bg-office-working-unsplash

Mycose vaginale, mais pas que !
Assez banales, les mycoses sont incommodantes. Elles affectent différentes zones du corps : mycose génitale, mycose vaginale, mycose anale

La mycose, aussi appelée candidose, est une affection assez courante qui touche les couches superficielles de la peau. La plus fréquente est la mycose vaginale : on estime que trois femmes sur 4 en seront atteintes au moins une fois dans leur vie (Le figaro santé). Toutefois, d’autres zones du corps peuvent aussi être concernées par la multiplication d’un champignon : mycose des muqueuses (anale, buccale), mycose de la peau (ongles, mains), etc. 

Le mot mycose signifie d'une part que le corps est affecté par un organisme vivant externe (le suffixe “ose”) et d'autre part ici par des champignons (préfixe “myc”). On peut aussi l’appeler candidose puisqu’elle est causée majoritairement par un champignon de la famille des candida

La mycose vaginale : une infection génitale courante


Les mycoses génitales sont des affections couramment retrouvées, causées généralement par des levures, qui affectent les femmes et les hommes. Les symptômes sont le plus souvent asymptomatiques chez l’homme, ce qui peut laisser penser que les femmes sont plus concernées.

Symptômes des mycoses génitales

La mycose vaginale chez la femme

La mycose vaginale est une infection génitale courante chez la femme. Elle appartient à la catégorie des vaginites, c’est-à-dire une affection du vagin à l’instar de la vaginose. Elle se manifeste par des symptômes incommodants, variants d’une femme à l’autre. Les symptômes courants sont :
  • une démangeaison de la vulve et du vagin 
  • des pertes abondantes de couleur blanches d’aspect “lait caillé” qui peuvent devenir épaisses et/ou verdâtres et/ou nauséabondes. Il convient de consulter rapidement un médecin en cas de signe de gravité.
  • l’aspect de la vulve est rouge, elle est irritée
  • des douleurs peuvent survenir en urinant, attention à écarter une infection urinaire
  • les rapports sexuels sont douloureux

Quelle différence avec la vaginose ?

Un diagnostic différentiel peut être la vaginose qui présente les mêmes symptômes. La vaginose est due à un développement anormal de bactéries présentes dans la flore vaginale. Le traitement sera différent. Un prélèvement vaginal sera pratiqué en cas de doute.

 

Mycose génitale chez l’homme : un mal qui les concernent aussi !

 

La mycose chez l’homme va concerner le gland. On retrouve :
  • une inflammation du gland, qui devient rouge et qui gonfle
  • des démangeaisons, comme chez la femme 
  • des douleurs ou picotements peuvent apparaître
  • un écoulement anormal

Les causes sont similaires chez l’homme et chez la femme : une multiplication d’un agent mycosique.

Diagnostic de la mycose génitale

Le diagnostic s’effectue sur l’interrogatoire et à l’examen clinique : chez la femme, un spéculum peut être introduit pour examiner l’état de l’irritation du vagin. En général, le traitement est prescrit sur la base de ces éléments sans examen complémentaire.

Il est parfois nécessaire d’effectuer un prélèvement local (vaginal chez la femme) pour éliminer une vaginose ou une infection sexuellement transmissible, dans les cas où les écoulements sont particuliers ou si les traitements prescrits sont inefficaces.

Contamination et transmission

Contrairement aux idées reçues, la mycose n’est pas une infection sexuellement transmissible ! Elle est causée par le développement d’une levure ou d’un agent pathogène mycosique. Certains facteurs environnementaux peuvent favoriser la survenue d’une mycose (cf. “causes et traitements”).

En revanche, la mycose peut provoquer de fortes douleurs pendant les rapports.
Le chlore des piscines peut également intensifier les symptômes.

Complications des mycoses génitales

La mycose évolue favorablement sous traitement, les traitements des mycoses génitales étant efficaces.
Toutefois, il arrive que les mycoses soient récidivantes : on parle de mycoses à répétition.
La mycose chez l’homme existe également

Mycoses à répétition

Certaines femmes sont sujettes à des mycoses à répétition : la flore vaginale déréglée va être plus sensible et les levures vont y trouver un environnement favorable pour s’y développer. On parle de mycose récidivante après à partir de 4 épisodes par an (source : Haute Autorité de santé). Ce dérèglement peut être souvent lié à l’hygiène ou peut être causé par un dérèglement hormonal. 

 

Causes et traitements des mycoses génitales 

La mycose génitale est causée par le développement d'un germe mycosique, qui va se multiplier dans un environnement favorable (déséquilibre de la flore).


Les causes des mycoses génitales

Un déséquilibre de la flore causé par des facteurs favorisants

Un déséquilibre de la flore chez la femme favorisera la survenue d’infections comme une mycose vaginale : la flore vaginale, appelée flore de Döderlein, est composée d’un ensemble de germes (essentiellement des bactéries du genre Lactobacillus) à l’instar de la flore intestinale. Dès lors qu'un déséquilibre survient, un germe se développe particulièrement, ce qui est le cas dans les vaginoses. Au niveau intestinal, ce déséquilibre peut provoquer des diarrhées. Il peut lui-même être dû à différents facteurs :
  • hormonaux (grossesse, règles, ménopause, prise de contraception œstroprogestative)
  • un manque ou un excès d’hygiène
  • certaines pathologies comme le diabète
  • traitements spécifiques comme la prise d’antibiotiques
  • facteurs psychologiques : stress

Chez l’homme, il existe également un microbiote génital qui “partage 85 % des espèces bactériennes avec le microbiote vaginal”. (source : Microbiota institute) qui peut être déséquilibré.

