

 

Les personnes ayant des antécédents d'allergie rhinitique (rhume des foins) ou ayant des membres de la famille avec des allergies sont à un risque accru. Cela inclut non seulement les allergies saisonnières mais aussi celles liées à d'autres allergènes persistants comme les acariens ou les poils d'animaux, qui peuvent également contribuer à l'asthme allergique.

 


 

Quels sont les facteurs de risque de l'asthme ? 

 

Les facteurs de risque de l'asthme sont multiples et variés, reflétant la complexité de cette maladie respiratoire. Parmi eux, certains sont intrinsèques à l'individu, tandis que d'autres sont liés à son environnement.

 

  • Facteurs génétiques et familiaux : La prédisposition génétique joue un rôle significatif dans le risque de développer de l'asthme. Les individus ayant des parents ou des frères et sœurs asthmatiques ont un risque plus élevé d'être eux-mêmes asthmatiques.

 

  • Allergies : La présence d'autres allergies, notamment la rhinite allergique, les allergies alimentaires, et les allergies aux acariens de la poussière et aux poils d'animaux, est également un facteur de risque reconnu. Ces allergies peuvent exacerber les symptômes de l'asthme et augmenter la fréquence des crises.

 

  • Exposition environnementale : Les allergènes environnementaux tels que le pollen, les poils d'animaux, les acariens et la poussière domestique sont des déclencheurs courants de l'asthme. De plus, la pollution de l'air, intérieure et extérieure, joue un rôle aggravant notable. Les polluants comme le dioxyde d'azote et les particules fines peuvent provoquer et aggraver les symptômes d'asthme, surtout dans les zones urbaines densément peuplées.

 

  • Mode de vie : Le tabagisme, tant actif que passif, est un facteur de risque majeur pour l'asthme. Les fumeurs sont non seulement plus susceptibles de développer de l'asthme, mais ils peuvent aussi avoir des symptômes plus sévères. De même, une exposition régulière à la fumée secondaire, surtout pendant l'enfance, peut augmenter le risque d'asthme.

 

  • Conditions météorologiques : Les conditions météorologiques extrêmes, comme le froid vif ou l'air très humide, peuvent déclencher des symptômes d'asthme chez certaines personnes. 

 

Besoin d’un médecin ? Pensez à la téléconsultation avec MEDADOM ! Bénéficiez en vous inscrivant, d’une téléconsultation avec l’un de nos médecins partenaires :

 

 

Quelles sont les mesures de prévention de l'asthme ? 

 

Pour prévenir efficacement les symptômes de l'asthme, en particulier ceux liés aux allergies, plusieurs stratégies peuvent être adoptées pour minimiser l'exposition aux allergènes et gérer les conditions environnementales.

 

  • Limitation de l'exposition aux allergènes : Il est important de réduire au maximum le contact avec les allergènes connus. Ceci peut être réalisé par l'utilisation de purificateurs d'air qui filtrent les particules allergènes de l'air intérieur, et par le maintien des fenêtres fermées durant les périodes de forte concentration en pollen. L'adoption de housses anti-acariens pour la literie et le nettoyage fréquent des surfaces peuvent également contribuer à réduire la présence d'allergènes domestiques comme la poussière et les acariens.

 

  • Surveillance des conditions environnementales : Le suivi des niveaux de pollen et de la qualité de l'air à l'aide de sites internet dédiés ou d'applications mobiles peut aider les personnes asthmatiques à planifier leurs activités extérieures pour éviter les périodes de forte exposition. Éviter les activités extérieures lors des jours de vent ou lorsque les niveaux de pollution sont élevés peut également être bénéfique.

 

  • Médicaments : L'utilisation régulière des médicaments prescrits par le médecin traitant, tels que les corticostéroïdes inhalés, peut aider à contrôler l'inflammation des voies aériennes et prévenir les crises d'asthme.

 

  • Désensibilisation ou immunothérapie : Pour ceux dont l'asthme est étroitement lié à des allergies spécifiques, l'immunothérapie allergénique peut être une option. Cette approche consiste à administrer régulièrement des doses croissantes de l'allergène, ce qui peut aider à réduire la sensibilité à long terme. Cette méthode doit être discutée et mise en place par un spécialiste des allergies, car elle n'est pas adaptée à tous les types d'asthme ni à tous les patients.

 

  • Formation des patients : Enseigner aux patients asthmatiques et à leurs familles à reconnaître les premiers signes d'une crise d'asthme et à réagir rapidement est fondamental pour prévenir les complications. Des formations sur l'utilisation correcte des inhalateurs et sur les mesures à prendre en cas d'urgence peuvent améliorer significativement la qualité de vie des personnes asthmatiques.

 

 

Sources :