bg-office-working-unsplash

Maladie d’Alzheimer : symptômes, causes et traitements
Ce que l'on sait de la maladie d'Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative redoutée de par les symptômes qu’elle provoque, dont la perte de mémoire, mais elle est tout autant mystérieuse pour la communauté scientifique. Le nombre de malades atteint devrait doubler d’ici 30 ans, faisant de cette maladie un enjeu de santé publique majeur.

Début 2021, deux espoirs sont permis pour les malades et leurs proches : le premier est l’autorisation d’un médicament agissant directement sur les plaques amyloïdes formées dans la maladie d’Alzheimer. Le second correspond à une avancée dans la recherche avec la découverte de l’implication de lipoprotéines qui pourrait en être la cause (voir plus bas).

Donnée : 900 000 personnes sont atteintes de la maladie d’Alzheimer en France et près de 200 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année (Fondation Alzheimer) On estime qu’en 2050 2 240 000 de personnes seront concernées par la maladie (Alzheimer Europe, Yearbook 2019)

 

Maladie d’Alzheimer, la première maladie neurodégénérative en France



Maladie d’Alzheimer : définition


Une maladie neurodégénérative à fort impact dans la vie quotidienne


Le Ministère des Solidarités et de la Santé donne la définition suivante de la maladie d’Alzheimer  “La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative (Atteinte cérébrale progressive conduisant à la mort neuronale) caractérisée par une perte progressive de la mémoire et de certaines fonctions intellectuelles (cognitives) conduisant à des répercussions dans les activités de la vie quotidienne.”

La maladie d’Alzheimer est très impactante psychologiquement pour le patient et l’entourage car elle peut mener à une dépendance et une invalidité. Cette maladie n’a aujourd’hui aucun traitement même si les traitements permettent de réduire fortement l’évolution de la maladie.

Une maladie neurodégénérative atteint le système nerveux central et donc le cerveau. La dégénérescence, souvent liée à l'âge, cause des troubles moteurs ou cognitifs. La maladie d’Alzheimer est la maladie neurodégénérative la plus répandue en France, suivie par la maladie de Parkinson, qui provoque de forts tremblements notamment. 

 

Le saviez-vous ? Les femmes sont en général plus concernées que les hommes : on dénombre 2 femmes atteintes de la maladie d’Alzheimer pour 1 homme (données Fondation Alzheimer)

 

 

Retour sur la découverte de la maladie d’Alzheimer 

 

C’est le Dr Aloïs Alzheimer, dont le nom sera donné à la pathologie qui découvre pour la première fois en 1907, à la suite d’une autopsie d’une patiente, les conséquence de la maladie d’Alzheimer sur le cerveau. Alors que la patiente présentait des signes neurologiques, le psychiatre décide d’analyser son cerveau après son décès et y découvre des lésions sur les plaques amyloïdes et les dégénérescences neurofibrillaires. D’autres spécialistes étudieront le phénomène permettant de découvrir la physiopathologie de la maladie et la protéine impliquée (bêta-amyloïde (Aβ)) dans les années 80 puis plus tard, les gènes impliqués.

 



Symptômes de la maladie d’Alzheimer


La maladie d’Alzheimer évolue par stade. L’âge moyen du diagnostic est de 75 ans (source : Fondation Alzheimer). Cela explique donc la recrudescence des cas ces 30 dernières années avec le vieillissement de la population et l’allongement de l’espérance de vie. Toutefois, le diagnostic peut être fait très prématurément, dès 40 ou 45 ans, sur l’apparition de symptômes de la maladie d’Alzheimer.


