bg-office-working-unsplash

Condylome : symptômes, causes, prévention et traitement
Reconnaître un condylome chez l’homme et la femme

Infection sexuellement transmissible courante, le condylome touche autant les femmes que les hommes, principalement au début de la vie sexuelle entre 20 et 25 ans. Découvrez quels sont les différents types de condylomes, comment prévenir leur apparition et comment les traiter en cas d’infection.

Qu’est-ce qu’un condylome et quelles sont ses causes ?


Un symptôme du condylome est une excroissance au niveau génital

Un condylome, aussi appelé verrue génitale, se caractérise par une excroissance située au niveau des parties génitales de la femme et de l’homme. 

Il apparaît après un rapport sexuel après transmission du papillomavirus (souches HPV6 et HPV11 principalement). Si la fréquence du condylome est plus élevée au début de la vie sexuelle, il peut également toucher certaines populations à risque. C’est par exemple le cas si je suis une personne immunodéprimée.

 

 

Les différents types de condylomes chez l’homme et la femme

 

Les condylomes peuvent se classer sous 3 catégories :

  • Les condylomes acuminés, aussi appelés “crêtes de coq” qui se caractérisent par des lésions en relief, de couleur rose ou grise et à l’aspect bourgeonnant. Elles peuvent être isolées ou regroupées entre elles ;
  • Les condylomes papuleux, qui comme leur nom l’indique se présentent sous forme de papules (boutons) de couleur rose ou chair. Leur aspect est lisse. De la même façon que les condylomes acuminés, ils peuvent être localisés ou regroupés.
  • Les condylomes plans : souvent combinés avec les condylomes acuminés, les condylomes plans se différencient par leur taille microscopique. Ils sont quasiment imperceptibles à l'œil nu et sont mis en évidence après application d’acide acétique. Leur dépistage nécessite des examens complémentaires, car ils peuvent être associés à l’apparition du cancer du col de l’utérus.

 

Quelles peuvent être les causes de l’apparition des condylomes ?


Les verrues génitales comme les condylomes sont liées au papillomavirus, qui compte près de 200 espèces différentes ! On estime qu’environ 50 d’entre eux sont responsables de l’apparition des lésions génitales. 

Les souches du papillomavirus qui engendrent les condylomes chez l’homme et la femme présentent un faible risque de cancer et peuvent être localisés à tout niveau des organes génitaux. Pour écarter tout risque, on recommande en cas de condylomes de rechercher d’autres traces du papillomavirus et notamment les souches à plus haut risque de cancer.

Si la contamination se fait surtout par rapport sexuel avec une personne atteinte, les condylomes peuvent également être transmis de manière indirecte par du linge de toilette, les mains ou dans des lieux de type saunas ou jacuzzis. Les femmes enceintes peuvent aussi transférer le virus au bébé lors de l’accouchement.

Comment limiter la transmission des condylomes ?

On estime que le risque de contracter le virus est de l’ordre de 60 à 70 %. Le condylome peut ne pas être détecté tout de suite, ne déclarer aucun symptôme et disparaître seul au bout de 8 mois. Les manifestations du condylome apparaissent généralement de 3 à 6 mois après l’infection.

Pour limiter au maximum la transmission du condylome, je peux veiller à bien porter un préservatif à chaque nouveau rapport. Cependant, s’il est indispensable, le condylome peut également se propager par contact cutané non concerné par le port du préservatif. Pour éviter tout risque, la meilleure solution reste de me faire vacciner contre le cancer du col de l’utérus. Ce vaccin est en effet vivement conseillé avant même le début de ma vie sexuelle pour prévenir son apparition. Il est aussi actif contre le papillomavirus, dont les souches 6 et 11 impliquées à 90 % dans la survenue des verrues génitales.

Symptômes du condylome chez l’homme et la femme

 

Les symptômes du condylome peuvent parfois passer inaperçus. Quand ils sont visibles, je remarque généralement une excroissance, qui peut être de couleur rose ou chair, localisée au niveau génital.

Si je suis une femme, le condylome peut se trouver au niveau de ma vulve, de mon périnée, autour du clitoris ou de l’anus. Si je suis un homme, il peut être découvert au niveau du gland ou de la verge, du fourreau ou des orifices urinaires ou anaux.

Reconnaître un condylome peut prendre parfois du temps, puisqu’il peut apparaître plusieurs mois voire plusieurs années après la contamination par une personne infectée. Ils ne sont pas toujours visibles à l'œil nu, et, en l’absence de manifestations, ne pas être source d'inquiétude. S’il y en a, je peux ressentir des démangeaisons, et observer des saignements inhabituels lors des rapports sexuels.

