Skip to main content

Usage excessif des écrans : La santé des adultes en jeu également !

Ces dernières années, les autorités sanitaires scrutent de près les dangers des écrans sur le développement cognitif des enfants. En janvier dernier, l’Elysée a d’ailleurs missionné un comité d’experts chargés d’élaborer des recommandations sur le sujet. Mais les écrans ne représentent pas seulement un danger pour la santé des enfants. Leur utilisation excessive et les habitudes sédentaires qu’elle suscite peuvent également affecter considérablement la santé des adultes. On fait le point. 

 

Vous avez besoin de consulter mais votre médecin n'est pas disponible ? Les médecins partenaires MEDADOM sont disponibles 7j/7.



 

 

Usage excessif des écrans et sédentarité  

 

Des écrans omniprésents

 

De nos jours, il est presque impossible de se passer des écrans. Qu’ils soient destinés à un usage professionnel ou personnel, force est de constater que les smartphones, tablettes et autres ordinateurs nous facilitent grandement le quotidien. Or, si l’on comprend aisément que ces petits bijoux d’innovation ne sont pas sans conséquences sur la santé des jeunes enfants, ils ne sont pas non plus anodins pour la santé des plus grands !

 

Femme travaillant sur son ordinateur toute la journée en télétravail.

 

Il faut dire que les Français présentent des habitudes de consommation d’écrans assez préoccupantes. D’après le dernier baromètre du numérique réalisé en 2022 par le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc), les Français passent en moyenne 4h40 chaque jour devant un écran ce qui représente un total de 32 heures par semaine ! Certaines catégories professionnelles affichent même un temps d’exposition supérieur comme les employés de bureau par exemple. S’il n’est pas nouveau, ce problème d’usage excessif des écrans par les adultes s’est accentué avec le développement du télétravail lié à la pandémie de Covid-19.

 

Une sédentarité préoccupante pour la santé des Français

 

Certes, le télétravail a grandement facilité la façon de travailler mais il contraint les salariés à rester en position assise devant leur écran d’ordinateur pendant des périodes prolongées. C’est ce que l’on appelle la sédentarité. Et qui dit sédentarité élevée, dit risques pour la santé.

 

Selon la définition de l’Anses, la sédentarité (ou comportement sédentaire) se définit comme une situation d’éveil caractérisée par une dépense énergétique faible en position assise ou allongée.

 

C’est ce que souligne une récente revue de la littérature relative aux effets du télétravail sur la santé des travailleurs, menée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) en collaboration avec l’Inserm. Plusieurs indicateurs sanitaires inquiétants sont ainsi mis en évidence avec notamment une sédentarité considérablement accrue par le télétravail : 38 % des adultes exposés à des niveaux de sédentarité trop élevés en raison du temps trop important passé en position assise ou allongée. Certains d’entre eux restent même dans cette position plus de 8 heures par jour !

 

 

Des risques considérables pour la santé des adultes

 

Ces habitudes de position assise prolongée ne sont bien évidemment pas sans risques pour la santé des Français. Elles augmentent ainsi le risque de développer des maladies cardiovasculaires, certains cancers, de l’hypertension ou de l’obésité. Pire encore, au-delà de 8 heures de sédentarité par jour, chaque nouvelle heure passée en position assise ou allongée augmenterait de 12 % le risque de mortalité !

 

Par ailleurs, d’autres risques sont associés à une sédentarité excessive parmi lesquels des lombalgies, une baisse d’acuité visuelle voire des maux de tête en lien avec un usage excessif des écrans.

Quant au temps de sommeil, il se trouve également perturbé par l’usage intensif des écrans à toute heure de la soirée ou de la nuit. L’exposition à la lumière bleue des écrans ainsi que l’excitation cognitive retardent le moment de l’endormissement et s’avèrent préjudiciables à la qualité du sommeil. Une routine de sommeil perturbée avec des nuits plus courtes peut enfin générer des troubles du sommeil et augmenter les risques d’obésité, de diabète de type 2, d’hypertension artérielle ou de pathologies cardiaques.

 

Un sommeil de qualité est essentiel à l’équilibre psychologique et à la récupération physique et mentale. Les instances sanitaires recommandent sept heures minimales quotidiennes de sommeil pour une bonne récupération.

 

 

 

De l’importance de limiter l’usage des écrans chez les adultes

 

Une famille entière sur leurs écrans de smartphones.

 

Pour certains médecins, en augmentant les habitudes sédentaires, l’usage excessif des écrans porte atteinte aux trois piliers de la prévention sanitaire : une alimentation de qualité, un sommeil de qualité et de l’exercice physique régulier. Pointant particulièrement l’usage abusif des smartphones dont sont équipés 87% des Français, ils appellent à un usage raisonné et limité de ces appareils au quotidien.

 

Ils encouragent également leurs confrères à se saisir pleinement du sujet lors des consultations en questionnant les patients sur leur consommation d’écrans et leur façon de gérer le temps qu’ils y consacrent. Au même titre qu’ils les interrogent sur leur consommation d’alcool ou de tabac. S’il n’existe à ce jour aucun consensus scientifique sur l’addiction aux écrans, les professionnels de santé attirent l’attention sur les addictions générées par l’usage de ces écrans (jeux d’argents, achats compulsifs, etc).

 

Certes, les autorités sanitaires planchent actuellement sur les moyens de protéger la santé des enfants exposés aux écrans, mais il semble tout aussi indispensable de sensibiliser les parents aux méfaits d’un usage excessif de ces outils numériques pour leur propre santé. D’autant qu’il est plus facile pour les enfants d’acquérir des habitudes de vie saines si leurs parents les ont déjà adoptées eux-mêmes !

 

Besoin de consulter un médecin mais pas de rendez-vous ?

 

 

Sources :