Les symptômes seront évolutifs et différents d’un patient à un autre. On peut retrouver :
  • les pertes de mémoires sont les plus récurrentes avec dans un premier temps des oublis ponctuels
  • d’autres troubles cognitifs comme une altération du langage (on perd ses mots), de raisonnement et de réflexion, et de concentration, une désorientation
  •  des troubles affectifs et sociaux
  • des troubles moteurs peuvent parfois apparaître
  • des troubles anxieux peuvent se développer ou des troubles du sommeil comme des insomnies


Le diagnostic de la maladie d’Alzheimer est posé à l’examen clinique et neuropsychologique, à l’interrogatoire et peut être confirmé par l’imagerie médicale avec l’IRM qui mettra en évidence les lésions caractéristiques de la maladie, affectant le cerveau et plus précisément les plaques amyloïdes et les dégénérescences neurofibrillaires.

Maladie d'Alzheimer et covid-19 :  Au delà d'avoir eu un impact sur l'isolement des patients, selon certaines hypothèses, le coronavirus affecterait la protéine tau, également impliquée dans le maladie d'Alzheimer, laissant redoutée une vague de la maladie dans une dizaine d'année. 

 



Evolution de la maladie d’Alzheimer et espérance de vie

L’activité intellectuelle prévient la maladie d’Alzheimer

 

Evolution globale de la maladie d’Alzheimer 


La maladie d’Alzheimer peut être initialement en sommeil pendant plusieurs années ou présenter des signes mineurs.


Elle évolue en général sur une dizaine d'années, mais cette donnée reste très variable.

La démence liée à la maladie d’Alzheimer entraîne au fil des années une perte d’autonomie et une dépendance, qui pèse souvent dans le quotidien des patients et des leurs proches, qui devient en général des aidants. La dégénérescence va s'accentuer et le patient va perdre au fur et à mesure, et de manière variables, ces capacités cérébrales.

Selon le Vidal, l’espérance de vie d’un patient atteint est de 8 à 12 ans. Ce chiffre est indicatif : doivent être pris en compte l’apparition des premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer, l’évolution de la maladie, l’âge et le niveau de dépendance. Un patient plus âgé verra la maladie s’installer plus rapidement.



4 stades d'évolution pour la maladie d’Alzheimer


Le test Mini-Mental State Examination de Folstein (MMSE) évalue les capacités cérébrales et cognitives et donne un score qui détermine le stade d'évolution (source : Vidal) :
  • la forme légère où les symptômes de la maladie d’Alzheimer sont visibles mais le patient est conscient
  • la forme modérée : les signes sont toujours présents et s’aggravent
  • la forme sévère : les troubles de mémoire sont très importants, le patient ne reconnaît plus ses proches, des difficultés physiques surviennent et la dépendance s’installe
  •  la forme terminale : le patient n’est plus conscient de lui-même, grabataire et totalement dépendant, il peut mourir d’une pneumonie ou de déshydratation.

Maladie d’Alzheimer : Cause et traitements


Des causes de la maladie d’Alzheimer encore floues


Depuis la découverte de la maladie, on a bien compris son mécanisme. En revanche, les causes primaires de la maladie d’Alzheimer ne sont pas établies. On suppose que certains facteurs environnementaux des ou prédispositions génétiques seraient des facteurs de risques pour développer la pathologie.

On retrouve donc deux lésions caractéristiques de la maladie :
  • les plaques amyloïdes (ou séniles) qui se forment pas le développement des protéines bêta-amyloïdes ;
  • les dégénérescences neurofibrillaires “correspondent à la modification chimique d’une famille de protéines (les protéines tau) qui servent habituellement à la construction de tubes très fins à l’intérieur des neurones” (source : VIDAL).

Ces lésions, signant la maladie d’Alzheimer, peuvent être présentes dans le cerveau sans pour autant que des symptômes se développent immédiatement.

La raison de la formation de ces lésions a fait l’objet de différentes hypothèses mais aucune n’est à ce jour confirmée. Une dernière étude en date publiée dans revue PLOS Biology le 14 septembre indiquerait que la cause de la présence des protéines bêta-amyloïdes pourrait être une infiltration dans le cerveau de lipoprotéines, des protéines qui sont composées de graisses et amenant des protéines toxiques - les bêta-amyloïdes.   

