bg-office-working-unsplash

Comment soulager et soigner les hémorroïdes ?
Les hémorroïdes sont des troubles bénins. Extrêmement gênants, les symptômes régressent en quelques jours mais récidivent fréquemment

Il est parfois compliqué de parler des hémorroïdes avec son médecin ou ses proches car, situés dans la zone anale, le sujet peut générer de la honte. Pourtant, les complications liées aux hémorroïdes sont un trouble très fréquent, sans gravité, mais qui engendre des symptômes extrêmement gênants. 

Si la crise hémorroïdaire cesse généralement en quelques jours, elle a toutefois tendance à récidiver.

Plusieurs facteurs favorisent l’apparition des crises hémorroïdaires. C’est le cas de la grossesse : un tiers des femmes enceinte en souffrent au 3ème trimestre.

Que sont les hémorroïdes ?

Définition des hémorroïdes

 

Dans le langage courant, on utilise le mot « hémorroïdes » pour décrire un trouble gênant autour de la zone anale. En réalité, les hémorroïdes sont un réseau de vaisseaux sanguins (appelés « lacs sanguins ») naturellement présents à la naissance. 

Ces structures vasculaires sont situées à l’intérieur (réseau hémorroïdaire interne) et à l’extérieur (réseau hémorroïdaire externe) de l’anus et sont reliées à des vaisseaux plus petits (artères et veines) en formant des grappes de raisin. 

Hémorroïdes : quelle localisation ?

Source : VIDAL

Les hémorroïdes sont sujettes à des complications fréquentes, bénignes mais gênantes, étant donné leur positionnement en surface. Dès lors que des troubles et des symptômes apparaissent, on parle de maladie hémorroïdaire ou, plus communément, de crise d’hémorroïdes.

 


Symptômes des hémorroïdes

 

La douleur : symptôme typique de la maladie hémorroïdaire

En cas de crise hémorroïdaire, je peux ressentir :

  • Une douleur anale
  • Une sensation de pesanteur, de gonflement et de chaleur au niveau de l’anus

Mes symptômes peuvent être amplifiés quand je vais à la selle ou je fais du sport. La position allongée peut me soulager.


Les autres symptômes liés aux hémorroïdes

Si mes hémorroïdes présentent des complications, je peux également :

  • Avoir des saignements rouges au niveau de l’anus (rectorragies), visibles sur le papier toilette, dans la cuvette des WC ou dans mes sous-vêtements 
  • Remarquer un prolapsus (ou procidence) de mes hémorroïdes, c’est-à-dire une sortie anormale des hémorroïdes internes en dehors de mon anus, qui se manifeste par une tuméfaction au niveau de l’anus. Le prolapsus peut être à l’origine d’une gêne, de démangeaisons anales (prurit anal), de brûlures et de suintements.

Ces symptômes peuvent être présents de manière intermittente, sous forme de crise, ou de manière continue si la pathologie est présente depuis longtemps. 

Le prurit anal, les saignements… peuvent être des symptômes d’autres maladies, et non liées aux hémorroïdes. C’est pourquoi il est important de consulter un médecin, surtout si les symptômes persistent.


La thrombose hémorroïdaire

Si mes symptômes sont intenses et apparaissent brutalement, sans lien avec la défécation, il est possible que je souffre de thrombose hémorroïdaire. Celle-ci est due à la présence d’un caillot de sang, à l’intérieur de l’hémorroïde. 

Je pourrais alors constater un gonflement bleuté, très douloureux, à l’entrée de mon anus. Le pourtour sera souvent inflammé, gonflé et rouge.

La thrombose hémorroïdaire est plus rare et régresse généralement en 1 à 3 semaines.



Diagnostic de pathologie hémorroïdaire

Le diagnostic de pathologie hémorroïdaire se fait sur un examen clinique par un proctologue, grâce à l’anuscopie. L’anuscope est une sorte de spéculum, inséré dans l’anus, permettant un examen visuel des hémorroïdes. 

Si le médecin suspecte que d’autres troubles (abcès ou fistule anale par exemple) sont responsables de mes symptômes, il pourra m’aiguiller vers une endoscopie, une échographie ou une IRM.



Causes des hémorroïdes


Il existe deux théories pour expliquer les troubles liés aux hémorroïdes : l’augmentation de pression dans les vaisseaux sanguins de la région anale (théorie vasculaire) et une laxité excessive des tissus de soutien, favorisant la fragilité et la sortie des hémorroïdes (théorie mécanique). 

Différentes causes pourraient donc engendrer ou aggraver ces troubles :

    • Je suis enceinte, en particulier dans le 3ème trimestre, ou je viens d’accoucher
    • Je suis fréquemment constipé ou nécessite des efforts de poussée importants lors de la défécation
    • Mon alimentation est pauvre en fibres, rendant mes selles plus difficiles à évacuer
    • Je soulève souvent des charges lourdes
    • Je suis sujet aux diarrhées, qui irritent mes hémorroïdes
    • Je suis en surpoids ou obèse
    • Je consomme certains aliments, soupçonnés de favoriser les crises d’hémorroïdes tels que des boissons excitantes (thé, café, colas), des aliments épices, certaines viandes…

Evolution et complications des hémorroïdes



Combien de temps durent les hémorroïdes ?


Les crises d’hémorroïdes durent en général de 2 à 4 jours avant de s’atténuer et disparaître spontanément. Les récidives sont toutefois fréquentes.

Si la maladie hémorroïdaire dure depuis plusieurs années, les symptômes peuvent évoluer et se compliquer.



