bg-office-working-unsplash

Rhume : symptômes, causes et traitement
Le rhume est une infection virale très fréquente. Découvrez ses causes et symptômes et comment la soigner.

En France, un adulte peut contracter un rhume jusqu’à 4 fois par an ! Infection virale très répandue chez les adultes, elle touche également beaucoup les enfants. Découvrez les causes et symptômes du rhume, comment le soigner et éviter les récidives en adoptant les bons réflexes.

Qu’est-ce qu’un rhume ?

 

Le rhume, également appelé rhinite ou rhinopharyngite, est une infection virale très fréquente en hiver bien qu’elle puisse survenir à tout moment de l’année. Elle se caractérise par une affection de la muqueuse nasale et du pharynx et est généralement sans gravité. 

En cas de complications, le rhume peut évoluer en trachéite, en bronchite, en sinusite ou encore en otite. L’observation et le suivi des symptômes sont alors essentiels afin de consulter rapidement un médecin et mettre en place le traitement le plus adapté. 

 

Les symptômes du rhume

Les symptômes du rhume sont la fatigue et l'écoulement nasal

Lorsque j’attrape un rhume, je peux avoir plusieurs symptômes. Les plus fréquents sont une sensation de fatigue inhabituelle, des frissons, une impression de lourdeur au niveau de la tête voire même des courbatures. Ces symptômes apparaissent généralement au tout du rhume, et indiquent ce que l’on nomme familièrement “un coup de froid”.

Au fil des heures, je peux voir apparaître d’autres manifestations, qui touchent cette fois mon système respiratoire. J’éternue souvent, je peux ressentir des démangeaisons ou une sécheresse au niveau du rhinopharynx et plus tard une obstruction nasale. Cette sensation de nez bouché peut toucher mes deux narines, ou une seule des deux, et s’accompagner d’un écoulement clair et aqueux qui nécessite de me moucher régulièrement.

En fonction de l’intensité de mon rhume, je peux aussi avoir des maux de tête, une impression d’oreille bouchée ou encore avoir de la fièvre très légère (38 °). 48 à 72 h après le début du rhume, l’écoulement nasal change de couleur et d’aspect, passant d’un liquide incolore à une matière plus dense et jaunâtre, signe de l’infection et de la multiplication des bactéries à l’intérieur des fosses nasales. 

 

Rhinopharyngite chez l’enfant : une affection courante

Si le rhume est très fréquent chez les adultes, il l’est encore plus chez les enfants, particulièrement chez les plus jeunes ! Le système immunitaire de nos enfants est très fragile à la naissance, et se développe au cours des premières années de leur vie. Au fur et à mesure de leur croissance et plus particulièrement quand ils commencent à aller à l’école et à être en contact avec leurs pairs, ils sont davantage exposés aux virus et bactéries. De l'âge de 6 mois jusqu’à environ 6 ans, le rhume est de ce fait très fréquent. Chez l’enfant, il se manifeste de la même façon que chez l’adulte avec les mêmes symptômes et la même évolution. En général, s’il y a de la fièvre, celle-ci disparaît assez rapidement en moins de 48 h.

 

 

Les causes du rhume

 

Le rhume se manifeste par une atteinte au niveau des muqueuses nasales. Particulièrement exposées à l’environnement extérieur, elles sont en contact direct avec l’air, les virus et les bactéries. La nature étant bien faite, la muqueuse nasale produit un liquide, qui capte les impuretés présentes dans l’air. Mais parfois, il arrive qu’elle subisse une agression. Le rhume et l’augmentation des sécrétions s’activent alors pour lutter contre l’agent pathogène. 

La rhinopharyngite peut être causée par plusieurs facteurs, à la fois liés à mon organisme mais aussi à l’environnement et à mon mode de vie. Ainsi, si j’ai un rhume, celui-ci peut être déclenché par une baisse de mes défenses naturelles (en cas de maladie, de stress ou de fatigue…), par une carence en fer, un terrain allergique ou encore une inflammation au niveau de mon pharynx.

Si je prends quotidiennement les transports en commun où je suis en contact avec beaucoup de personnes, que mes enfants ont déjà un rhume ou que je vis en ville, je suis  aussi plus à risque d’en contracter un. De même si je fume ou que l’air que je respire chez moi ou au travail est sec, avec un taux d’humidité de moins de 30 %. Les recommandations sanitaires de l’Agence de transition écologique ADEME encouragent un taux d’humidité idéal compris entre 40 et 60 %.

Rhume, covid ou grippe : comment savoir ?

 

En cette période de crise sanitaire marquée par la COVID-19, nombreuses sont les personnes à se demander si elles ont attrapé un rhume, une grippe ou le virus. Les symptômes sont en effet très proches, mais diffèrent pour chacun. 

