bg-office-working-unsplash

La crise d'angoisse : des symptômes inquiétants
La crise d'angoisse se manifeste par des symptômes inquiétants. Handicapante, sa répétition peut évoquer un trouble panique

La crise d’angoisse aiguë ou attaque de panique se caractérise par un épisode intense d’anxiété. Elle associe des symptômes physiques, psychiques et comportementaux.

La crise d’angoisse peut être isolée, mais peut également être répétée et faire partie du trouble panique ; une pathologie handicapante et reconnue comme affection de longue durée (ALD) par l’assurance maladie.

On estime qu’au cours de sa vie, une personne sur vingt fera une crise d’angoisse aiguë.

Qu’est ce que la crise d’angoisse ?

Définition de la crise d’angoisse

La crise d’angoisse aiguë est communément appelée « attaque de panique » dans le milieu médical.

Il s’agit d’un épisode de peur soudaine, intense mais bien délimitée dans le temps. Elle dure généralement de quelques minutes à une heure, avec une moyenne autour de 20 à 30 minutes.

Population les plus touchées

Les crises d’angoisse apparaissent principalement chez les adultes jeunes, et en particulier chez les femmes, qui sont deux fois plus nombreuses que les hommes à subir des attaques de panique.

Dans la population générale, la prévalence de la crise d’angoisse est de 3 à 5% sur la vie entière.

 

Symptômes de la crise d’angoisse

Des symptômes de la crise d'angoisse particuliers


Lors d’une crise d’angoisse, je peux constater trois types de symptômes. Ces symptômes ne durent pas dans le temps mais peuvent me paraître très longs.

Des symptômes physiques

En cas d’attaque de panique ou crise d’angoisse, mon corps peut se manifester par des symptômes :

  • Respiratoires : je ressens une gêne dans la poitrine, j’ai l’impression d’étouffer ou d’être essoufflé et je peux hyperventiler (inspiration exagérée)
  • Cardiovasculaires : mon cœur bat fort et vite, j’ai l’impression que ma cage thoracique est opprimée, j’ai mal dans le cœur
  • Relatifs au système nerveux : j’ai des frissons ou des bouffées de chaleur, je tremble, mon visage est pâle ou au contraire rouge, j’ai des vertiges ou des étourdissements, j’ai l’impression que je vais m’évanouir
  • Digestifs : j’ai mal au ventre, j’ai la diarrhée, j’ai la nausée, voire je vomis

Je peux également avoir l’impression d’avoir les membres engourdis et que mes jambes vont céder.

Des symptômes psychiques

Ma crise d’angoisse peut se manifester par différents ressentis :

  • J’ai des peurs intenses sans qu’il y ait de vrai danger (on appelle cela les cognitions catastrophiques)
  • J’ai l’impression de perdre le contrôle
  • Je perds les repères de mon corps, j’ai la sensation de ne plus être moi-même ou d’être en dehors de mon corps (symptôme de dépersonnalisation)
  • Je trouve que le monde qui m’entoure est étrange, voire irréel (symptôme de déréalisation)

Ces symptômes de la crise d’angoisse peuvent être inquiétants et me faire penser que je perds la tête. Le médecin pourra me rassurer sur leur normalité en cas d’attaque de panique.

Des symptômes comportementaux

La crise d’angoisse peut avoir des impacts différents selon les personnes qui en sont atteintes.

Je peux être très agité ou au contraire complètement inhibé, voire sidéré.

Diagnostic de la crise d’angoisse

On peut établir qu’il s’agit d’une crise d’angoisse si je ressens au moins 4 des symptômes listés précédemment, dans les conditions suivantes.

Tous ces symptômes de la crise d’angoisse ont un début brutal et atteignent leur intensité maximale très rapidement (au bout de quelques secondes à quelques minutes). Mes symptômes diminuent ensuite progressivement jusqu’à disparaître.

Ces symptômes renforcent mon angoisse et je peux me sentir très fatigué après une attaque de panique.

Origines de la crise d’angoisse

Bien que les mécanismes de la crise d’angoisse soient assez mal connus, on suppose aujourd’hui que certains des symptômes de la crise d’angoisse pourraient être liés à l’hyperventilation.

Par ailleurs, mes crises d’angoisses peuvent être générées et/ou renforcées par différents facteurs :

  • Facteurs biologiques : un dysfonctionnement dans la régulation de certains messages nerveux
  • Facteurs psychologiques : l’arrivée de symptômes physiques durant la crise d’angoisse renforce ma peur ressentie et ma crainte de la mort
  • Facteurs environnementaux : l’inquiétude de l’entourage peut également participer à renforcer mon anxiété

 

L’angoisse : un trouble plus généralisé

Le trouble panique

La crise d’angoisse peut survenir de manière isolée (suite à situation de stress) mais peut exister dans le cadre d’une pathologie psychiatrique. La plus fréquente est appelée trouble panique.

Le trouble panique est caractérisé par la répétition des crises d’angoisse de manière imprévisible et sans facteur déclenchant. Elle s’accompagne d’une anxiété anticipatoire des futures attaques de panique.

Ainsi, dans le trouble de panique, l’angoisse persiste entre deux crises. Le fait de redouter la survenue d’une nouvelle crise d’angoisse peut se compliquer en agoraphobie en l’absence de prise en charge.

L’agoraphobie est la peur ou l’appréhension pathologique des situations dans lesquelles je ne pourrais pas recevoir d’aide immédiate. On emploie souvent le terme d’agoraphobie pour décrire la peur des bains de foule, mais elle regroupe aussi les lieux clos dont on ne peut pas sortir immédiatement (transports en commun, ascenseur, avion…) et les lieux où l’on pourrait se perdre.

