Skip to main content

Problèmes de digestion : que faire ?

Amanda Huguet-Millot
18 août 2023

La digestion est l’un des processus les plus fondamentaux et naturels du corps humain. Pourtant, d’après l’IFOP (l’institut français d’opinion publique), les problèmes digestifs concerneraient près d’un Français sur deux, avec une prédominance chez les femmes.

Les principaux soucis recensés sont les douleurs abdominales et un transit irrégulier, mais il ne s’agit pas là des seuls indicateurs d’une mauvaise digestion : reflux acides, ballonnements, gaz…

 

Vous avez besoin de consulter mais votre médecin n'est pas disponible ? Les médecins partenaires MEDADOM sont disponibles 7j/7.

 

 

 

Comment fonctionne la digestion ?

 

Qu’est-ce que la digestion ?

 

La digestion est le processus de transformation des aliments consommés en substances assimilables par l’organisme : les nutriments.

La digestion fait en réalité appel à deux types de processus :

  • Un processus mécanique : pour réduire les aliments en bouillie (dans la bouche et l’estomac) et faciliter le travail du 2ème processus.

 

  • Un processus chimique : permettant de dissoudre les nutriments et permettre leur absorption, grâce notamment aux sucs digestifs.

Ainsi, les molécules complexes sont découpées et transformées en leurs fractions les plus simples, afin d’être absorbées par le tube digestif. Par exemple, sous l’effet d’enzymes :

  • L’amidon (présent dans les féculents notamment) est découpé en molécules de glucose.
  • Les protéines en acides aminés.
  • Le lactose est divisé en glucose et galactose.
  • Le saccharose (sucre blanc) est découpé en glucose et fructose…

 

 

La digestion : un processus complexe

 

La digestion commence avant le repas

 

Pour comprendre les causes et les remèdes d’une mauvaise digestion, il est essentiel de comprendre comment fonctionne l’ensemble des organes qui y participent.

La digestion fait appel à plusieurs processus qui commencent avant même le début du repas. Quand nous avons faim et savons que nous allons passer à table, nos sens s’activent : nous sentons les arômes qui s’échappent de la cuisine, nous voyons les plats que nous allons consommer, nous entendons le bruit de la casserole sur le feu… Toutes ces informations parviennent au cerveau et ce dernier donne le top départ de la digestion : nous salivons, notre estomac se contracte, notre pancréas et notre vésicule biliaire commencent à sécréter les sucs digestifs…

De plus, la transformation des aliments en cuisine permet elle aussi de commencer le travail de digestion :

  • La découpe des aliments permet leur réduction en éléments de plus petite taille, facilitant le travail de la bouche et de l’estomac.

 

  • La cuisson permet de rendre plus digestes certains éléments présents dans les aliments, en ramollissant les fibres par exemple.

 

 

Les organes de la digestion et leurs rôles

 

Le premier organe de la digestion est la bouche. Grâce à la mastication, les dents découpent et écrasent les aliments en petits morceaux. La langue brasse les aliments, les enrobe de salive, amorçant ainsi la digestion chimique des glucides (grâce à des enzymes appelées amylases) et facilitant la déglutition.

Une fois déglutis, les aliments mâchés descendent le long de l’œsophage, une sorte de tuyau qui relie la bouche à l’estomac, grâce à des contractions. Les aliments arrivent ainsi dans l’estomac en quelques secondes après avoir été avalés.

L’estomac possède un rôle primordial pour une bonne digestion :

  • Il brasse et broie les aliments pour continuer la digestion mécanique.
  • Il sécrète des sucs gastriques, un mélange d’acide chlorhydrique et d’enzymes, qui amorcent la digestion des protéines et des lipides, ainsi que l’alcool. Les sucs gastriques étant très puissants, l’estomac sécrète également du mucus, une substance gluante, permettant de protéger sa paroi pour éviter à l’estomac de se digérer lui-même.

Lorsque l’on digère bien, les aliments partiellement digérés et les sucs gastriques forment une sorte de bouillie homogène, appelée le « chyme », qui pourra passer progressivement dans l’intestin grêle. La durée de passage des aliments dans l’estomac dépend de la teneur en lipides (graisses), ainsi que de la quantité d’aliments ingérés. Plus un repas est gras, plus la durée d’évacuation est longue.

