bg-office-working-unsplash

Rhinopharyngite : définition, symptômes, causes et traitement
Découvrez les symptômes et les causes de la rhinopharyngite, comment la traiter et la prévenir chez l’adulte et chez l’enfant.

Très courante en automne et en hiver, la rhinopharyngite peut se contracter à tout moment de l’année et plusieurs fois par an. Fréquente chez les adultes comme chez les enfants, elle est généralement bénigne et disparaît en une dizaine de jours. Découvrez les causes et symptômes de la rhinopharyngite chez l’adulte et chez l’enfant, comment la soigner rapidement et la prévenir en adoptant les bons réflexes.

Qu’est-ce qu’une rhinopharyngite ?

 

Une rhinopharyngite est une maladie très fréquente qui se caractérise par une inflammation du nez, de l’arrière des fosses nasales et du fond de la gorge. Causée par un virus, elle circule tout au long de l’année mais se rencontre plus particulièrement pendant l’automne et l’hiver. Les enfants sont également très fréquemment touchés par la rhinopharyngite. 

La muqueuse qui tapisse le nez joue un rôle protecteur contre les agents pathogènes. Au contact d’un virus, celle-ci s’épaissit, s’irrite et produit davantage de sécrétions pour lutter contre ce virus, entraînant ainsi une inflammation.

La rhinopharyngite est différente de la rhinite, qu’elle soit allergique ou non. Elle est très facilement confondue avec la rhinite car elle provoque sensiblement les mêmes symptômes de la rhinopharyngite. La différence réside dans le fait que la rhinopharyngite est causée par un virus, alors que la rhinite est provoquée par une exposition à un allergène, au tabac ou encore à des particules irritantes comme des vapeurs ou des agents polluants.

 

 

Symptômes et causes de la rhinopharyngite

 

Les symptômes de la rhinopharyngite sont généralement caractéristiques et disparaissent en 7 à 10 jours.

 

La rhinopharyngite chez l’adulte

 

En cas de rhinopharyngite, je peux ressentir une sensation de fatigue, des frissons, des maux de tête et parfois des courbatures. Les symptômes évoluent ensuite de façon progressive : mon nez devient plus sec, des éternuements apparaissent. Mes yeux peuvent aussi devenir larmoyants. Au fil des heures, mon nez se bouche, généralement d’un seul côté. L’écoulement nasal devient plus important et peut gêner ma respiration ainsi que mon sommeil.

Si j’ai une rhinopharyngite, je peux aussi avoir des maux de tête, une impression d’oreilles bouchées ainsi que de la fièvre légère, inférieure à 38 °. Après 2 ou 3 jours, l’écoulement nasal au départ translucide prend une teinte jaune-verdâtre, pour redevenir plus clair quelques jours plus tard et disparaître.

La rhinopharyngite, si elle est généralement bénigne, peut évoluer en otite, bronchite, laryngite ou sinusite à cause d’une surinfection bactérienne. Une consultation médicale sera ainsi recommandée si les symptômes ne disparaissent pas en une dizaine de jours.

 

 

Rhinopharyngite de l’enfant


La rhinopharyngite est très fréquente chez l’enfant


Très fréquente chez les enfants, la rhinopharyngite est tout aussi bénigne que chez l’adulte. 

Les symptômes apparaissent en général avec une fièvre inférieure à 39 °, une obstruction nasale puis un écoulement du nez. La fièvre ne dure pas plus de 3 jours, et l’écoulement nasal de 2 à 10 jours. L’enfant peut également tousser et avoir mal à la gorge. Comme chez l’adulte, la rhinopharyngite de l’enfant met environ 10 jours à passer, cependant elle peut aussi évoluer en bronchiolite, en bronchite ainsi qu’en otite ou sinusite. Les nourrissons de moins de 3 mois doivent faire l’objet d’une surveillance renforcée.

 

Rhinopharyngite ou Covid-19 : comment savoir ?

Le virus de la Covid-19 engendre des symptômes qui peuvent être confondus avec la grippe ou la rhinopharyngite. Le rhume, à l’inverse du virus de la Covid-19, est provoqué par un rhinovirus et non pas par un coronavirus. En cas de rhinopharyngite aiguë, l’intensité des symptômes peut faire suspecter une infection au coronavirus. Différencier coronavirus et rhinopharyngite peut donc être difficile si l’intensité des symptômes est importante. Si c’est mon cas, je n’hésite pas à consulter rapidement un médecin et à faire un test pour poser le diagnostic. En attendant, je respecte scrupuleusement les gestes barrières et je limite les contacts pour éviter la contamination.

 

 

Les causes de la rhinopharyngite

 

Les rhinopharyngites sont causées par des virus et sont très contagieux, ce qui favorise leur propagation. Certains facteurs de risque peuvent augmenter la probabilité d’être infecté. Ainsi, je suis plus à risque si j’ai une maladie chronique qui affecte mon système immunitaire, si j’ai une carence en fer ou des prédispositions allergiques. La contamination est favorisée dans les environnements clos, en cas de tabagisme, de pollution, ou si l’air ambiant est sec, ce qui est généralement le cas en hiver.