Cette complication de l’angoisse est handicapante et peut me conduire à adopter des situations d’évitement ou me rendre dépendant à la présence d’un accompagnant.

Par ailleurs, le trouble panique peut évoluer en dépression (pour le tiers à la moitié des patients), avec un risque suicidaire et une prédisposition à l’usage abusif de médicaments et d’alcool. Ces conduites renforcent les crises d’angoisse, installant un cercle vicieux.

Je n’attends pas pour me faire accompagner : je consulte un médecin en 10min avec MEDADOM.

Nota bene : le trouble panique est une pathologie handicapante reconnue comme affection de longue durée (ALD) par l’assurance maladie.

Les autres causes des crises d’angoisse

D’autres raisons peuvent être à la source de mes crises d’angoisse :

  • Une situation me mettant face à ma phobie
  • Un trouble de stress post-traumatique
  • Un trouble anxieux généralisé
  • Un épisode dépressif

Diagnostic du trouble panique

Pendant une crise d’angoisse

Les symptômes de la crise d’angoisse pouvant être inquiétants, il est fréquent de se rendre aux urgences. Le diagnostic du trouble panique se fait donc souvent lors de cette consultation médicale d’urgence.

Le médecin commencera le diagnostic en éliminant les pathologies non-psychiatriques :

  • Cardiovasculaires : telle que l’insuffisance cardiaque, en réalisant un électrocardiogramme
  • Pulmonaires : comme l’asthme
  • Neurologiques : épilepsie, accident vasculaire cérébral
  • Endocriniennes : hypoglycémie
  • Des analyses sanguines pourront éliminer certaines pathologies et vérifier que la crise d’angoisse n’a pas été causée par des toxiques

Une crise d’angoisse unique et isolée, surtout si sa cause est claire et identifiable, ne nécessite pas forcément de suivi.

En dehors d’une crise d’angoisse

Certaines situations peuvent nécessiter la recherche des symptômes du trouble panique :

  • Si mes crises d’angoisse sont répétées
  • Si j’ai peur d’avoir une nouvelle attaque de panique
  • Si cela me pousse à modifier mon comportement
  • Si je développe une agoraphobie

Il faudra alors éliminer les pathologies non-psychiatriques et les intoxications aux substances psychoactives (alcool, cannabis, cocaïne, ectasy, etc.). 

Un sevrage alcoolique ou un surdosage de certains médicaments pouvant favoriser les crises d’angoisse, la discussion avec le médecin sera nécessaire pour pouvoir poser le diagnostic.

Comment gérer une crise d’angoisse ?

La méditation peut diminuer le stress et l’angoisse

 

Traitement pour calmer la crise d’angoisse

Lors de l’attaque de panique, quelques conseils peuvent calmer ma crise d’angoisse :

  • Me mettre au calme, m’éloigner des facteurs qui ont généré l’anxiété, et ce jusqu’à la fin de la crise
  • Être rassurée par une personne externe (idéalement un médecin) : il n’y a pas de danger de mort même si mes symptômes sont réels et particulièrement désagréables
  • Me concentrer sur l’anxiété et non sur mes symptômes : je peux me répéter par exemple « Je suis en train de faire une attaque de panique, les symptômes que je ressens ne mettent pas ma vie en danger. Ma crise d’angoisse va passer d’ici quelques minutes. »
  • Contrôler ma respiration : respirer calmement et normalement me permet de refocaliser mon attention et de limiter l’hyperventilation, responsable d’autres symptômes
  • Regarder l’heure : pour constater que même si elle paraît une éternité, ma crise d’angoisse ne dure en réalité que quelques minutes
  • Penser à des images apaisantes

Certains traitements pharmacologiques existent également si ma crise d’angoisse se prolonge. Des anxiolytiques peuvent m’être prescrits mais ceux-ci peuvent me rendre dépendant et sont complètement inefficaces en traitement de fond pour prévenir les crises d’angoisse.

L’hospitalisation en psychiatrie n’est généralement pas indiquée.

 

En cas de trouble panique : pour en finir avec les crises d’angoisse

Si mes crises d’angoisse sont fréquentes et se manifestent de façon inattendue, il m’est nécessaire de traiter l’origine.

Dans le cas d’un trouble panique, l’objectif est d’éviter de nouvelles crises d’angoisse, de limiter l’anxiété anticipatoire et limiter les conduites d’évitement. Le médecin pourra me conseiller sur la conduite à tenir.

Par moi-même

Quelques conseils et exercices peuvent m’accompagner au quotidien et m’aider avec les crises d’angoisses :

  • Des exercices respiratoires : pour éviter l’hyperventilation et focaliser mon attention
  • Des méthodes de relaxation : pour gérer l’anxiété (yoga, méditation)
  • Une activité physique et une bonne hygiène de vie : en évitant l’alcool, le tabac et les substances addictives
  • Être bien entouré

Je peux également me faire accompagner pour gérer ce trouble et limiter la survenue des crises d’angoisse.

Les thérapies comportementales et cognitives (TCC)

Les TCC peuvent m’aider à modifier mon attitude à face à la crainte. Avec l’aide d’un thérapeute, l’intensité des crises d’angoisse pourra être fortement diminuée.

Traitement médicamenteux

Le traitement médicamenteux ne pourra être prescrit que si les crises d’angoisse sont fréquentes ou intenses. La prise d’antidépresseurs peut également être indiquée. 

Seul un médecin pourra juger de la pertinence du traitement médicamenteux.

 

Propos écrits par Amanda Huguet-Millot, Diététicienne-Nutritionniste et Ingénieure en Alimentation & Santé

 

Sources :