L'équipe de rédaction MEDADOM jeudi 14 décembre 2023

Comment arrêter de se ronger les ongles ?

Un sondage réalisé il y a quelques années par la société d’études IPSOS auprès de 1000 personnes a révélé qu’un quart de la population interrogée se ronge les ongles. Cette habitude semble toucher davantage les jeunes adultes entre 21 et 25 ans (42 % des sondés). L’onychophagie, bien que souvent perçue comme un simple tic, peut avoir des conséquences non négligeables sur le corps et le mental. MEDADOM vous informe sur l'origine de ce trouble, quelles sont ses causes, ses répercussions et comment arrêter de se ronger les ongles.

Vous avez besoin de consulter mais votre médecin n'est pas disponible ?
Consultez ici un médecin sans rdv en téléconsultation



Qu'est-ce que l'onychophagie ?

 

L'onychophagie est classée comme un trouble obsessionnel compulsif (TOC). Cette mauvaise habitude qui consiste à se ronger les ongles de manière répétitive et parfois excessive se manifeste généralement dès la petite enfance. Bien qu'elle tende à diminuer à l'adolescence pour bon nombre de personnes, elle persiste chez certains à l'âge adulte.

 

Cette habitude de se ronger les ongles n'est pas anodine. Sa principale origine est attribuée au stress et à l'anxiété. Pour la personne concernée, il s'agit d'un mécanisme de gestion du stress : en situation de tension, se ronger les ongles peut être perçu comme une manière de soulager temporairement ses émotions. Cependant, l’onychophagie peut devenir problématique au fil du temps. Elle affecte en effet aussi bien le corps physique que la santé mentale de celui ou celle qui en souffre. Notons que ce trouble est caractérisé comme tel lorsque la personne qui se ronge les ongles n’en ronge qu’un seul, ou plusieurs.  

 

Quels types de personnes sont touchées par l’onychophagie ?

Certains groupes de personnes semblent plus enclins à développer cette habitude compulsive. Généralement, les jeunes, en particulier les enfants et adolescents, présentent une propension plus marquée à se ronger les ongles, par stress ou par ennui. Une fois adultes, les personnes qui ressentent fréquemment du stress, de l'anxiété ou celles qui ont des antécédents de troubles anxieux sont également plus susceptibles d'être touchées par l'onychophagie. 

 

 

Quelles sont les causes de l’onychophagie ?

 

L'onychophagie est souvent le résultat d'une combinaison de facteurs psychologiques et émotionnels. Connaître la ou les raisons qui se cachent derrière le fait de se ronger les ongles permet de mieux comprendre cette habitude.


Se ronger les ongles peut correspondre à un mécanisme de gestion du stress.

Souvent considérée comme banale, elle peut avoir des implications significatives sur la santé et le bien-être mental des individus qui en souffrent : 

 

  • Stress et anxiété : le stress et l'anxiété jouent un rôle majeur dans le déclenchement de l'onychophagie. Ces émotions négatives peuvent déclencher le besoin compulsif de ronger les ongles comme un moyen de soulager rapidement et temporairement la tension ressentie. Les situations de pression dans le milieu professionnelle, à l'école ou dans la vie personnelle peuvent ainsi conduire à mettre en place cette habitude perçue comme réconfortante.

 

  • Faible estime de soi : une faible estime de soi peut être un facteur déclenchant de l'onychophagie. Les personnes qui manquent de confiance en elles peuvent adopter ce comportement compulsif comme une manière de gérer leurs émotions négatives. Ronger les ongles peut être dans ce cas une forme de réconfort ou de distraction pour celles et ceux qui se sentent mal à l'aise dans certaines situations sociales ou personnelles.

 

  • Ennui : l'ennui peut être un catalyseur pour ce comportement, surtout chez les enfants et jeunes adultes. Lorsque les personnes manquent de stimulation ou d'activités motivantes, elles se rongent les ongles pour combler ce vide. Il s’agit souvent dans ce cas d’un réflexe inconscient dont l’objectif est d’occuper les mains et l'esprit.

 

Quelles sont les conséquences de l’onychophagie sur le corps et le psychisme ?

 

À moyen et long terme, le fait de se ronger les ongles peut avoir plusieurs répercussions, aussi bien sur le corps qu’au niveau mental : 

 

La dystrophie

 

La dystrophie des ongles est l'un des effets physiques les plus fréquents de l'onychophagie. Ce trouble se manifeste par des altérations notables de la structure et de l'apparence des ongles. Les ongles rongés deviennent irréguliers, fragiles, et peuvent présenter des bords inégaux. La texture peut devenir rugueuse et la couleur des ongles altérée. Se ronger constamment les ongles peut également entraîner des lésions cutanées autour des doigts, augmentant ainsi le risque d'infections.