Si j’ai une grippe, je ressens généralement de la fièvre, de la fatigue, une toux sèche et des courbatures accompagnées de maux de tête. À l’inverse du rhume, j’éternue assez peu, même si je peux avoir le nez qui coule ou une obstruction nasale. La fièvre est également généralement plus élevée que lorsque j’ai un simple rhume.

Les symptômes du coronavirus apparaissent en général de manière progressive, s’accompagnant de manifestations plus inhabituelles comme une perte du goût ou de l’odorat. La fièvre est généralement supérieure à 37,8 °. Je peux également ressentir de nombreux autres symptômes, parmi lesquels une toux sèche et persistante, une sensation de fatigue, des maux de tête et de gorge et un essoufflement. Plus rarement, je peux aussi avoir des troubles digestifs, le nez bouché ou le nez qui coule. Ce qui différencie la COVID-19 d’un rhume : je n’éternue jamais ou très rarement, à l’inverse d’un rhume où ce symptôme est majoritairement présent.

Dès l’apparition des premiers symptômes, je n’hésite pas à consulter rapidement un médecin afin de bénéficier d’un diagnostic précis et du traitement le plus adapté. Dans le doute, je veille à limiter les contacts et à bien respecter les gestes barrières pour éviter de contaminer mes proches !

 


Comment soigner un rhume ?

 

Pour retrouver du confort en cas de rhume et plus particulièrement pendant la nuit, je peux m’aider à mieux respirer en surélevant la tête et en buvant régulièrement de l’eau pour limiter la déshydratation. 

La journée, je veille à contrôler le taux d’humidité de la pièce et à ne pas surchauffer. La température idéale doit se situer entre 18 et 20 °. J’évite également de mettre la climatisation, qui contribue à assécher l’air et les muqueuses et j’aère régulièrement toutes les pièces au minimum 20 minutes par jour. 



Retrouver du confort avec les lavages du nez

 

Pour mieux respirer, je peux également utiliser régulièrement du sérum physiologique ou un spray nasal à l’eau de mer, que je peux trouver en vente libre en pharmacie ou parapharmacie. Je veille à bien respecter le mode d’emploi. 



Calmer les symptômes du rhume avec des médicaments adaptés

 

En cas de gros inconfort, de douleurs ou de maux de tête persistants et intenses, mon médecin pourra me prescrire des médicaments visant à apaiser les symptômes comme du paracétamol

Je veille là aussi à bien respecter les doses recommandées pour éviter d’éventuels effets secondaires et à ne pas en prendre plus de 3 jours en cas de fièvre, et 5 jours en cas de douleur, surtout si je fais de l’automédication.

D’autres médicaments peuvent aussi être pris en cas d’obstruction nasale prononcée : il s’agit des vasoconstricteurs, à utiliser sous forme de spray ou à prendre en comprimé par voie orale. S’ils sont efficaces, ces médicaments comportent des contre-indications nombreuses qu’il convient de vérifier avant leur utilisation. Je n’hésite donc pas à demander conseil à un médecin pour éviter les risques d’effets secondaires. Comme le paracétamol, les vasoconstricteurs ne doivent pas être employés de façon prolongée (pas plus de 5 jours), ni être associés entre eux. 

Dans la grande majorité des cas, un rhume passe en quelques jours et les symptômes disparaissent progressivement. Une consultation médicale est recommandée en cette période de crise sanitaire dès les premiers symptômes, afin de vérifier qu’il ne s’agit pas du virus de la COVID-19. Cependant, un rhume ne nécessite généralement pas de consultation médicale, sauf en cas de complications. Je dois donc consulter au plus vite un médecin si je ressens des maux de tête puissants, des vomissements, une fièvre supérieure à 38,5 °, des difficultés à respirer ou encore de fortes douleurs au niveau de l’oreille ou si j’ai une conjonctivite. L’aggravation de mes symptômes est donc à surveiller, d’autant plus s’ils ne disparaissent pas au bout de 15 à 20 jours.

 

Miser sur la prévention pour éviter les récidives

Prévenir la cause du rhume en se couvrant l'hiver

 

Pour éviter de contracter trop souvent un rhume, je peux adopter quelques bons réflexes ! En hiver et dès que les températures deviennent plus fraîches, je veille à m’habiller suffisamment chaud et à couvrir ma gorge. J’aère également mon logement, quotidiennement si possible, et à ajuster le taux d’humidité si besoin. De manière générale, j’opte aussi pour une alimentation variée et équilibrée, riche en fruits et légumes pour soutenir mon système immunitaire. 

Vous souhaitez être mis en relation avec un médecin en moins de 10 minutes ? Inscrivez-vous dès maintenant sur la plateforme MEDADOM ! 

 

Sources :