bg-office-working-unsplash

Maladie de Lyme : des symptômes parfois invisibles
La maladie de Lyme : des signaux à ne pas manquer !

La maladie de Lyme ou borréliose de Lyme est une maladie infectieuse dont on entend parler à nouveau depuis quelques années du fait, notamment, d’une recrudescence des cas. Causée par une bactérie transmise par une piqûre de tique, elle est souvent chez l’Homme dans un premier temps asymptomatique mais peut parfois devenir handicapante. Santé Publique France insiste donc depuis quelques années dans les campagnes de prévention.
Plus de 50 000 cas seraient détectés chaque année en France, selon Santé Publique France.

Le saviez-vous ? On appelle la maladie de Lyme ainsi car certains cas d’inflammation articulaire ont été découverts dans la ville de Lyme aux États-Unis alors même que l’on n’avait pas encore découvert que la tique était le vecteur de la maladie.

Des symptômes typiques de la maladie de Lyme

 Le risque de contracter la maladie de Lyme via une tique est accru en forêt

 

Transmission essentiellement par une piqûre de tique infectée

 


La tique est le vecteur principal de la maladie de Lyme

 

Selon Santé Publique France, la transmission de la maladie de Lyme varie en fonction de la saison et du lieu où on se trouve entre 2 et 20% en France.

 

À l’instar du paludisme, qui est une maladie infectieuse transmise par un agent hôte (le moustique), la maladie de Lyme, ou borréliose de Lyme, est transmise par une tique du genre Ixodes ricinus, dont la répartition sur le territoire français est inégale. Ce qui fait de cette maladie une zoonose, puisqu’elle est transmise par un animal. Cette transmission est possible uniquement si la tique est contaminée par une bactérie du genre Borrelia, B. afzelii, B. garinii et B. burgdorferi. Elle touche aussi nos compagnons à quatre pattes

 

Le saviez-vous ? Une tique vit en moyenne 3 ans et c’est à l’autonome et au printemps que l'on retrouve le plus de tiques.

 

La tique fait partie des arachnides acariens et est retrouvée dans les forêts, les prés, les prairies et plus particulièrement les herbes hautes. Ce sont ainsi les chasseurs, les agents forestiers ou les promeneurs qui sont le plus exposés à la maladie de Lyme. 

La tique se nourrit de sang de son hôte, en général des animaux, l’Homme n’étant pas l’hôte habituel. La tique se déplace aisément sur le corps humain, en recherche de chaleur, elle va se nicher particulièrement dans les plis. S’accrochant aux animaux (on parle de “morsure”), elle se gorge du sang de son hôte et c’est dans ce cadre, si elle est porteuse d’un agent pathogène, elle pourra pourra transmettre une maladie infectieuse si la tique est contaminée. Quel que soit le stade de développement de la tique, si cette dernière est infectée, elle pourra transmettre la maladie  de Lyme et ce, toute sa vie. La tique infectée transmet la bactérie environ 24h après la morsure en inoculant son contenu digestif.

La morsure n’est en général pas ressentie. On parle de morsure car la tique va s’accrocher à son hôte par la bouche. 

 

Une autre voie de transmission : la voie materno-foetale  

Le Haut Conseil de Santé Publique, dans son avis de février 2016 a fait état de la possibilité d’une autre voie de contamination, à savoir la voie materno-foetale a été constatée. Dans ce cadre, des recommandations médicamenteuses spécifiques ont été émises.

 

Symptômes de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme n’est pas une maladie contagieuse. La difficulté du diagnostic réside en le fait que la maladie de Lyme ne présente parfois aucun symptôme.

Toutefois, et de manière assez typique, le médecin pourra poser un diagnostic devant un érythème migrant “sous la forme d’une plaque rouge et arrondie qui s’étend en cercle autour de la zone piquée puis disparaît en quelques semaines à quelques mois” (source : Ministère des Solidarités et de la Santé). Cette érythème apparaît dans 30 à 60% des cas (source : Vidal) une à deux semaines après la transmission de la bactérie Borrelia par une tique infectée.

Un test sérologique du type ELISA, qui va détecter le taux d’anticorps peut être réalisé mais il ne sera positif qu’à partir de la semaine post-infection, la sensibilité de ce test est questionnée au sein de la communauté médicale et scientifique. 

Comme toute infection bactérienne, je peux ressentir des symptômes infectieux, similaires à la grippe

  • fièvre et frissons
  • maux de tête 
  • fatigue

 

Évolution de la maladie


Si la maladie de Lyme n’est pas détectée et traitée par des antibiotiques, on parle de “forme secondaire” associées à des symptômes qui peuvent apparaître selon le Vidal :

  • “des douleurs articulaires, en particulier au niveau des genoux,
  • des douleurs localisées,
  • des paralysies localisées,
  • une faiblesse musculaire,
  • de la fatigue qui n’est pas soulagée par le repos,
  • parfois une hépatite ou une inflammation des yeux, etc”

Après le stade secondaire, le stade tertiaire peut alors survenir avec des symptômes plus importants du type : 

  • des atteintes neurologiques qui peuvent aller jusqu’à une paralysie faciale 
  • des atteintes musculaires 
  • des atteintes rhumatologiques et articulaires avec une douleur qui apparaît au niveau d’une articulation avec une vive douleur, le plus souvent, c’est le genou qui concerné, on parle parfois "d'arthrite de Lyme” (source : Le Figaro Santé)
  • des atteintes cutanées 

C’est donc une pathologie qui peut devenir handicapante. 