L’estomac possède d’ailleurs un sphincter (un muscle en forme d’anneau) à son entrée, permettant de laisser passer les aliments qui arrivent de la bouche, sans laisser normalement refluer le chyme vers l’œsophage.

Dans le cadre d’une digestion normale, le chyme arrive donc dans l’intestin grêle. Celui-ci, mesurant environ 7m de long et composé de 3 parties (le duodénum, le jéjunum et l’iléon), possède différents rôles :

  • Le mélange avec les sécrétions digestives provenant des glandes et organes annexes (pancréas, foie et vésicule biliaire), qui terminent la digestion chimique des aliments.
  • L’absorption et la diffusion dans la circulation sanguine des nutriments, grâce aux villosités et microvillosités de l’intestin (une succession de replis permettant d’augmenter la surface de contact entre les nutriments et la paroi de l’intestin).

Enfin, le côlon (aussi appelé « gros intestin ») constitue la dernière étape de la digestion. Il permet l’absorption de l’eau et une étape de passage pour les résidus aliments non-digestibles (notamment les fibres) qui devront être éliminés sous forme de selles.

Le côlon est également le principal hébergement du microbiote intestinal, un atout indispensable à une bonne digestion. Le microbiote est en effet l’ensemble des populations de microorganismes que nous hébergeons et qui participent à différentes fonctions de l’organisme (meilleure digestion, utilisation des fibres, synthèse de certaines vitamines, protection du tube digestif, système immunitaire…).

Les selles ainsi déshydratées dans le côlon sont ensuite stockées dans le rectum, avant leur évacuation par l’anus.

La durée totale de la digestion est d’en moyenne 24h mais dépend de nombreux facteurs : quantité d’aliments ingérés, teneur en graisse, vitesse du transit…

 

 

Quels sont les symptômes d’une mauvaise digestion ?

 

Une mauvaise digestion peut impacter la qualité de vie.

 

Dyspepsie et reflux gastro-œsophagiens

 

Les reflux gastro-œsophagiens et dyspepsie sont les troubles de la digestion qui surviennent le plus rapidement pendant et après les repas.

On peut alors y retrouver :

  • Une impression gênante d’avoir l’estomac plein juste après le repas.
  • Une sensation de satiété très précoce, empêchant de terminer un repas de taille normale.
  • Des brûlures ou douleurs au creux de l’estomac.
  • Des nausées, voire des vomissements après le repas.
  • Des éructations (rots) après avoir mangé, ou un hoquet.

Ces symptômes évoquent le plus souvent une mauvaise digestion.

 

Diarrhée et constipation

 

Une mauvaise digestion peut également se manifester par des troubles liés à la consistance et/ou à la fréquence des selles.

Selon les cas, on pourra donc retrouver :

Pour identifier le souci, l’échelle de Bristol a été conçue pour catégoriser la forme des selles et leur tendance diarrhéique, de constipation ou normale.

 

Ballonnements, gaz et maux de ventre

 

En cas de mauvaise digestion, des ballonnements, des maux de ventre et des gaz peuvent également apparaître. Ces troubles, bien que le plus souvent bénins, peuvent impacter très négativement la qualité de vie de ceux qui en souffrent.

 

Malabsorption et malnutrition

 

Enfin, puisque le processus de digestion consiste à la transformation et l’assimilation des nutriments provenant des aliments, une mauvaise digestion peut engendrer une malabsorption de ceux-ci, et une malnutrition.

Les symptômes de malnutrition sont très variés et peuvent regrouper :

  • Une fonte musculaire ;
  • Une fragilité osseuse ;
  • Un assèchement de la peau et une perte de cheveux ;
  • Des troubles de la fertilité

 

 

 

Quelles sont les méthodes pour mieux digérer ?

 

Quelles sont les causes d’une mauvaise digestion ?

