bg-office-working-unsplash

Le zona : des éruptions cutanées unilatérales
Le zona touche essentiellement les adultes. Découvrez les symptômes et les traitements.

On associe souvent le zona à la varicelle. Et pour cause : la zona correspond en fait à la réactivation du virus de la varicelle qui a été stockée de manière latente (ou inactivée) dans l’organisme, plus précisément dans des ganglions nerveux. 

Il se déclare en général après l’âge de 50 ans.

Le saviez-vous ? Selon Santé Publique France, les chances d’avoir la varicelle à plus de 95% et de 15 à 20% de développer un zona. On estime qu’une personne sur 2 ayant déjà contracté la varicelle pourra développer un zona après 85 ans. (source : Le Figaro Santé

 

Qu’est ce que le zona et quelle est sa cause ?


Le zona : une réactivation de la varicelle


La zona est causée par le virus de l'herpès-varicelle-zona (HPV), de la grande famille des Herpesviridae dont fait également partie le virus de l'Herpès simplex virus (HSV). Plus précisément, il s’agit de la réactivation du virus de la varicelle, qui a été stocké dans des ganglions, mais sans s’exprimer : on parle d’une période de latence. L’apparition du zona peut survenir à distance de la varicelle qui touche plutôt les enfants, souvent des années après, à l’âge adulte.

Le virus réactivé (en raison d'un facteur externe qui fragilise le système immunitaire) va se loger dans certaines zones du système nerveux périphérique, le long des nerfs. Le zona correspond à éruption cutanée survenant le long d’un nerf ou d’un ganglion nerveux qui vont ressembler à celle de la varicelle (rougeurs puis vésicule).. Elle peut apparaître sur différentes parties du corps, en général sur le thorax et le visage et en particulier les yeux : on parle de zona ophtalmique. La particularité des éruptions du zona est qu’elles sont le plus souvent unilatérales.




Combien de temps dure le zona ?


Souvent bénin, le zona disparaît généralement en quelques semaines, entre 2 et 4 semaines. Toutefois, les douleurs associées peuvent parfois être sévères et difficiles à supporter, d’autant plus en l’absence de traitement. Ainsi, il est conseillé de consulter un médecin.

Les médecins partenaires MEDADOM sont disponibles en téléconsultation.

 



Transmission et symptômes du zona



Transmission : le zona est-il contagieux ?


Le zona n’est pas contagieux contrairement à la varicelle qui peut rapidement prendre un caractère épidémique au sein des collectivités.

Attention toutefois, la contagion au zona est possible chez les personnes n’ayant jamais eu la varicelle, mais assez rare, par des particules virales contenues dans les vésicules. Le contagion au zona survient lorsque le virus est libéré par (buccale, nasale ou oculaire) et nécessairement par contact. Il est donc vivement conseillé aux personnes vulnérables (femmes enceintes en raison des risques fœtaux, patients immunodéprimés) d’éviter tout contact avec une personne atteinte par le zona.

 



Symptômes du zona



Des éruptions cutanées douloureuses


Les premiers symptômes sont des sensations de brûlures ou de picotements sur une zone précise correspondant au trajet d’un nerf (très souvent, il s’agit d’un nerf intercostal). Ainsi, dans la majorité des cas, les éruptions cutanées apparaîtront sur une seule zone du corps : le thorax, plus rarement sur le visage, les yeux (zona ophtalmique), l’abdomen, sur le dos, l’oreille ou le pharynx. Chez certains patients immunodéprimés, le zona peut toucher plusieurs zones du corps : c’est le zona généralisé.

De la même manière que la varicelle, le zona évolue par phase :

  • une rougeur d’abord
  • puis des vésicules, 3 à 5 jours plus tard, qui vont provoquer de fortes démangeaisons
  • enfin, les vésicules vont se dessécher et former des croûtes

Au niveau des éruptions cutanées du zona, je peux remarquer une perte de sensibilité temporaire. 

Un fébricule (une fièvre <38,5°C) peut accompagner les signes du zona.

Les douleurs sont en général vives, intenses, à type de décharges électriques ou de brûlures.
Elles peuvent durer des années, on parle alors de "névralgies post-zona”.


Zona ophtalmique et sur le visage


Le zona ophtalmique est assez rare mais peut être sévère et avoir des conséquences importantes.

Les éruptions cutanées (qui évoluent en 3 stades) vont se retrouver sur les zones atteintes le long du nerf ophtalmique. Cela peut être une partie du visage dont le nez et le front. Environ 2 semaines après l’éruption cutanée du zona ophtalmique, de forts maux de tête peuvent apparaître ainsi qu’une baisse de la vision, une sensibilité à la lumière et des larmoiements. Des infections de l’œil peuvent se déclarer :

  • une conjonctivite unilatérale provoquant démangeaisons, un oeil collé, rouge et douloureux
  • une kératite (une infection de la cornée)

Dans les cas les plus graves, on retrouve des paralysies ou une baisse de la vision voire une perte de la vision dans les cas extrêmes de zona ophtalmique.