 

Prévalence

Selon Santé Publique France, 50 000 cas de maladies de Lyme sont déclarés chaque année en France. Toutefois, la maladie étant fortement asymptomatique en stade primaire, on estime que le nombre de cas réel serait beaucoup plus important. 

La prévalence a fortement augmenté ces dernières années en Europe. Cela peut s’expliquer par différents facteurs comme le réchauffement climatique qui induit des hivers plus doux et donc des sorties plus fréquentes de promeneurs ou encore de part la disparition de certains prédateurs des tiques.

Des régions comme l’Alsace, Lorraine, Limousin, Auvergne et Rhône-Alpes sont les plus exposées selon Le Figaro Santé.

Éviter et traiter la morsure de tique


Des moyens de prévention simples


Des moyens de prévention simples existent pour se prémunir des piqûres de tique si je me promène dans des lieux à risque : 

  • utiliser des vêtements qui couvrent le bas des jambes et les bras: les tiques circulent sur le corps;
  • éviter les hautes herbes;
  • je peux également utiliser des répulsifs;
  • après une balade, j’inspecte mon corps y compris les recoins.

 

Retirer une tique 

 

Si je remarque que j’ai une tique, il est nécessaire de la retirer dès que possible mais pas n’importe comment ! En effet, la tique infectée va inoculer la bactérie environ 24h après la morsure. Il est donc important d’agir rapidement pour ne pas contracter la maladie de Lyme !


Il est recommandé d’utiliser un tire-tiques, et de tourner lentement après avoir bien caler le tire tique sous la peau. L’important est en effet d’enlever la tête enfouie dans la peau. Je pense à désinfecter la zone après l’extraction de la tique.
L'éther est déconseillé puisque la tique endormie peut alors régurgiter son contenu digestif dans le sang. Par ailleurs, j’inspecte le reste de mon corps à la recherche d’autres tiques.

Une fois retirée, je reste attentif aux réactions inflammatoires : je distingue une rouge due à la morsure, qui va disparaître en quelques jours, d’une plaque en forme ronde qui peut apparaître dans les deux semaines qui peut être le signe de la contamination de la maladie de Lyme. Cet érythème peut être associé à des signes infectieux (fièvre, fatigue). Un doute ? Les médecins partenaires MEDADOM peuvent vous appuyer lors d’une consultation en ligne.

 

Si je retire une tique, je peux la mettre sur un bout de papier adhésif et la signaler sur le portail Ttiquotheque.fr et la transmettre à l’Inra, elle sera alors étudiée pour la recherche. Plus d’infos sur citique.fr

 


Traitements de la maladie de Lyme

lyme-2


Cas n°1 : Je sais que j’ai été piqué(e) par une tique

Comme vu précédemment, si je me rends compte que j’ai mordu par une tique, je surveille l’apparition des symptômes de la maladie de Lyme mentionnés ci-dessus. Le cas échéant, je consulte un médecin qui me prescrira un antibiotique pour au moins deux semaines. C'est possible en téléconsultation ! En complément, des médicaments peuvent être prescrit pour soulager les symptômes comme du paracétamol pour combattre la fièvre. 

À ce premier stade, je peux guérir rapidement.

 

Cas 2 :Je découvre la maladie de Lyme a posteriori

Pour les formes secondaires et tertiaires, le Vidal indique que le traitement recommandé est également une prise d’antibiotiques pour une durée plus longue, jusqu’à 4 semaines. Toutefois, ce schéma thérapeutique ne semble pas faire l’unanimité auprès de la communauté médicale puisque certains patients continuent à ressentir des symptômes de la maladie de Lyme, ce que l’on appelle le "syndrôme post-Lyme”. Dans ce cas, il peut être prescrit des antalgiques ou des antidépresseurs en fonction des symptômes.

À noter que “l’International Lyme and Associated Diseases Society (ILADS), est en faveur d’un traitement antibiotique poursuivi jusqu’à disparition des symptômes” (source : Vidal)


 

La maladie de Lyme, un enjeu de santé publique

 

Le secteur associatif très engagé

Différentes entités sont très mobilisées, on retrouve notamment La Fédération française contre les maladies vectorielles à tiques (FFMVT) revendique avant tout l’idée de “promouvoir les droits des malades” et entend fédérer pour une meilleure représentation. Elle est composée de deux associations : Lympact et Le Relais de Lyme.

 

Un engagement gouvernemental

 

En 2016, Marisol Touraine, à l’instar d’un plan similaire sur les maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson, a lancé un plan de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmises par les tiques. Elle a déclaré que le plan visait “à éviter le sentiment d’abandon et l’errance thérapeutique auxquels sont confrontés des malades de Lyme” (source : Ministère des Solidarités et de la santé) avec des actions de prévention, d’information, une meilleure prise en charge et d’appui à la recherche.

Dans les actions proposées, on retrouve par exemple :
  • la mise en place de panneaux d'information en forêt
  • la mise en place d’une application de signalement et de conduite à tenir en cas de piqûre : en savoir plus ici.

 

Sources :