 

Une bonne digestion repose donc sur le bon fonctionnement de l’intégralité des organes qui y participent. À tous les niveaux, des dysfonctionnements peuvent perturber la digestion :

 

  • Dans la bouche : des problèmes bucco-dentaires ou de sécheresse buccale…

  • Dans l’estomac : un manque d’acidité gastrique, une inefficacité du sphincter laissant passer des reflux vers l’œsophage…

  • Dans l’intestin : des calculs biliaires empêchant l’écoulement de la bile, une destruction des microvillosités intestinales (comme dans le cas de la maladie cœliaque par exemple)…

  • Dans le côlon : un déséquilibre de la flore intestinale, une motricité insuffisante conduisant à une réabsorption d’eau trop importante, rendant les selles trop solides…

 

 

Comment mieux digérer ?

 

Aider tous les organes de la digestion à bien fonctionner

 

Pour aider au bon fonctionnement des organes digestifs et améliorer la digestion, voici quelques conseils :

  • Prendre soin de sa santé bucco-dentaire.

  • Bien mastiquer les aliments avant de les avaler afin de commencer la digestion (grâce à la salive) et faciliter le travail de brassage de l’estomac. Cela passe également par le fait de manger plus lentement, avec attention et sans distraction (comme la télévision par exemple).

  • Afin de faciliter l’homogénéisation des aliments dans l’estomac, il est conseillé de limiter le stress lors des repas, ainsi que les aliments trop gras (notamment frits).

  • L’alcool peut également être responsable d’une mauvaise digestion, il est donc conseillé d’en réduire la consommation. Cela est également le cas des boissons riches en caféine.

  • En cas de digestion difficile, il est possible de fractionner les prises alimentaires en repas légers plus fréquents.

  • Éviter de s’allonger juste après le repas, ce qui pourrait générer des reflux gastro-œsophagiens.

  • Boire de l’eau régulièrement, au moins 1,5L par jour, selon les besoins.

  • Prendre soin de sa flore intestinale : être vigilant lors des traitements antibiotiques, discuter de l’intérêt de consommer des probiotiques avec son médecin.

Enfin, d’autres habitudes de vie peuvent favoriser une mauvaise digestion :

  • Le tabac ;
  • Le port de vêtements trop serrés au niveau de la taille ;
  • Des variations de poids importantes et rapides.

 

Quelle boisson boire pour digérer ?

 

Certaines boissons peuvent aider à mieux digérer, mais évidemment, tout dépend de la cause de la digestion difficile. En cas de constipation, certaines eaux riches en magnésium peuvent être utiles (Hépar, Contrex…) afin d’attirer l’eau dans la lumière intestinale et hydrater les selles.


Les boissons contenant des probiotiques (kéfir, kombucha) sont parfois conseillées en cas de déséquilibre de la flore.
Les boissons au gingembre (infusions ou sodas) peuvent contribuer à atténuer les nausées.

Enfin, les infusions de certaines plantes pourraient favoriser la sécrétion de sucs digestifs et diminuer la production de gaz : radis noir, romarin, thym, anis vert, carvi… Il est alors recommandé de consulter son médecin et/ou son pharmacien.

 

 

Problème de digestion : qui et quand consulter ?

 

En cas de mauvaise digestion, il est recommandé de consulter un médecin rapidement si les symptômes suivants apparaissent :

 

  • Difficulté à déglutir ;
  • Vomissements répétés ou contenant du sang ;
  • Perte de poids involontaire ;
  • Fatigue, sueurs et fièvre persistante ;
  • Teint et yeux jaunes (ictère) ;
  • Présence d’une anémie détectée lors d’un bilan sanguin ;
  • Apparition de ces symptômes après la prise de médicaments.

Si d’autres symptômes d’une mauvaise digestion deviennent préoccupants ou impactent votre qualité de vie, il est alors conseillé de consulter un médecin généraliste. Celui-ci pourra vous orienter vers un gastro-entérologue.

Si ces troubles sont déclenchés par certains aliments, il pourra alors être judicieux de consulter un médecin-nutritionniste ou un diététicien spécialisé dans les troubles digestifs.

 

Vous cherchez un médecin généraliste sans rdv ?
Pensez à la téléconsultation !


 

 

 

Propos écrits par Amanda Huguet-Millot, Diététicienne-Nutritionniste et Ingénieure en Alimentation & Santé

 

 

Sources :