Zona intercostal


Le zona sur le thorax va suivre le schéma de développement cité ci-dessus : -

  • douleurs de type brûlures dites “ douleurs zostériennes
  • l’apparition de plaques rouges d’un seul côté
  • puis de vésicules en bouquets quelques jours plus tard au niveau des zones innervées allant de la colonne vertébrale vers la région latérale du thorax,  Ces vésicules peuvent se regrouper en bulles plus étendues.
  • des croûtes qui vont disparaître au bout de 10 jours. 

 

Zona sur le dos et autres formes 

Zona : photo de zona sur le dos


Le zona sur le dos se présente sous forme de vésicules en bouquet, toujours de manière unilatérale.

Si d’autres zones corporelles sont atteintes, les conséquences seront fonction de la localisation et du stade du zona :

  • le zona de la bouche et du pharynx peut gêner l’alimentation
  • le zone auriculaire peut entraîner un bourdonnement des oreilles
  • une rétention urinaire peut survenir si l'urètre est atteint ou de la constipation si une partie de l'intestin est touchée.

 


Quelle différence entre zona et varicelle ?



Comment distinguer zona et varicelle ?


Voici quelques éléments qui peuvent m’aider à différencier zona et varicelle

  • Tout d’abord, l’âge ! En effet, le zona n’existe presque pas chez l’enfant. En effet, on l’a vu précédemment, le varicelle et le zona sont causés par le même virus qui se manifeste d’abord par une varicelle. Le zona survient en général après 50 ans. 
  • Ensuite, les signes cliniques :
    - le zona se manifeste de manière unilatérale sur une partie du corps alors que la varicelle atteindra toutes les zones du corps
    - les éruptions cutanées du zona sont douloureuses et prurigineuses alors que celles de la varicelle sont responsables peu douloureuses et uniquement responsable de démangeaisons. 


Pourquoi une réactivation ?

La réactivation du virus de la varicelle déclenchant le zona n’a pas encore d’explication scientifique. Toutefois, on estime qu’il existe certains facteurs favorisants comme un terrain immunitaire affaibli : fatigue, VIH, certains cancers, la prise de certains médicaments et le vieillissement. Ainsi; il est possible que ces pathologies soient recherchées devant un tableau clinique de zona.

Evolution et traitement du zona

Quelles sont les complications du zona ?

Le zona provoque de fortes douleurs


Le zona guéri généralement en 2 à 4 semaines et sans conséquences pour 90% des cas. Toutefois, les douleurs peuvent être violentes et durer des années. En effet, il peut arriver que les nerfs soient particulièrement atteints rendant le traitement plus compliqué. On parle alors de "névralgies post-zona” ou de douleurs “post-zostériennes”.

Les autres complications du zona sont plutôt rares :

  • Dans le cas du zona ophtalmique, une conjonctivite ou une kératite peut se déclarer. S’il n’est pas traité, le zona ophtalmique peut entraîner des troubles de la vision.
  • Les vésicules du zona peuvent s’infecter par une bactérie. La surinfection bactérienne doit être traitée par antibiotiques.



Traitement du zona


Le zona est une pathologie virale qui régresse donc en général de lui-même.


Toutefois, il est recommandé de traiter la douleur du zona et de prévenir le risque de complications pour les patients les plus à risques ;
  • pour la douleur, des antalgiques peuvent être prescrits : du paracétamol dans un premier temps, puis éventuellement des antalgiques de classe II ou de la morphine en dernier recours
  • collyre en cas de conjonctivite
  • pour les personnes à risque , des antiviraux peuvent être prescrits pour diminuer le risque de complications du zona et doivent être pris dans les trois jours après l’apparition des vésicules  

Les névralgies post-zostériennes peuvent nécessiter le recours à des antidépresseurs tricycliques, des antiépileptiques ou des analgésiques narcotiques, selon l’intensité de la douleur.

À noter : Les anti-inflammatoires non stéroïdiens n’ont pas d’indication dans le traitement du zona – les corticoïdes en revanche peuvent être prescrits dans les atteintes sévères. Les antibiotiques ne sont indiqués qu’en cas de surinfection bactérienne.

La conduite à tenir du VIDAL est disponible sur le site.



Comment prévenir le zona ?


Si je suis atteint de zona, j’évite tout contact rapproché avec les personnes vulnérables. En effet, le zona peut être transmis en cas de contact direct avec une muqueuse. Si cela est impossible, je veille à respecter une distanciation sociale et à ne pas toucher les personnes à mes côtés.


Pour éviter le zona, je réduis les facteurs favorisants :

Un vaccin contre la varicelle-zona est recommandé pour les personnes de 65 à 74 ans. Il réduirait par 2 le risque d’apparition du zona. Si la maladie se déclare tout de même, le risque de douleurs post-zostériennes est réduit de plus de 60 %.

 




Sources :