Quel traitement pour soigner une rhinopharyngite et comment la prévenir ?

 

La rhinopharyngite étant provoquée par une contamination à un virus, le traitement va consister à soulager les symptômes pour retrouver du confort respiratoire et favoriser la réalisation des activités quotidiennes.

 

Soigner une rhinopharyngite chez l’adulte

Le traitement de la rhinopharyngite passe par des lavages de nez


Dans la plupart des cas, une rhinopharyngite disparaît d'elle-même en une semaine, voire 10 jours. Le traitement de la rhinopharyngite chez l’adulte consiste à soulager les symptômes gênants comme les maux de tête, les maux de gorge ainsi que la congestion nasale. 

Pendant toute la durée de la rhinopharyngite, le repos est essentiel, de même qu’une bonne hydratation (1,5 L d’eau conseillé par jour). 

En hiver, je peux également boire des infusions à base de plantes pour favoriser mon confort respiratoire. Aérer mon logement est aussi essentiel : je veille en été à limiter la climatisation des pièces et à utiliser un humidificateur d’air en hiver si l’air de la pièce est trop sec pour mieux dormir. 

Du côté des médicaments, mon médecin pourra me prescrire des gouttes ou une solution saline pour nettoyer mes fosses nasales et apaiser la congestion. En cas d’irritation du nez lors de la rhinopharyngite, je peux appliquer de l’huile végétale apaisante et régénérante sur les zones sensibles. 

Pour soulager le mal de tête ainsi que la fièvre, mon médecin pourra aussi me recommander la prise d’aspirine ou de paracétamol, ainsi que des médicaments décongestionnants pour retrouver du confort si cela devient trop invalidant. Les décongestionnants ne doivent pas être pris sur une longue période (pas plus de trois jours) car ils peuvent irriter la muqueuse du nez et provoquer une inflammation chronique. 

Je peux également prendre des médicaments spécifiques contre le rhume pour un effet plus global contre les symptômes de la rhinopharyngite, notamment pour faciliter la réalisation des activités quotidiennes et pour favoriser le sommeil.

 

 

Traitement de la rhinopharyngite chez l’enfant

 

Chez l’enfant, la rhinopharyngite se soigne principalement avec des lavages de nez réguliers effectués avec une solution adaptée ou du sérum physiologique pour améliorer le confort respiratoire. En cas d’écoulement nasal, un mouche-bébé permet d’évacuer les sécrétions facilement. En cas de fièvre, du paracétamol peut être administré, de même qu’un médicament antihistaminique en cas d’écoulement nasal trop important.

Notez que les médicaments décongestionnants ne sont pas adaptés aux enfants de moins de 15 ans. Certaines alternatives homéopathiques ou phytothérapeutiques peuvent être proposées, n’hésitez pas à en parler avec le pédiatre ou avec un professionnel de santé.

 

 

Comment prévenir l’apparition des rhinopharyngites ?

 

Pour éviter la contamination et limiter la propagation de la rhinopharyngite, quelques règles d’hygiène et d’habitudes de vie peuvent être mises en place.

Au quotidien et surtout pendant l’automne et l’hiver, je veille à bien me laver les mains et à éviter tout contact avec une personne malade. Lorsque je tousse ou que j’éternue, je veille aussi à bien me couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir, et à le jeter directement après utilisation. En cas de rhinopharyngite, je reste également le plus possible chez moi pour me reposer et je limite les contacts pour ne pas transmettre le virus à mon entourage. 

 

En ce qui concerne mon environnement, j’évite de trop surchauffer les pièces, surtout la chambre à coucher avec une température n’excédant pas 20 °. Je vérifie également le taux d’humidité, car un air trop sec peut irriter plus facilement mes voies respiratoires et aggraver la congestion nasale

Autant que possible, j’évite de fumer si je suis malade pour ne pas accentuer les symptômes et pour éviter que ma rhinopharyngite ne s’aggrave. J’aère également au moins 20 minutes toutes les pièces de préférence le matin ou le soir pour faciliter la circulation de l’air. Pour stimuler mes défenses naturelles spécifiquement pendant l’hiver, j’adapte mon alimentation en privilégiant les fruits et légumes frais riches en vitamines, en pratiquant une activité physique régulière et à m’éloigner du stress pour favoriser un sommeil réparateur.

 

Pour prévenir la rhinopharyngite chez l’enfant, je veille à bien aérer les chambres et à maintenir un taux d’humidification adéquat. J’évite également de fumer en présence d’un enfant. Du côté de l’hygiène, je lui apprends dès que possible à se laver les mains régulièrement et à se moucher seul. En cas d’obstruction nasale ou d’écoulement important, je n’hésite pas à prendre rendez-vous avec le pédiatre pour adapter le traitement.

 

 

Vous ressentez des symptômes de la rhinopharyngite et souhaitez être mis en relation rapidement avec un médecin ? Inscrivez-vous dès maintenant sur MEDADOM : en moins de 10 minutes, bénéficiez d’une consultation directe en vidéo et obtenez une ordonnance au format digital utilisable dans votre pharmacie habituelle.

 

Sources :