Le candida, un champignon impliqué dans la mycose

Si on parle de candidose, c’est que dans 80% des cas, la mycose est dû à un développement anormal d’un champignon appelé Candida albicans (source : Le Figaro Santé). C’est un champignon en général déjà présent sur les parties génitales, mais en quantité raisonnable pour ne pas provoquer d’infections. Ainsi, dès lors que les zones génitales sont sensibilisées, le champignon se développe en excès provoquant démangeaison et pertes.

D’autres types de champignons du type Candida peuvent être responsables de mycoses, qu’elles soient génitales ou non. 

 

Les traitements de la mycose vaginale

Que faire en cas de mycose ?

Si je pense être confronté(e) pour la première fois à mycose, je consulte un médecin dès que possible : un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme. 
Si j’ai déjà été confronté(e) à une mycose et que j’ai une question par rapport à la conduite à tenir, je peux consulter un médecin en vidéo avec MEDADOM. 

Les traitements médicamenteux

Mycose aiguë

La mycose aiguë se soigne par un traitement antifongique qui va éliminer le champignon en cause. Le traitement est essentiellement un antifongique local :
- ovules ou capsules à introduire dans le vagin, en dose unique ou non qui vont détruire les germes en surplus présents dans le vagin
- une crème vaginale antifongique à appliquer qui éliminent les germes candida au niveau de la vulve
Il est important d’associer les deux types d’antifongiques : ils vont détruire le candida sur des zones différentes.
Il faut y ajouter une hygiène attentive avec des savons spécifiques qui vont permettre notamment de rééquilibrer la flore.

En cas de mycose pendant la grossesse, il n’y aucun danger pour le fœtus. Un traitement antifongique spécifique sera prescrit.

Mycoses à répétition

En cas de mycose à répétition, un traitement antifongique par voie orale peut être prescrit. Si elles sont associées à la prise d’antibiotique, le médecin pourra prescrire simultanément un traitement antimycosique en prévention.

Les traitements non médicamenteux

Il est important d’agir sur le rééquilibrage de la flore et donc :
  • d’adopter une hygiène rigoureuse
  • pour les mycoses récidivantes, une cure de probiotiques peut être utile (plusieurs semaines)

Prévenir la mycose vaginale

Pour éviter les mycoses :
  • il est recommandé d’adapter une hygiène rigoureuse : avec des savons à pH neutre, en séchant bien
  • éviter des vêtements serrés qui créent un environnement humide propice au développement des germes  

 

Autres types de mycoses

La mycose anale

Le saviez-vous ? Le prurit anal est quatre fois plus fréquent chez l’homme que chez la femme (source : ameli)

La mycose anale provoque un prurit anal inconfortable.
Les causes, traitements et prévention de la mycose sont identiques à celle de la mycose génitale. Elle peut être confondue avec d’autres pathologies : fissures, oxyurose, eczéma, IST (condylome). Ainsi, le diagnostic de mycose anal est difficilement posé, sauf s’il est associé à une mycose génitale. Le médecin recherchera des d’autres signes associés et examinera d’autres zones du corps pour éliminer une maladie de la peau. 

La mycose cutanée ou dermatophytose

Les mycoses de la peau sont également dues à des champignons.
Elles concernent 15 à 30 % de la population (source : Vidal). Elles peuvent affecter :

  • les orteils
  • les ongles
  • les muqueuses comme la bouche


Différents champignons peuvent être incriminés.

Les champignons se développent en milieu chaud et humide. La contamination des mycoses de la peau est interhumaine ou dès lors que je suis en contact avec une surface contaminée.

Il est donc facile de prévenir les mycoses en appliquant des gestes simples au quotidien : bien sécher la peau, changer de chaussures en cas de transpiration importante, adopter une hygiène rigoureuse.

Mycose des pieds

Les champignons peuvent provoquer d’autres candidoses : mycose anale ou mycose des pieds

Appelée aussi pied d’athlète, la mycose des pieds est très fréquente puisque les germes incriminés (champignons) peuvent aisément se développer dans un environnement souvent enfermé, humide. La transpiration étant un facteur favorisant. Entre les orteils, au niveau des plis, se développent des démangeaisons et des crevasses de couleur blanche. Un traitement antifongique sous la forme de crème peut soigner la mycose des pieds.

Mycose des ongles

La mycose des ongles ou onychomycose est l’affection des ongles la plus courante (50% des atteintes source : Vidal) et concerne généralement les pieds. Une tache se forme de couleur jaunâtre se forme. Il se soigne par un traitement antifongique sous forme de vernis à ongles.

Mycose de la bouche

La mycose de la bouche se manifeste par un muqueuse très rouge et des plaques blanchâtres dans la bouche et peut parfois atteindre la gorge provoquant des maux de gorge. Provoqué en général par candida albicans qui prospère du fait de facteurs favorisants. Le traitement est ici encore des antifongiques.


Les mycoses sont donc des affections très fréquentes, non dangereuses, mais elles nécessitent des traitements adaptés en fonction de la localisation et du champignon incriminé pour une évolution vers une guérison rapide.

Sources  :
- Ameli : Démangeaisons anales (prurit anal),  Mycose vaginale et autres vaginoses : que faire ?, 
- Vidal
:  Mycose vaginale, Mycose de la peau
- Medisite : Mycose du gland