 

 

Prévenir la maladie d’Alzheimer : est-ce possible ?

Comme mentionné au-dessus, certains facteurs de risques pourraient conduire à la maladie d’Alzheimer. Certaines facteurs sont intrinsèques au patient, il est donc impossible d’agir dessus :

En revanche, on considère que d’autres facteurs environnementaux, directement liés à l’hygiène de vie,  pourraient avoir leur rôle à jouer dans l’apparition de la maladie :

Ainsi, une hygiène de vie saine (alimentation équilibrée, pratique physique, pas de tabac, etc.) pourrait réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Par ailleurs, maintenir une activité intellectuelle permettrait également de retarder l’apparition des premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer.

Une question ? Les médecins partenaires MEDADOM sont disponibles en ligne.



Des avancées pour le traitement de la maladie d’Alzheimer


Il n’existe actuellement aucun traitement qui guérisse de la maladie d’Alzheimer : des traitements médicamenteux existent, mais ils ont une efficacité limitée dans le temps. Il existe 4 médicaments, qui agissent sur les symptômes, qui sont prescrits à l’appréciation du médecin et en fonction du stade d’évolution de la maladie (source : Fondation Recherche Alzheimer) :
  • Les Inhibiteurs de l’acétylcholinestérase (3 médicaments) ont montré des résultats s’ils sont pris au début de la maladie. Cet enzyme corrige le déficit chez les patients malades d’Alzheimer, qui agit sur la mémoire
  • Les Antiglutamates (antagonistes des récepteurs NMDA) : le glutamate en surplus aurait des conséquences sur la concentration.
Les effets de ses médicaments sont contestés. 

Plus récemment, un médicament a été autorisé par les autorités sanitaires américaines, la FDA. Ce dernier est un anticorps monoclonal, qui s'attaque directement aux plaques amyloïdes. En savoir plus ici

La recherche n’a de cesse de se pencher sur les causes et les traitements de la maladie d’Alzheimer.

La prise en charge repose donc essentiellement sur un accompagnement global pour préserver l’autonomie du patient avec des séances kinésithérapeute en cas de trouble de la motricité, avec un orthophoniste si le langage est affecté ou encore un psychologue. L’éducation thérapeutique du patient a aussi un grand rôle.



La maladie d’Alzheimer : un enjeu de santé publique 


La Maladie d'Alzheimer peut être handicapante

Un engagement associatif et du monde scientifique


De nombreuses associations se sont formées pour soutenir les malades, leurs proches et les aidants. Elles prodiguent des conseils et des informations, et orientent si besoin. De même, des fondations soutiennent la recherche. On retrouve pour les plus connues :

  • France Alzheimer qui a la particularité de proposer des formations pour les professionnels de santé qui suivent les patients atteints de la maladie d’Alzheimer avec l’Institut France Alzheimer
  • La Fondation Alzheimer qui soutient la recherche, mène des actions de sensibilisation auprès du grand public et soutient l'interdisciplinarité dans la prise pour les professionnels de santé
  • La Fondation Recherche Alzheimer qui a pour ambition de mobiliser les acteurs de la société pour la recherche.


 

Le plan maladies neurodégénératives


La maladie d’Alzheimer est devenue un enjeu de santé publique avec le vieillissement de la population. En effet, on estime que 2 240 000 de personnes seront concernées par la maladie (Alzheimer Europe, Yearbook 2019)  en 2050. Le gouvernement en a pris la mesure en s’engageant dans le diagnostic, la prise en charge, la qualité de vie des patients et la recherche (source : Ministère des Solidarités et de la Santé) dans le plan de maladies neurodégénératives 2014-2019. Il concerne la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et la sclérose en plaques.


En 2021, et suite à la crise du covid-19, le gouvernement a décidé de renouveler son engagement pour “répondre aux problèmes qui restent non résolus” dans une feuille de route en deux parties (2021-2022 puis 2023-2024). 


Sources :