Les verrues génitales peuvent s’éliminer naturellement après quelques mois. Selon ma situation, ils peuvent créer des symptômes et être apparents ou non, ce qui les rend souvent difficiles à détecter. Si je remarque la présence d’un condylome, même de petite taille et en l’absence de symptômes, je n’hésite pas à consulter rapidement un médecin. La principale menace se situe en effet dans les souches du condylome : certaines pouvant faciliter l'émergence de cancers dans les zones concernées, il est préférable de faire des analyses complémentaires. À noter que le danger augmente si je fume, que je prends une pilule contraceptive et que je suis une personne immunodéprimée.



 

Comment soigner un condylome et quel traitement suivre ?

 

Lors de la consultation médicale, mon médecin pourra m’orienter vers un gynécologue si je suis une femme, ou chez un urologue pour des examens annexes s’il estime qu’il y a un risque de développement de lésions précancéreuses. Une biopsie pourra aussi être envisagée selon les cas. 

Le traitement des condylomes se divise en plusieurs catégories. Ils peuvent ainsi s'éliminer de manière chimique, au moyen de crèmes par exemple, de traitements chirurgicaux et immunomodulateurs. L'approche choisie dépendra principalement de la localisation des verrues génitales, de leur aspect et du nombre de lésions existantes. En cas de condylome chez l’homme et la femme, il faut savoir que le risque de récidive est élevé : j’ai en effet entre 30 et 60 % de risque, quelle que soit la méthode de traitement suivie.

 

 

Quel médicament prendre pour soigner le condylome ?


Première méthode : le traitement du condylome par application de solutions ou de crèmes à étaler directement sur ma peau, seul(e) ou par mon médecin. 

Cette méthode nécessite de la régularité, car son efficacité dépend du suivi strict du nombre d’applications recommandées. Celles-ci doivent être réalisées pendant plusieurs semaines, plusieurs fois par jour. Plusieurs substances sont préconisées comme la podophyllotoxine, l’acide trichloracétique ou encore le 5-fluorouracile. À noter que les traitements chimiques peuvent créer des effets indésirables, par exemple des irritations ou des rougeurs.

 

Le traitement des condylome par chirurgie, cryothérapie ou laser


Le condylome se soigne également par chirurgie ou action physique. L’azote liquide, très utilisé en dermatologie pour éliminer les excroissances, est indiqué pour enlever les condylomes de taille minime. Selon le type de lésions, l’application d’azote liquide peut être renouvelée plusieurs fois, à un rythme qui sera défini par le professionnel de santé qui me suit. Le laser et l’électrocoagulation nécessitent quant à eux une anesthésie générale ou locale en fonction de ma situation. Ces méthodes de traitement des condylomes sont plus appropriées lorsque les plaies sont étendues ou multiples.

 

Soigner le condylome par traitement immunomodulateur


Les verrues génitales peuvent en dernier lieu être traitées par médicament immunomodulateur. En règle générale, c’est l’imiquimod qui est prescrit. Ce médicament se présente sous forme de crème, et est indiqué pour éliminer les condylomes, mais aussi les kératoses ou les carcinomes basocellulaires. Il s’agit d’un modificateur de la réponse immunitaire, qui s’applique localement sur les lésions plusieurs fois par semaine, de préférence le soir avant le coucher, sur une durée de 8 à 16 semaines. 

Quel que soit le traitement suivi, consulter mon médecin dans les 3 à 6 mois est fortement conseillé pour constater l’évolution des condylomes. 

 

Comment prévenir le condylome ?

 Le condylome chez la femme peut être prévenu avec un vaccin


Outre le port de préservatif et le suivi des règles d’hygiène de base, prévenir le condylome chez la femme est possible grâce au vaccin Gardasil 9. Initialement conçu pour me protéger contre les cancers du col de l’utérus, du vagin, de la vulve, du pénis, de l’anus et de la gorge, il me prémunit également contre la majorité des condylomes. Le vaccin Gardasil 9 est recommandé avant le début de la vie sexuelle, dès l’âge de 14 ans ou avant 20 ans. 

 

 

Vous avez besoin d’une consultation rapide avec un médecin ? Inscrivez-vous sur notre plateforme MEDADOM ! En moins de 10 minutes (délai moyen) vous serez mis en relation avec l’un de nos médecins partenaires qui répondra à vos questions et vous prescrira une ordonnance en fonction de votre situation. Celle-ci est entièrement utilisable dans votre pharmacie habituelle en format digital.

 

Sources :