Skip to main content

Catégorie

santé mentale

La trypophobie est-elle une vraie phobie ?

Considérée plutôt comme un profond dégoût qu’une phobie incapacitante, la trypophobie est la peur des surfaces remplies de trous ou de bosses, tels que les pommeaux de douche par exemple. Découvrez si vous êtes trypophobe et comment soigner cette phobie.


Vous avez besoin de consulter mais votre médecin n'est pas disponible ?
Consultez ici un médecin sans rdv en téléconsultation

 

 

 La trypophobie est-elle une vraie phobie ?

 

Qu'est-ce que la trypophobie ?

 

La trypophobie, ou peur des trous, bosses ou aspérités en forme de grappe, est une sensation de malaise créée par des images ou des vidéos faisant apparaître des trous. La fleur de lotus par exemple est un déclencheur assez fréquent de trypophobie si vous en souffrez.

Selon l’Information Hospitalière, la trypophobie est la “peur irraisonnée et panique des petits trous et de toutes les formes géométriques très rapprochées les uns des autres (convexes ou circulaires)”.

 

L’Association Américaine de Psychologie ne considère pas la trypophobie comme une maladie ni comme une phobie au sens où elle ne créerait pas une incapacité dans la vie de tous les jours, mais plutôt un profond dégoût et une répulsion.

 

De nombreux montages photos et vidéos mettent en scène des parties du corps humain (mains, visage, etc.) transformées pour intégrer de nombreux trous, et ce afin de tester votre malaise lorsque vous êtes exposé à ces contenus. Pour une personne atteinte de trypophobie, l’image d’une main avec de nombreux trous à sa surface provoquera un fort sentiment de dégoût.

 

Les manifestations de cette phobie sont diverses :



Comment savoir si on a la trypophobie ?

 

Différents tests existent pour faire le test de trypophobie : en s’exposant à des images mettant en scène des trous, vous pouvez mesurer votre réaction et découvrir si vous êtes trypophobe. Il en existe des dizaines sur internet, dont la plupart ne sont pas validés mais permettent d’évaluer votre propre réaction et niveau de dégoût.

 

Attention : La trypophobie est à ne pas confondre avec la trypanophobie, qui est la peur panique et incontrôlée des piqûres et des injections.

 

Cette phobie est une des plus répandue, mais reste encore aujourd’hui peu connue. Pourtant, les chercheurs estiment que 16% de la population souffrirait de trypophobie, plus souvent les femmes que les hommes.

 

 

Quelles sont les causes de la trypophobie ? 

 

L’origine de ce trouble serait primitive : les trypophobes seraient mal à l’aise car ces trous sont caractéristiques de certaines espèces animales venimeuses. Il semble donc que d’un point de vue de l’évolution et de survie de l’espèce, la trypophobie soit un moyen de protection afin d'éviter de s’exposer aux dangers de certaines espèces.

En effet, certains animaux toxiques arborent sur leur peau ou leur carapace des formes colorées et contrastées qui évoquent des trous. La trypophobie serait donc issue d’une association de votre cerveau entre les images de multiples trous et un danger imminent.

Cependant, comme beaucoup de phobies qui ont une origine primitive, la trypophobie devient une maladie lorsqu’elle n’est plus du tout adaptée pour la survie de l’espèce, ce qui est le cas aujourd’hui dans notre société qui n’est plus ou beaucoup moins exposée aux prédateurs et autres animaux dangereux.

 

Une autre cause peut être d’origine familiale : il a été montré que les proches d’une personne trypophobe avaient plus de chance d’en être eux-mêmes atteints.

 

De plus, les phobies comme la trypophobie peuvent survenir suite à une exposition traumatique, souvent durant l’enfance. Être exposé à une image qui provoque un profond sentiment d’angoisse peut être un précurseur de cette phobie, par principe de conditionnement.

 



La trypophobie se soigne-t-elle ?

trypophobie : une des phobies courantes

 

Comment traiter la trypophobie ?

 

Comme toute phobie, des techniques permettent de vous désensibiliser si vous êtes trypophobe, en d'autres termes de vous déconditionner à avoir peur des trous.

 

Tout d’abord, il s’agira de discuter de votre trypophobie avec éventuellement un test pour savoir jusqu’où la vue des trous vous dégoûte. En fonction de votre niveau d’anxiété vis-à-vis des trous, le thérapeute pourra vous proposer plusieurs thérapies : 

  • la thérapie d’exposition : consiste à vous exposer progressivement aux images de trous jusqu’à la diminution et à l'extinction de votre réponse d’anxiété.

  • la thérapie cognitive : consiste à travailler sur vos pensées, votre anticipation vis à vis des images de trous et à remplacer les pensées irrationnelles par des pensées plus objectives et réalistes.

 

Le saviez-vous ? Le niveau de grande anxiété que vous ressentez à la vue des trous s’estompe puis disparaît en environ 45 minutes, même si vous continuez à être exposé aux images. Observer votre organisme se calmer automatiquement vous aidera à comprendre qu’il n’y à rien à craindre à la vue de ces images ou objets.

 

Comment consulter un médecin généraliste rapidement ?

Pas de rendez-vous ? Pensez à la téléconsultation !

 

 

Qui consulter pour une trypophobie ?

 

La trypophobie devient handicapante pour certaines personnes car on retrouve des surfaces remplis de trous ou d’aspérités dans la vie de tous les jours :

  • Certains aliments : fraises, tranche de pain, framboises, gruyère, etc.
  • Les bulles liées à la levure dans les préparations alimentaires (pâte à gâteau, pancakes).
  • Pommeaux de douche ;
  • Les nids d’abeille ou de guêpes ;
  • Fleur de lotus ;
  • Animaux tachetés ;
  • Etc.

 

Il est très difficile pour certaines personnes de supporter la vue de ces objets ou des images visant à tester votre niveau de trypophobie.

Le traitement de la trypophobie est possible en thérapie cognitive et comportementale, auprès de psychologues cliniciens ou de psychiatres spécialisés et formés aux techniques de déconditionnement et à la restructuration cognitive.

Si vous ne souhaitez pas consulter pour la trypophobie, vous pouvez trouver des ressources sur internet, avec de nombreux conseils pour surmonter cette peur, comme sur cet article par exemple.

 

 

 

 

Sources :