Complications des
hémorroïdes


Les complications des hémorroïdes entraînent des symptômes relativement bénins pour ma santé mais fortement gênants au quotidien :

  • Les douleurs et démangeaisons anales peuvent être permanentes
  • En cas de saignements fréquents, je peux développer une anémie
  • Le prolapsus de mes hémorroïdes peut devenir permanent
  • Je peux vivre des faux besoins, l’impression d’avoir besoin d’aller à la selle sans réel besoin d’évacuer

Ces complications n’engagent pas le pronostic vital mais peuvent dégrader fortement la qualité de vie.



Traitements contre les hémorroïdes



Comment soulager les hémorroïdes ?

Pour soulager mes hémorroïdes, différentes méthodes peuvent aider.


Les traitements médicamenteux pour soulager les hémorroïdes

Des antalgiques ou anti-inflammatoires peuvent tout d’abord m’être prescrits pour calmer les douleurs des hémorroïdes.

D’autres médicaments peuvent également aider en cas de crise aiguë et sur une courte durée :

  • Des veinotoniques pour limiter la dilatation des veines et l’inflammation
  • Des traitements locaux pour diminuer l’œdème et protéger la paroi anale (pommades, suppositoires) grâce à différents rôles : anesthésique, lubrifiant et/ou anti-inflammatoire



Alimentation anti-hémorroïdes

Lutter contre la constipation, si j’y suis sujet, est une méthode efficace pour soulager les crises d’hémorroïdes.

Pour cela, je peux :

  • Enrichir mon alimentation en fibres : fruits, légumes, céréales (complètes surtout), légumineuses…
  • Boire suffisamment d’eau, tout au long de la journée (au moins 1,5L par jour)
  • Eviter l’alcool
  • Consommer de bonnes graisses : huile de colza, d’olive, etc.

Des fibres sous forme de poudres solubles et des laxatifs peuvent également m’être prescrits dans le cadre des hémorroïdes.

En plus de l’alimentation, quelques conseils peuvent me permettre de lutter contre la constipation :

  • Pratiquer une activité physique modérée régulière
  • Aller aux toilettes à la même heure chaque jour, sans trop forcer
  • Prendre mon temps aux toilettes sans rester assis trop longtemps


Conseils pour soulager les douleurs d’hémorroïdes

Si je souffre lors d’une crise d’hémorroïdes, je peux appliquer ces quelques conseils :

  • Je ne porte pas de vêtements trop serrés, je privilégie ceux en coton
  • Après chaque selle, je me nettoie avec un papier toilette humide (sans savon)
  • Je sèche bien ma peau, après la selle et la douche

Ces quelques conseils pourront m'aider à diminuer les douleurs.

 


Comment soigner les hémorroïdes ?

Pour soulager les hémorroïdes, j'évite de rester assis trop longtemps aux WC

Pour soigner mes hémorroïdes, trois grands types de traitements sont possibles en fonction de ma situation :

  • Médicamenteux
  • Instrumentaux
  • Chirurgicaux


Traitements médicamenteux des hémorroïdes

Les traitements médicamenteux des hémorroïdes n’ont d’impact que sur les symptômes (cf. plus haut : Traitements médicamenteux pour soulager les hémorroïdes). Ils ne sont à utiliser que sur des courtes durées et ne permettent pas d’empêcher les récidives. 


Traitements instrumentaux des hémorroïdes

Le traitement instrumental (dit endoscopique) peut être réalisé au cabinet du proctologue, sans anesthésie. Celui-ci crée une zone cicatricielle pour soutenir les hémorroïdes internes. Grâce à ce traitement, on conserve le réseau vasculaire.

Dans 50 à 70% des cas, ce traitement a de bons résultats à un an, mais moins sur le long-terme. Il existe toutefois des complications rares : douleurs, saignements, voire fièvre et rétention urinaire.


Traitements chirurgicaux des hémorroïdes

Si le prolapsus des hémorroïdes est important, si les symptômes apparaissent fréquemment et que les autres traitements ont échoué, un traitement chirurgical pourra m’être proposé.

Il existe différentes techniques d’opération des hémorroïdes, qui elles, nécessitent une anesthésie :

  • Le retrait des paquets hémorroïdaires dans leur globalité (hémorroïdectomie), la technique la plus radicale et donc souvent la dernière option
  • La remontée des hémorroïdes dans le canal anal (appelée anopexie ou hémorroïdopexie), a été développée en cas de prolapsus hémorroïdaire interne. Ainsi, les hémorroïdes internes sont conservées et maintenues par une suture
  • La ligature des artères irriguant les hémorroïdes internes permet de diminuer l’afflux de sang dans ceux-ci
  • La technique par radiofréquence, la plus récente, permet de brûler des morceaux d’hémorroïdes sans abîmer la muqueuse. Cette technique est encore à l’étude.




Quand consulter pour une crise d’hémorroïdes ?


Si je souffre de rectorragie, qu’il s’agisse de la première fois ou si le saignement est récurrent, il est important que je consulte un médecin. En effet, le saignement anal peut être un signe d’hémorroïdes ou d’autres pathologies (rectocolite hémorragique, cancer colorectal…). Il faudra donc qu’un médecin pose un diagnostic.

Si une maladie hémorroïdaire m’a déjà été diagnostiquée et que mes symptômes deviennent très gênants au quotidien, je peux également demander à mon médecin d’adapter le traitement.

Enfin, si mes symptômes s’accompagnent de fièvre, d’impossibilité d’aller à la selle ou de selles noires, je n’attends pas pour prendre rendez-vous avec un médecin.

Je consulte un médecin partenaire en quelques minutes avec MEDADOM.

Propos écrits par Amanda Huguet-Millot, Diététicienne-Nutritionniste et Ingénieure en Alimentation & Santé

 

Sources :