 

L’apparition d’infections 

 

L'onychophagie, en plus de causer des altérations esthétiques et des conséquences psychologiques, accroît le risque d'infections virales, bactériennes et fongiques.

 

On peut ainsi retrouver le papillomavirus humain (HPV) qui se propage via les lésions cutanées résultant du rongement d'ongles. Les verrues péri-unguéales, causées par le HPV, se développent autour ou sous les ongles et se présentent sous forme de petites excroissances rugueuses, engendrant des douleurs et un inconfort.

 

En outre, les lésions cutanées favorisées par l'onychophagie constituent une porte d'entrée idéale pour les bactéries, en particulier les staphylocoques et streptocoques. Ces bactéries peuvent entraîner des infections bactériennes, conduisant à la formation d’abcès au niveau des doigts. Ces abcès peuvent se manifester par un gonflement douloureux, une rougeur et une sensation de chaleur au niveau des doigts touchés.

 

Enfin, l'onychophagie facilite également les infections fongiques, comme les infections à Candida. Les zones lésées autour des ongles deviennent des endroits propices à la croissance de champignons. Ces infections peuvent se manifester par des changements de couleur, de texture et un épaississement de l'ongle, accompagnés éventuellement de douleurs et d'inconfort.

 

Des problèmes dentaires

 

La pression exercée lors du rongement des ongles peut provoquer des microtraumatismes répétés au niveau des dents. Ce contact constant des dents avec les ongles entraîne alors une usure prématurée de l'émail dentaire, augmentant ainsi le risque de fragilisation des dents et de sensibilité dentaire.

 

En outre, le rongement d'ongles peut conduire à des déplacements des dents. La pression exercée de manière répétée perturbe l’alignement naturel des dents, les poussant graduellement hors de leur position normale.

 

Par ailleurs, le transfert de bactéries provenant des mains vers la bouche pendant le rongement des ongles augmente le risque d'infections buccales. Les bactéries présentes sous les ongles peuvent provoquer des infections des gencives, des infections des tissus mous de la bouche ou aggraver des problèmes dentaires déjà présents.



Quelles sont les solutions pour arrêter de se ronger les ongles ?

 

Plusieurs solutions existent pour se débarrasser de l’onychophagie. Ces techniques doivent être combinées entre elles pour offrir le plus de chances d’éliminer cette habitude :

 

  • Hydrater régulièrement ses mains : appliquer régulièrement une crème hydratante pour les mains peut aider à maintenir la souplesse de la peau autour des ongles. Des mains bien hydratées rendent aussi la peau moins propice au rongement d’ongles.

 

  • Entretenir souvent ses ongles : garder les ongles courts et lisses réduit la surface disponible qui peut être rongée. Utiliser régulièrement une lime à ongles aide à réduire la tentation !

 

  • Appliquer du vernis à ongles : l'application d'un vernis à ongles au goût amer spécialement conçu pour cette utilisation peut dissuader de se ronger les ongles en créant une odeur et un goût désagréable. 

 

  • Mâcher un chewing-gum sans sucre : mâcher du chewing-gum sans sucre peut être une alternative pour occuper la bouche et réduire l'envie de ronger les ongles. Cela peut également aider à réduire l'anxiété.

 

  • Pratiquer une activité physique régulière : l'exercice physique libère des endorphines, qui aident à réduire le stress et l'anxiété, deux facteurs déclenchants de l’onychophagie.

 

  • Effectuer des techniques de relaxation : la méditation, la respiration profonde ou le yoga calment l'esprit et diminuent l'envie de se ronger les ongles en cas de stress.

 

  • Consulter un médecin ou un psychologue : si le rongement d'ongles persiste malgré la mise en place de ces astuces, consulter un professionnel de la santé peut être bénéfique. Un psychologue offre notamment des conseils personnalisés, des thérapies comportementales ou des traitements adaptés pour contribuer à surmonter ce trouble et éviter l’apparition de conséquences plus graves.

 

Dans tous les cas, l’onychophagie nécessite de la persévérance et de la patience pour être éliminée durablement du quotidien. En effet, ce trouble obsessionnel compulsif peut prendre du temps et nécessiter des ajustements pour trouver ce qui fonctionne le mieux pour chaque personne. 

 

Vous vous posez des questions sur l’onychophagie, mais aucun professionnel de santé n’est disponible près de chez vous pour vous répondre ? Ayez le réflexe téléconsultation avec MEDADOM ! 

 

Téléconsulter sans rendez-vous

 



Sources :